• Articles récents

  • Archives

  • Méta

  • Publicités

Stress au travail & entretien d’évaluation

A la suite des entretiens d’évaluation, des salariés sont en arrêt de travail, voire sont conduits très régulièrement aux urgences des hôpitaux avec des I.T.T. pouvant aller jusqu’à 21 jours. Ces constats amènent à reconsidérer le processus des entretiens d’évaluation, son contexte et son déroulement.

« Dans bien des cas, l’entretien est le moment d’un règlement de compte. Le manager ne fait que du pilotage abstrait au quotidien, il ne s’intéresse ni à ses collaborateurs ni au travail de l’équipe » indique Liliane Carrère,  Secrétaire générale de la CFE-CGC (Confédération française de l’encadrement – Confédération générale des cadres) Alsace.

Comme observatrice et intervenante dans le cadre des relations sociales dans les entreprises, je constate quotidiennement que l’entretien annuel est trop souvent dévoyé, que les enjeux sont divergents, qu’il se fait au détriment du salarié et génère les conditions d’un « travail malsain ».

Absence de dialogue, dichotomie voire détournement des objectifs, changement des critères d’évaluation des objectifs, manque de plan de formation, dérive des échanges par de « supposées insuffisances »… les managers « ne se rendent pas compte des conséquences humaines et judiciaires, des risques qu’ils prennent vis à vis de leur employeur dans l’embarras et des sanctions auxquelles ils s’exposent comme leur entreprise au titre de la faute inexcusable de l’employeur« .

Le stress au travail représente 3 points de PIB, qui sont une valeur minimale mise en exergue par le B.I.T. (Bureau International du Travail) lors de l’étude parue en 1993 sur le stress au travail dans les pays anglo-saxon et du nord de l’Europe.

L’analyse des conditions de travail et des risques montre que le stress résultant de l’entretien d’évaluation est cité dans plus d’un cas sur deux.

Source : 50% du stress au travail est lié aux entretiens d’évaluation.

Bandeau-fede-v4_FNATHLire également : Choc émotionnel après un entretien d’évaluation, la FNATH [association des accidentés de la vie] de l’Aude fait reconnaître l’origine professionnelle de la dépression d’une de ses adhérentes.

Publicités
Poster un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

  • Catégories

  • Suivez-moi sur Twitter

%d blogueurs aiment cette page :