SIA2013 – Locavorisme : 3 initiatives locales in live et 2.0

Entré dans le Larousse en 2010, le mot « Locavore » (nom et adjectif) désigne une « Personne qui décide de ne consommer que des fruits et des légumes locaux et de saison pour contribuer au développement durable »(1).

Le mouvement locavore encourage les « consommateurs » à acheter des produits frais et de saison, à acheter sur les marchés et/ou aux agriculteurs ou paysans locaux (dans les AMAP ou les cueillettes par exemple), à choisir leurs propres aliments, en faisant valoir la qualité du produit frais, des produits locaux, dont le goût serait meilleur que les produits industriels.

Décrié par certaines communautés (« antiglobalization idiocy »), le locavorisme apparaît aujourd’hui comme une alternative économique, sociale et sociétale. Le mouvement s’étend, la génération Y (et suivante) en fait un mode de vie (consom’acteur) qui sera soutenu par la nouvelle génération silencieuse Z (la cyber-génération), celle qui vit et vivra avec Internet.

 

MINOLTA DIGITAL CAMERA Tout un chacun peut se poser la question suivante :   comme denrées alimentaires fournies par un producteur, que trouve-t-on dans un rayon de 160 km ?

Présente au salon de l’agriculture (#SIA2013), LOG’ins Consultants a suivi l’enregistrement de l’émission radiophonique « On va déguster » (France Inter/Radio France).

Credit photo : jgg

Credit photo : jgg

 

 

 

 

 

Trois initiatives ont retenu son attention.

Les AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne), bien connues par les locavores, tissent leur réseau (Alliance Provence, Amap de la Butte – Paris 18, Courbevoie, Fourqueux, Boulogne-Billancourt, Campus de Cachan …). Pour le consommateur, c’est l’assurance d’acheter un produit frais, pour le producteur c’est la garantie de revenus fixes et réguliers. Pour les 2 parties, c’est privilégier un contact direct. Anne-Sophie Novel, blogueuse et journaliste (2), partageant les idées du locavorisme, était présente pour évoquer les « circuits courts », les atouts et le lien social qui s’en dégagent.

Terroirs d’avenir d’Alexandre Drouard et Samuel Nahon, passionnés par les goûts et les saveurs, soucieux de la pérennisation des petits cultivateurs, propose une interface entre les restaurateurs et les petites productions locales (3). Des aliments de saison de qualité et des variétés de produits oubliées sont ainsi cuisinés par les professionnels.  Ses clients : le Meurice, le Plazza, le Georges V, et tous les grands restaurants parisiens (4). Terroirs d’avenir vient d’installer trois boutiques rue du Nil dans le premier arrondissement de Paris.
Quelques produits : Creson de Mériville (Dépt 95), Choux de Pontoise (Dépt 95), Pissenlit, Champignons de Paris (5) …

 

Drive Fermier (6) ou le Local 2.0 ou « La Ferme du Net »: La Chambre d’Agriculture de la Gironde et le Relais Agriculture & Tourisme ont lancé le concept de drive fermier. Une première en France ! Alain Monget (7), directeur du service Communication Promotion Agritourisme, en présente les atouts et les valeurs.

MINOLTA DIGITAL CAMERA

© jgg – (de gauche à droite) : Samuel Nahon, Alexandre Drouard, Anne-Sophie Novel, Alain Monget.

 

Pour Drive Fermier … une des « spécialités » proposées : le Pavé Saint-Roch !

 

 

 

 

 

Le concept est simple. Il s’agit d’un magasin de producteurs virtuel dans lequel les agriculteurs girondins donnent rendez- vous au consommateur chaque semaine sur l’adresse internet . Il  suffit alors de remplir son panier à partir des différents rayons alimentaires du site internet (produits carnés, produits laitiers, fruits et légumes, vins, épicerie fine…). Une fois les produits sélectionnés, l’internaute consommateur choisit le point de retrait ainsi que l’horaire auquel il souhaite passer tous les vendredis de 14 h à 18 h 30. Une fois le panier réglé sur internet, il ne reste plus qu’à se rendre sur le point de retrait à l’heure convenue le vendredi..  C’est aussi le bon moment pour rencontrer les producteurs…qui ne sont pas virtuels! (8).

Ces initiatives sont en convergence avec les recommandations de l’ISO 26000, à savoir celles de privilégier toutes les actions qui « élargissent les opportunités offertes aux citoyens, par exemple  en augmentant les achats locaux »  et qui s’appuient sur des ressources locales « de manière à soutenir le développement local ».

(1)    le terme a été consacré par le New Oxford Dictionnary en 2007 (« personne qui recherche des produits alimentaires locaux »).
(2)    Guide du locavore {Ed. Eyrolles, 2010)
(3)    Terroirs d’avenir
(4)    PIE – Paris Initiative Entreprise
(5)    70% de la production vient de Chine !
(6)    Drive Fermier
(7)    Bordeaux Gazette
(8)    Aqui.fr

Source :
Blog Locavore spirit
Définition de Locavore (Wiki)

 

 

Publicités
Poster un commentaire

3 Commentaires

  1. SIA2013 - Locavorisme : 3 initiatives locales in live et 2.0 | Pertinences sociétales | Scoop.it
  2. Mini-Revue de presse RSO – mars 2013 | Convergence RSO
  3. SIA2013 - Locavorisme : 3 initiatives locales i...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :