Les entreprises doivent prendre conscience de l’intérêt à investir sur leurs seniors

Résultat d’un ensemble de lois ayant mené au recul de l’âge légal de la retraite, l’allongement de la vie professionnelle a un impact à la fois sur les individus et les entreprises. Face à un public vieillissant, à quels enjeux nouveaux l’entreprise fait-elle face et comment doit-elle les prendre en compte pour maintenir sa performance ? Thomas Barnay, chercheur spécialisé dans les relations entre état de santé et emploi, donne quelques pistes pour comprendre le problème.  

Quel est l’impact de l’allongement de la vie professionnelle sur la santé des salariés ?

En période de récession, ils [les plus de 50 ans] représentent – avec les plus jeunes – une « variable d’ajustement » sur le marché du travail. En fait, plus on est âgé et plus on est sélectionné sur le marché du travail. À partir d’un certain âge, ne restent donc sur le marché du travail que ceux qui ont la capacité physique d’y rester, parce qu’ils sont en meilleure santé ou que leur niveau de qualification est plus élevé. Cela pose alors la question des personnes contraintes de rester en activité parce qu’elles n’ont pas les ressources suffisantes pour subvenir à leurs besoins. Certaines vont se trouver en situation de précarité de santé importante.

Lire+ sur HubSanté

Présidentielle 2017 : les professions de foi sont-elles RSE-minded ?

Cette semaine, les électeurs français ont reçu les professions de foi des 11 candidat.e.s à l’élection présidentielle du 23 avril 2017.

Via sa gamme de services ConvergenceRSO, LOG’ins avait appliqué sa méthode d’analyse sur les programmes des candidat.e.s publiés sur la Toile. Les indicateurs ESS26k et Sim26000 (grille de lecture ISO 26000) ont permis de surligner l’essentiel et de noter le degré de convergence avec la norme ISO 26000. Ces indicateurs ciblent les thèmes clés de la norme, au travers d’expressions thématiques et/ou de mots directeurs (cf. page).  Nous avons procédé au même type d’analyse sur les professions de foi.

Profession de foi, définition…

Une profession de foi (du supin professus du verbe latin profiteor, de pro- (‘en avant’) et de fateor (‘déclarer’)) est la déclaration ouverte et publique d’une croyance ou d’une foi. Elle est individuelle. Par extension, on appelle profession de foi toute déclaration publique d’un corps de doctrines. On peut parler de profession de foi d’un homme politique ou d’un parti, par exemple. (source : wikipédia, l’encyclopédie libre)

RSE, Redonner du Sens à l’Entreprise « France »

En introduction de ce paragraphe, nous utiliserons le libellé donné à l’acronyme « RSE » par Nora Barsali, Fondatrice des Trophées RSE, et attirons votre attention sur les valeurs partagées… « RSE comme Redonner du Sens à l’Entreprise, à l’Economie, à l’Engagement, à l’Éthique des affaires, croire dans les vertus d’une économie responsable et innovante constituent les fondements des Trophées Défis RSE. »

Quelle est la profession de foi la « mieux disante » en matière de responsabilité sociétale ? Qui répond au mieux aux enjeux sociétaux ?  Quel est le contenu le plus proche des lignes directrices de la norme de comportement ISO 26000:2010 ?

ASSELINEAU, LASSALLE, LE PEN sont sur le podium…. suivis par CHEMINADE, FILLON, POUTOU.

Quelles sont les professions de foi dont les thématiques ISO 26000 sont les plus proches de celles déclinées dans les programmes…  le podium est constitué de ASSELINEAU, LASSALLE, LE PEN. .

 

DENSITÉ LEXICALE

Nous nous sommes intéressés au poids des informations publiées dans un « 4 pages ». Un des enjeux de chaque candidat a été de synthétiser son programme sans en perdre la « substantifique moelle », tout en mettant en avant les déclarations d’intention et les engagements qui ont permis de capter l’attention et/ou de fidéliser les électeurs.

Le plus disert est ASSELINEAU, le moins disert est FILLON.

 

 

 

 

 

 

CONTENUS DES PROFESSIONS DE FOI

Le style

Pour la profession de foi de ARTHAUD, le style est plutôt argumentatif, tout en restant dans la déclaration. ASSELINEAU et MACRON énoncent leurs points de vue.  LE PEN s’engage, argumente, persuade…

Pour la construction du texte présenté par LE PEN, nous constatons un équilibrage de la typologie des attributs (l’adjectif) liés aux substantifs utilisés. Le discours est autant objectif que subjectif.  Une tendance du même ordre s’applique pour ARTHAUD, POUTOU, LASSALLE. Pour les autres, l’objectivité prime.

DUPONT-AIGNAN et FILLON sont plutôt dans l’action, suivis par ARTHAUD, HAMON, LASSALLE,  CHEMINADE et MACRON.

 

Les verbes d’action… pour agir !

ARTHAUD… pouvoir, falloir, faire, devoir, voter, appeler, augmenter, prétendre, opposer, changer, avoir, dire

ASSELINEAU… faire, devoir, avoir, engager, assurer, mettre, garantir, pouvoir, permettre, oeuvrer, démocratiser

CHEMINADE… créer, pouvoir, devoir, permettre, faire, organiser, servir, contrôler, mettre, proposer, battre, financer

DUPON-AIGNAN… supprimer, faire, refuser, permettre, renforcer, imposer, augmenter, payer, avoir, expulser

FILLON… pouvoir, développer, renforcer, défendre, assurer, soutenir, faire, libérer

HAMON… faire, créer, mettre, avoir, proposer, donner, placer, lancer

LASSALLE… mettre, pouvoir, faire, donner, retrouver, placer, vouloir

LE PEN…  créer, savoir, garantir, revaloriser, faire, fonder, permettre, changer, soutenir, instaurer

MACRON… vouloir, faire, protéger, avoir, redonner, vivre, proposer, prendre, créer, entreprendre, donner, retrouver, réussir, libérer

MELENCHON… pouvoir, devoir, faire, rendre, sortir, organiser, permettre, libérer

POUTOU… vouloir, falloir, défendre, avoir, voter, faire, mettre, pouvoir

Les comportements et sentiments exprimés.

La profession de foi  est une déclaration publique. Au travers de son contenu déclaratif, la coloration du discours est un enjeu. Sentiment, jugement, opinion, ressentiment sont de nature à teinter le déclaratif, à embellir les engagements, à rehausser ou aviver l’affirmation, à provoquer une émotion. Le comportement est l’ensemble des actions et réactions (mouvements, modifications physiologiques, expression verbale, etc.) d’un individu dans une situation donnée. (wikipédia, l’encyclopédie libre).

Au titre d’illustrations, nous vous en proposons …

POUTOU refuse la soumission aux classes dirigeantes ; cible une droite corrompue et réactionnaire ; propose de mettre fin à l’hypocrisie ; répond aux exigences élémentaires en terme de démocratie (indemnités d’élus, pouvoir, sénat…) ; note l’absence de solidarité pour accueillir les migrants et souligne le mépris de l’environnement, ainsi que le mépris des conditions de travail.

MELENCHON, ou la France insoumise, liberté égalité fraternité, promeut le protectionnisme solidaire.

MACRON propose que nous soyons solidaires car la réussite de quelques-uns ne peut pas être le projet pour tout notre pays, envisage de réformer l’assurance chômage pour en faire un droit universel avec des exigences nouvelles pour chacun ; entreprendra pour une europe ambitieuse et une stratégie d’investissements ambitieuse.

LE PEN, face au laxisme judiciaire, décidera d’appliquer la tolérance zéro ; propose un protectionnisme intelligent pour stopper la concurrence internationale déloyale et les délocalisations.

LASSALLE,  liberté égalité fraternité, organisera en tout point du territoire les moyens de l’égalité et de la fraternité ; s’adresse, entre autres, aux chefs d entreprise volontaires ; exigera une réforme des statuts de la banque centrale et décrètera une nouvelle politique de la mer à la hauteur de l’ambition maritime qui nous anime.

HAMON propose une république bienveillante et humaniste et une politique éducative ambitieuse, créera des observatoires citoyens de la qualité du service public et adossé à un futur désirable le travail est un facteur d’émancipationnotre modèle de production intègre l’exigence écologique.

FILLON, par volonté d agir, ne tolérera aucun prosélytisme ; exigera une présence régulière de deux années sur le territoire national avant le versement de toute prestation sociale.

ASSELINEAU invoque le désintéressement personnel, refuse le mépris des électeurs, rétablira un budget militaire décent et fera cesser immédiatement la politique de confrontation avec la Russie et les ingérences illégales et contraires aux intérêts de la France au Moyen-Orient (Libye, Syrie, etc.).

ARTHAUD prône un vote de conscience et de dignité ouvrières ; appelle les travailleurs à mettre en avant cette exigence fondamentale… un travail et un salaire décent pour tous ; à mettre en avant leurs exigences communes  et à se retrouver autour de ces exigences vitales.

 

lien court : http://wp.me/p2OxiV-BV

Présidentielle 2017 : des programmes pour viser à plus de transparence dans la vie publique ?

Selon la définition apportée lors du colloque « Le cosmopolitisme juridique » (21 novembre 2013), la transparence, comme principe du droit international public, est une culture, une condition, un schéma ou une structure, dans laquelle/lequel les informations pertinentes (par ex. en matière de droit ou de politique) sont accessibles/rendues publiques. (cf doc)

(capture) CPI2016_mapforCard_1280 (Transparency International)

Après avoir été reléguée (pendant quelques années) à la 70ème place de l’Indice de Perception de la Corruption (Corruption Perceptions Index) du baromètre de Transparency International, la France est cotée à la 20ème place en 2016. Une nette progression ! Les  lois  votées  en  2013  suite  à  l’affaire  Cahuzac auraient donc contribué à améliorer l’image de la France dans le monde… un électrochoc salutaire !

La première condamnation définitive d’un parlementaire pour blanchiment de fraude fiscale et omission dans sa déclaration de patrimoine, suite au travail remarquable de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique, constitue a priori une bonne nouvelle. Toutefois, selon Transparency International France, tous les élus condamnés pour atteinte à la probité devraient prendre la décision de remettre leur mandat au vote des citoyens.

Transparency International fait des propositions. (cf. site)

 

A la lecture des programmes des 11 candidat.e.s, quelles sont les « tendances »  ?

La notion de « délit« , recouvrant les mots et/ou expressions tels que « corruption, concurrence déloyale, fraude, criminalité en col blanc, évasion fiscale… » est abordée par tous les candidat.e.s, chacun.e ayant fait le choix d’aborder tel ou tel univers, de mettre en avant telle ou telle ligne éditoriale selon leur sensibilité et leurs cibles politiques. Les « plus-disants » sont Dupont-Aignan et Cheminade.

En revanche, sur le thème de la « transparence »…

Pour la Vie Publique…

  • Macron veut « aller plus loin dans la transparence et l’exigence« .
  • Hamon propose un projet de société pour laquelle la démocratie doit allier le renforcement des pouvoirs des citoyens et la transparence.
  • Fillon prévoit « la mise en place de nouvelles règles en faveur de la transparence de la vie publique« , et propose d' »instituer la transparence totale par la publication obligatoire des liens de parenté entre les parlementaires« .

 

Arthaud, Mélenchon, Hamon, Cheminade ciblent leurs discours sur les entreprises…

  • Arthaud énonce que « les travailleurs doivent imposer la transparence des comptes des entreprises« … « même s’il est de bon ton pour les politiciens de parler de transparence« .
  • Mélenchon obligera « les entreprises à la transparence financière » et réaffirme « l’exigence de la maîtrise publique, sociale et démocratique du secteur de l’énergie,  seule garante de la transparence, de l’indépendance, de l’expertise et de la qualité des installations et des exploitations« .
  • Hamon imposera « la transparence fiscale aux entreprises« .
  • Cheminade évoque la transparence sur le domaine de de la « sûreté nucléaire« .

 

Cheminade, Le Pen, Fillon s’adresse aux consommateurs…

  • Cheminade entend « assurer la transparence sur la fixation des prix [des] services [des eaux] », pendant que Le Pen entend « garantir la transparence et l’information complète des consommateurs. »
  • Pour Fillon, il s’agit d' »instaurer une vraie transparence et une vraie traçabilité en matière d’étiquetage« .

 

Fillon évoque la gestion des lieux de culte…

Les associations cultuelles accéderont à des « leviers de financement, la contrepartie étant la transparence des comptes« .

 

Cheminade, Fillon, Dupont-Aignant, Hamon, Macron pointent leurs discours « transparence » sur les collectivités et la gestion des territoires…

  • Pour Cheminade, « Décentralisation et déconcentration devront avoir pour contrepartie une transparence accrue des budgets« .
  • Pour les « emplois aidés« , Fillon propose d' »assurer la transparence de leur gestion grâce à la création d’un groupement d’intérêt public regroupant Etat, Région, Pôle Emploi« .
  • Dupont-Aignant prévoit d’« instaurer la transparence dans l’attribution des subventions« .
  • Hamon entend rendre opérante « la transparence des décisions publiques« .

 

lire+ … Présidentielle 2017 : Quels sont les programmes convergents avec l’ISO 26000 ?

 

liste des liens pour téléchargement

  • Nicolas Dupont-Aignan – DLF => lien
  • Marine Le Pen – FN => lien
  • Emmanuel Macron – EM => lien
  • Benoît Hamon – PS => lien  (Le programme était initialement accessible sur les pages html du site. Depuis le 17 mars, le programme est sous forme pdf )
  • Nathalie Arthaud – LO => lien
  • Philippe Poutou – NPA => lien
  • Jacques Cheminade – S&P => lien  (Le programme est accessible sur les pages html du site)
  • Jean Lassalle – Indépendant => lien  (Le programme est accessible sur les pages html du site)
  • Jean-Luc Mélenchon – FI => lien
  • François Asselineau – UPR => lien
  • François Fillon – LR => lien

 

 

lien court : http://wp.me/p2OxiV-BJ

 

 

 

 

Présidentielle 2017 : Que « disent » les 11 candidat.e.s sur la corruption…

Par référence à  la norme internationale de comportements ISO 26000:2010, la lutte contre la fraude et la lutte contre la corruption sont désormais intégrées dans la notion de responsabilité sociétale. Elles sont déclinées de façon transverse dans les questions centrales et les domaines d’action associées.

La norme en donne une définition … « La corruption est un abus du pouvoir confié en vue d’en retirer un avantage personnel« . Et de citer, au titre d’exemples… la corruption active, les conflits d’intérêts, la fraude, le blanchiment d’argent sale, le détournement de biens, le recel, l’entrave à la justice,  le trafic d’influence… et toutes les activités illégales et/ou contraires à l’exercice des droits fondamentaux.

A des fins de bonnes pratiques et de maintien des relations entre « organisations », nous citerons … la loyauté des pratiques, la conduite éthique, la concurrence loyale, le  comportement responsable…

Le monde économique, les entreprises sont déjà concernées par le thème. La réglementation internationale, les directives européennes, la législation française imposent un cadre de reporting via le Décret n°2012-557  … la lutte contre la corruption, est-elle une priorité sociétale partagée ?

Dans une moins d’une semaine, l’électeur français choisira un candidat, un programme, un modèle sociétal, social, environnemental, économique. Que disent les candidat.e.s sur la « corruption » ? Quels axes sont proposés ?

Cheminade et Dupont-Aignant sont les plus-disants sur le thème de la « corruption« .

Asselineau, Cheminade, Dupont-Aignant, Macron, Mélenchon citent directement la corruption.

 

Les programmes « anti-corruption »…

Asselineau  opte pour « interdire les activités de lobbying et de trafic d’influence » et de citer « l’adoption d’un code de déontologie sur les liens entre politique et journalisme » […] mettra un terme à « tout passe-droit, tout favoritisme et tout népotisme au profit de la famille ou des amis du chef de l’état » […] interdira le « cumul des mandats » […] luttera contre les systèmes aidant « à la corruption, à l’abus de biens d’État et à la collusion avec des puissances étatiques étrangères ou avec des pouvoirs privés pour mener une politique contraire à l’intérêt général du peuple français ». […] il assortira ses « choix décisifs de toute une panoplie de réformes institutionnelles, économiques, monétaires, sociales, militaires, diplomatiques, culturelles et éthiques« .

 

Cheminade prévoit de « mettre fin au système malsain de contrôle par l’assistanat par les transferts financiers, la corruption au sein des institutions et le clientélisme politique« . Il propose fermement de « lutter contre les abus de droit » et le « délit financier« , de mettre fin à une « pratique de camouflage couvrant le blanchiment d’argent et la fraude fiscale » et de « donner de réels moyens d’agir [au] parquet financier autonome ainsi qu’aux services de la brigade nationale de répression de la délinquance fiscale et aux inspecteurs de la douane judiciaire« .

 

Dupont-Aignant fait le constat d’un système étatique « corrompu » par les « conflits d’intérêt  et l’esprit de soumission aux puissances d’argent« .  Il propose la création d’une agence (« avec l’autorité de la communauté internationale« ) en vue de « lutter contre l’ensemble des dérives qui menacent les valeurs du sport » (corruption, crime organisé …) et un « vrai outil d’analyse de l’information« . Il interdira le « cumul des mandats« .  La « lutte contre la grande délinquance financière et le blanchiment d’argent » est un des axes de son programme. L’arsenal législatif actuel sera aménagé (assouplissement, abrogation, révision).

 

Macron veut « en finir avec les passe-droits, les arrangements, la fraude, la corruption » et propose une éthique politique (« une grande loi de moralisation de la vie publique« , l’absence de « casier judiciaire« , des « sanctions contre la fraude fiscale« …).

 

Mélenchon propose qu' »une loi contre la corruption et les conflits d’intérêt sera adoptée pour sanctionner la délinquance en col blanc« .  Il obligera « les entreprises à la transparence financière« ,  créera « un service public de l’information et de la culture soustrait […] des pressions politiques« . Il envisage de « combattre les processus d’accaparement des terres » et assurera « la primauté de l’intérêt général sur les intérêts financiers« . Le sport se doit d’être éthique… »un cahier des charges pour les organismes d’information et les médias » sera porteur de « valeurs éthiques, condamnant toutes formes de tricherie, de dopage, de violence, de corruption et de discriminations (racisme, homophobie, xénophobie, sexisme)« .

 

liste des liens pour téléchargement

  • Nicolas Dupont-Aignan – DLF => lien
  • Marine Le Pen – FN => lien
  • Emmanuel Macron – EM => lien
  • Benoît Hamon – PS => lien  (Le programme était initialement accessible sur les pages html du site. Depuis le 17 mars, le programme est sous forme pdf )
  • Nathalie Arthaud – LO => lien
  • Philippe Poutou – NPA => lien
  • Jacques Cheminade – S&P => lien  (Le programme est accessible sur les pages html du site)
  • Jean Lassalle – Indépendant => lien  (Le programme est accessible sur les pages html du site)
  • Jean-Luc Mélenchon – FI => lien
  • François Asselineau – UPR => lien
  • François Fillon – LR => lien

 

lien court : http://wp.me/p2OxiV-By

Enseigner la RSE : une question ancienne et éminemment politique

Comment intégrer au mieux la formation à la responsabilité sociétale de l’entreprise dans les cursus d’enseignement du management ? Enseigner les normes et les règles ou enseigner l’éthique ? …

Par Corinne Vercher-Chaptal Professeur de management, Université Paris 13 – USPC

Retrouver l’article sur le blog de Marc Unfried

 

Ndlr : en préambule, rappeler les fondamentaux de la RSE (Howard R. Bowen – Social Responsibilities of the Businessman ) et les mettre en perspective avec le cycle d’apprentissage des savoirs et des connaissance est primordial, voire essentiel. L’auteure cite « les formations doivent s’orienter vers la diffusion de savoirs nouveaux propres à rendre « naturelle » l’idée de responsabilité auprès des managers, et créer les conditions d’une performativité des discours. » 

Enseigner les « normes et règles » ou  l' »éthique » ? La question mérite d’être posée à l’aube d’une reconnaissance partagée de la RSE et de ses atouts. Je citerai, par analogie, les débats qui ont « opposé » (voire opposent) la Qualité (ou du moins le Management de la Qualité) et la « Qualité Totale » (au sens du modèle EFQM). Entre ceux qui prônent le « normatif » (au sens strict de la norme ISO 9001 et de la certification associée) et ceux qui louent le cycle d’amélioration continue et l’organisation de la « structure agile ».

On peut également noter que l’acronyme « RSE », dorénavant « utilisé », a quelque peu perdu de sa substance initiale. Initialement, le terme désignait « Responsabilité Sociétale des Entreprises ». On l’a même étendu à tout type d’organisations … « RSO » … le « sociétal » offrant ainsi les avantages et les bénéfice de porter une vue globale sur les interactions de l' »Organisation » avec la « Société ».

