Parole d’expert. Observatoire de la Chaire RSE, les TPE en priorité

La Chaire RSE d’Audencia a lancé, en partenariat avec BVA, la seconde édition de son observatoire national sur la responsabilité sociétale auprès de 405 dirigeants de très petites et moyennes entreprises de moins de 250 salariés.

La RSE: un concept encore largement méconnu des TPE

L’étude montre que les perceptions et pratiques des entreprises en matière de RSE varient fortement en fonction de la taille de l’entreprise. Malgré une communication toujours plus importante sur le sujet, les dirigeants de TPE, ne connaissent pas le terme RSE. Seuls 16 % d’entre eux voient précisément de quoi il s’agit. Même si c’est une progression de 6 points par rapport à 2014, ce niveau reste très faible. Par comparaison, 82% des PME entre 100 et 250 salariés connaissent le terme de RSE. Dans la mesure où la RSE offre de nombreuses opportunités, y compris pour les TPE, il est donc important de développer la communication autour de la RSE et ses bénéfices auprès des dirigeants des TPE.

 

Source : Parole d’expert. Observatoire de la Chaire RSE, les TPE en priorité

Responsabilité et chaîne d’approvisionnement : les grandes références internationales

la d?claration des droits de l'hommeLes textes internationaux se sont multipliés au cours des dernières années pour affirmer que les entreprises doivent respecter les droits humains. La plupart de ces instruments ne sont pas contraignants mais les États et la société civile peuvent s’appuyer dessus pour inciter les entreprises à être responsables tout au long de leur chaîne d’approvisionnement.

Passage en revue des textes et standards qui font références.

Lire+ sur Novethic

lien court : http://wp.me/p2OxiV-xW

Huit idées reçues sur les Français et le travail

35 heures, chômage, bore-out… L’enquête en ligne de la CFDT permet à chacun de s’exprimer sur son emploi et le sens qu’il lui donne. Plus de 120 000 personnes y ont déjà répondu, l’occasion de tordre les coup à certains préjugés.

La CFDT voulait remettre les questions liées au travail au coeur des débats de société, en leur donnant une dimension pus humaine. Le syndicat a donc lancé au mois de septembre dernier, une vaste enquête (1) menée en collaboration avec Libération et Viadeo sur le ressenti des Français à l’égard de leur quotidien professionnel.

(1) extraits

  • 55% des personnes ayant participé à ce grand questionnaire pensent que leurs supérieurs ne sont pas soucieux de leur bien-être.
  • les salariés estiment à 62% qu’elles sont données « à ceux qui savent se faire mousser »
  • 5% des sondés ont répondu qu’ils vivaient pour travailler
  • 49% estime que les salariés sont « plus lucides sur la réalité de l’entreprise que la plupart des dirigeants »
  • la seule présence d’un collègue sympa rend le travail « agréable » pour 74% des gens

Source : Huit idées reçues sur les Français et le travail – L’Express L’Entreprise

5 idées à retenir de « Intelligence du travail »

Une communauté se constitue par les activités de ses membres et par leur manière de travailler ensemble. L’intelligence que l’on a de son travail rend notre liberté sensible.

1. Expérience de vie
2. Il n’y a pas que le salariat
3. 2 idées, 2 cités
4. L’économie de proximité
5. On fait et on refait

« Intelligence du travail » par Pierre-Yves Gomez (Desclée de Brouwer)

Source : 5 idées à retenir de « Intelligence du travail »

Première certification RSE pour un élu français

Une démarche d’éthique et de transparence

Élu en septembre 2014, le sénateur de l’Hérault Henri Cabanel a engagé son cabinet parlementaire dans une démarche d’évaluation de responsabilité sociétale des entreprises (RSE) auprès d’Afnor Certification. Une première en France pour un élu.

Un score de 595 sur 1.000 à l’ISO 26000 (responsabilité sociétale): le cabinet du sénateur Henri Cabanel (Parti socialiste) se situe «au niveau 3 de l’échelle de maturité, à mi-chemin du niveau supérieur» -le niveau 4 s’obtient au-dessus de 700 points-, explique Afnor Certification dans son rapport d’évaluation.

Source

Femme et invalide, un double handicap pour l’emploi

Le dernier rapport du défenseur des droits Jacques Toubon souligne les grandes difficultés que connaissent les femmes handicapées à intégrer le marché du travail. Un constat alarmant, alors que s’ouvre la 20e semaine européenne pour l’Emploi des Personnes Handicapées.
Être femme et en situation de handicap représente la double peine en France, à en croire le dernier rapport du défenseur des droits…

(…) Selon un bilan de l’association des paralysés de France publié la semaine dernière, le taux de chômage des personnes invalides a augmenté de 65% entre 2011 et 2015, pour atteindre les 21%. Le double du taux de chômage de l’ensemble de la population.

Source : Femme et invalide, un double handicap pour l’emploi

Twitter peut-il aider les salariés à devenir plus innovants ?

De nombreuses études ont montré que Twitter était le média qui permettait de trouver le plus facilement et le plus rapidement des informations sur n’importe quel sujet.

Salvatore Parise, Eoin Whelan et Steve Todd dans un article sur MITSloan Management Review ont étudié de nombreux comptes Twitter et interrogé des salariés de grandes entreprises technologiques pour se demander comment ces informations permettaient aux utilisateurs Twitter de générer de meilleurs idées. La principale conclusion de leur étude est que les employés en contact avec des personnes ayant des idées éloignées des leurs, avaient de meilleures idées et de ce fait étaient plus innovants.

Cet article reprend les principaux enseignements de cette étude.

Source : Twitter peut-il aider les salariés à devenir plus innovants ?

Dominique Méda « Le bon temps de travail, c’est celui qui permet à tous de travailler ! »

À une époque de profondes mutations, le rapport au temps est chamboulé. Nous avons invité des personnalités et des anonymes à se confier sur ce sujet. Cette semaine, la professeure de sociologie, Dominique Méda.

Professeure de sociologie à l’université Paris-Dauphine, Dominique Méda dirige l’Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (Irisso).

Est-ce parce qu’on travaille moins qu’on accorde moins de valeur au travail ?

Non ! Les enquêtes européennes menées sur les valeurs montrent en 1999, comme en 2008, que les Français sont parmi les plus nombreux à déclarer que le travail est « très important » pour eux. Ils plébiscitent ses dimensions expressives (intérêt de l’activité, son contenu ainsi que l’ambiance de travail) et on n’y constate à aucun moment une quelconque « dégradation de la valeur travail ». Au contraire, les salariés se plaignent souvent qu’on les empêche de faire un travail de qualité.

Source : Dominique Méda : « Le bon temps de travail, c’est celui qui permet à tous de travailler ! »

Mode : une révolution éthique et durable

myriam-underwood-travaille-au-lancement-de-la-nouvelle-collection_revolution-textile2-241x300Que savons-nous des vêtements que nous portons ? Souvent, pas grand-chose. Une toute jeune marque toulousaine, vegan et écolo, entend révolutionner le secteur de la mode en affichant la traçabilité complète de chaque pièce de sa collection…

Après avoir travaillé dans la mode, Myriam Underwood décide de lancer sa propre marque : JUSTE, la révolution textile. « Dans les bureaux, nous étions complètement déconnectés de la fabrication des produits », explique-t-elle. « Du coup, la valeur numéro 1 que je voulais intégrer à ma marque était la traçabilité », poursuit l’entrepreneure, qui s’est vite aperçue qu’il s’agissait là, d’un « gros challenge ».

Source : Mode : une révolution éthique et durable

Invendus alimentaires : un nouveau marché prometteur

En France, chaque année, 10 millions de tonnes de nourriture sont gaspillées ou jetées. 2,3 millions au seul niveau de la distribution. Pour y remédier, des entreprises comme Comerso et Phenix proposent aux grandes surfaces la prise en charge de leurs invendus alimentaires de A à Z. Une aubaine pour tous : les associations collectent davantage, les magasins bénéficient d’une défiscalisation sur leurs dons, Comerso et Phenix trouvent leur compte via une commission sur l’économie générée.

Source : Invendus alimentaires : un nouveau marché prometteur