La « RSE » a ensuite désigné la « Responsabilité Sociale de l’Entreprise« , puis est devenue « Responsabilité Sociale et Environnementale » ! Certes « responsable », mais « limitatif » !

Enseigner les « normes et règles » ou  l' »éthique » ? … si l’on prend comme référentiel la Norme Internationale ISO 26000:2010, la question se poserait ainsi … « certification » / « labellisation » ou plutôt « bonnes pratiques » pour un « comportement responsable et éthique » ?  Les enjeux sont importants… face aux nouveaux types d’organisation, face à l’émergence d’une « nouvelle entreprise », face à la recherche de sens, de valeurs « sociétales », de partage… face à la notion de « vie citoyenne »…

L’ISO 26000 « fournit des lignes directrices pour tous types d’organisations concernant la responsabilité sociétale, quelle que soit leur taille ou leur localisation. Il définit les termes, les principes, les pratiques et les questions centrales de la responsabilité sociétale ainsi que la façon d’intégrer la responsabilité sociétale dans l’organisation. » On y ajoute le « dialogue avec les parties prenantes », les
« questions centrales » et les « domaines d’action » relatifs à la responsabilité sociétale, les outils et moyens d’intégrer un comportement responsable.

Les « lignes directrices », les recommandations, sont les résultats de réflexions et de propositions d’un grand nombre de « parties prenantes » et d’acteurs de la société civile (ONG, associations, consommateurs…), de la sphère professionnelle (entreprises, travailleurs, services, conseils…) ainsi que des institutions (gouvernement, autorités publiques, plateformes régionales d’échanges).

Elle n’est pas une norme de système de management et n’est pas (et ne peut être) destinée à des fins de certification ou à une utilisation réglementaire ou contractuelle.

Cette Norme Internationale prône un « comportement éthique », c’est-à-dire un comportement conforme aux principes acceptés d’une conduite juste ou bonne dans le contexte d’une situation particulière, et en cohérence avec les normes internationales de comportement.

La « RSE » n’est donc pas une norme. Une entreprise ou organisation, un modèle de RSE.

C’est donc vers cet axe de sensibilisation, de formation et d’apprentissage, que le formateur devra se positionner.

Source : Enseigner la RSE : une question ancienne et éminemment politique | Marc Unfried, Conseiller Sociétal

lien court de ce post : http://wp.me/p2OxiV-Bu

RSE. « Moi présidente, je rendrais transparentes les données des entreprises »

C’est la mesure de transparence de que prendrait Patricia Crifo, Professeur à l’Université Paris Nanterre et à l’École Polytechnique et Co-responsable de la Chaire Finance Durable et Investissement Responsable (Toulouse School of Economics & École Polytechnique). 

Pour approfondir la loi de transition énergétique, je mettrais en place deux mesures en matière de Responsabilité sociale des entreprises (RSE). En premier lieu,  je rendrais obligatoire la publication des données RSE des entreprises sur leur site internet. (…) Pour compléter cette mesure, je créerais une agence publique de la performance environnementale et sociale, chargée de développer des mesures d’impact environnemental et social, transversales et sectorielles.

Source : RSE. « Moi présidente, je rendrais transparentes les données des entreprises »

DDR16 Foncière FDL… priorité à la consommation d’énergie et à la SST

Dans son document de référence 2016 (exercice fiscal 2016), publié sur la plate-forme de l’AMF (1) le 29 mars 2017,   la Direction générale déclare  que « [sa] politique de développement durable s’articule autour de quatre axes : Bâtiment durable, Social, Sociétal et Gouvernance. Les actions autour du premier axe répondent aux enjeux liés à l’énergie, l’eau, les déchets, la biodiversité, autant de facteurs de maîtrise des charges locatives…. »

Et d’ajouter…  « Sur le plan Social, les salariés de Foncière Développement Logements bénéficient, en tant que membres de l’UES de Foncière des Régions, d’une politique Ressources Humaines dynamique, axée sur le développement des compétences, la conciliation vie professionnelle / vie privée, la prévention des risques psycho-sociaux et l’association des salariés aux performances de l’entreprise… »

En comparant les documents de référence publiés sur 2 années consécutives (2017, 2016), on remarquera la modeste (du moins continue) mise en avant de thèmes ISO26000, à savoir :

  • la consommation d’énergieobjectif de passer de la note énergétique DPE médiane E (en 2014) à D entre 2010 et fin 2020… les mesures [travaux régulièrement conduits] prises pour améliorer l’efficacité énergétique et le recours aux énergies renouvelables…. pour une utilisation durable des ressources.
  • [SST] (2) la sécurité au travail…  La direction des Ressources Humaines de Foncière des Régions dispose d’une personne dédiée à plein temps aux sujets de santé et sécurité au travail… et en liaison avec le CHSCT. Plusieurs accords collectifs ont été signés au cours des dernières années...

On notera l’abandon du terme « stress » en évoquant les « risques psycho-sociaux », mais le « maintien » de thèmes ISO26000, tels que :

  • vie privée
  • loyauté des pratiques
  • sécurité des consommateurs
  • respect des droits de l’homme

Quelle évolution dans le classement ConvergenceRSO ?

… une progression de 1 point est constatée par comparaison au panel DDR15. Notre cotation situe document de référence (exercice fiscal 2016)  dans la partie basse du classement de notre panel des 100 documents de référence déposés auprès de l’AMF (1) au cours du premier trimestre de cette année 2017.

 

Informations complémentaires

En savoir+ sur FDLFoncière Développement Logements, filiale de Foncière des Régions, est spécialisée dans la détention d’actifs résidentiels en France. Foncière Développement Logements intervient à tous les stades du cycle de vie des bâtiments : investissement, développement, asset management, rénovations, arbitrage. [extraits DDR]

Foncière Développement Logements ; la gouvernance; wikipédia (Foncière Développement Logements, détenue à hauteur de 38,2 % par Foncière des Régions, est une Société d’Investissement Immobilier Cotée (statut SIIC), spécialisée dans la détention d’actifs résidentiels)

 

Autres sources d’information :

Nos actualités 

… Nos curation RSO, curation RSE

… Les impacts des décisions sur la santé et l’environnement (actualités RSE/RSO)

L’Effet Papillon ou la Représentation de l’influence d’un phénomène sur une situation ultérieure… (actus du Web)

Comment situer la communication (sociale, sociétale, environnementale…) des DDR par rapport à l’ISO 26000 ? Pour illustrer les résultats, nous vous invitons à lire notre livre blanc  Téléchargez le Livre Blanc (jan15) et à parcourir les pages de notre blog ConvergenceRSO et sa rubrique Cotation

 

Twitter : #docderef

Lien court : http://wp.me/p2OxiV-B4

(1) Autorité des marchés financiers

(2) SST, Santé et Sécurité au Travail

DDR16 Arkema… RSE et amélioration des performances

Dans son document de référence 2016 (exercice fiscal 2016), publié sur la plate-forme de l’AMF (1) le 31 mars 2017,   Thierry LE HÉNAFF, président-directeur-général, déclare « Arkema s’est ainsi profondément transformé pour devenir un acteur majeur de la chimie de spécialités et des matériaux avancés (…) Cette transformation n’aurait pu être menée à bien sans l’engagement et la motivation de nos 20 000 collaborateurs à travers le monde qui ont participé, chacun à leur niveau et dans une culture commune d’exigence et de travail collectif, à la réussite des nombreux projets… »

Et d’ajouter…  « Arkema a fortement progressé dans le domaine de la responsabilité sociétale d’entreprise. Grâce à la priorité très forte donnée à la sécurité et à l’implication de tous les collaborateurs du Groupe, nos résultats dans ce domaine se sont très nettement améliorés, se situant désormais parmi les meilleurs de l’industrie. »

 

En comparant les documents de référence publiés sur 2 années consécutives (2017, 2016), on remarquera la forte émergence de thèmes ISO26000, à savoir :

  • l’amélioration des performances… en impliquant l’ensemble du personnel dans l’amélioration des performances des unités de production (…) en analysant et en constatant l’amélioration des performances environnementales du Groupe (empreintes environnementales hors énergie des six dernières années).
  • le cycle de vie…  pour évaluer la performance environnementale de certains de ses produits et à la demande de ses clients via une gestion responsable des produits.
  • le développement des compétences… [GRI – G4-LA10] des collaborateurs du Groupe en Chine. Son rôle concerne aussi les salariés pour l’ensemble de l’Asie en lien avec le directeur des ressources humaines de chaque pays de cette zone.
  • la lutte contre la corruption… [GRI – G4-SO4] en adhérant aux dix principes du Pacte Mondial de l’Organisation des Nations Unies normes internationale et en application des dispositions de la « loi Sapin II ».  Le Groupe a mis en place un programme de conformité (procédures, règles, guide, processus de contrôle et de réduction des risques, formations…).
  • la qualité de vie au travailLe bien-être et la qualité de vie au travail constituent également un axe important de la protection de la santé du personnel [prévention de la pénibilité, ergonomie des postes de travail, démarche de prévention individuelle et médicale du stress au travail] en proposant ateliers, conférences, journées… et la poursuite des actions de formation et de sensibilisation des managers. On notera que le siège social d’Arkema a reçu le Trophée 2016 Mieux Vivre en Entreprise (créé par le groupe français Rh&M) pour son approche innovante.
  • la santé humaine… en identifiant les substances pouvant avoir de graves répercussions [REACH (SVHC)] et en élaborant le dossier Fiche de Données de Sécurité (FDS) (cf. plateforme internet QuickFDS – programme Responsible Care®). Cette démarche initiée en 2008 répond ainsi aux attentes légitimes de la société civile.
  • une réponse responsable aux enjeux sociétaux (environnement, climat, accès à l’énergie et à l’eau potable, raréfaction des ressources…) et aux 17 Objectifs de Développement Durable (ODD), en structurant sa politique d’innovation autour de six plateformes d’innovation.

Bien qu’existants et éminemment remarquables, on notera le « recul » de thèmes ISO26000, tels que :

  • impact positif… les accords collectifs ont un impact positif sur les conditions de
    travail.
  • loyauté des pratiques
  • comportement responsable,  respect des droits de l’homme, travail forcé…

 

Quelle évolution dans le classement ConvergenceRSO ?

… une progression de 11 points est constatée par comparaison au panel DDR15. Notre cotation situe document de référence (exercice fiscal 2016)  dans le groupe de tête de notre panel des 100 documents de référence déposés auprès de l’AMF (1) au cours du premier trimestre de cette année 2017.

 

Autres sources d’information :

Nos actualités 

… Nos curation RSO, curation RSE

… Les impacts des décisions sur la santé et l’environnement (actualités RSE/RSO)

L’Effet Papillon ou la Représentation de l’influence d’un phénomène sur une situation ultérieure… (actus du Web)

Comment situer la communication (sociale, sociétale, environnementale…) des DDR par rapport à l’ISO 26000 ? Pour illustrer les résultats, nous vous invitons à lire notre livre blanc  Téléchargez le Livre Blanc (jan15) et à parcourir les pages de notre blog ConvergenceRSO et sa rubrique Cotation

 

Informations complémentaires

En savoir+ sur ArkemaArkema France ; la responsabilité sociétale; wikipédia (Arkema est un groupe chimique français, plus particulièrement de la chimie de spécialités et des matériaux de performance. Son siège social est situé à Colombes, dans les Hauts-de-Seine en France. Le groupe emploie 19 700 personnes dans 50 pays.)

Twitter : #docderef

Lien court : http://wp.me/p2OxiV-B4

(1) Autorité des marchés financiers

Des grandes entreprises encore bien machos

Décriée comme de la discrimination positive, la loi Copé-Zimmermann a réussi à faire entrer plus de femmes dans les conseils d’administration. Mais l’accès aux postes de direction reste une course d’obstacles pour celles-ci.

Source : Des grandes entreprises encore bien machos

Prenez du recul avec un administrateur indépendant

Difficile d’ouvrir ses organes de décision à des personnes extérieures. Les entreprises françaises sont encore peu nombreuses à appointer dans leurs conseils un administrateur indépendant [ndlr : ou administratrice indépendante], c’est-à-dire sans fonction exécutive dans l’entreprise et sans lien d’intérêt particulier avec elle (actionnaire significatif, salarié…). La pratique est pourtant recommandée par tous les codes de gouvernance (Afep-Medef, Middlenext…).

Selon une étude du cabinet de recrutement Eurosearch & Associés avec Opinionway, seules 8 % des PME et ETI ont déjà ou prévoient de recruter dans les trois ans un ou plusieurs administrateurs indépendants…

lire+ sur usinenouvelle.com