Responsabilité sociale des distributeurs : démêler le vrai du faux

La FCD, en partenariat avec l’Essec et Pwc, publie une étude qui passe au crible les différents aspects des politiques RSE des enseignes de la distribution. Et selon l’étude, les entreprises ont fait des efforts : les politiques RSE se sont globalement toutes améliorées entre 2012 et 2014. Des mesures en faveur du développement durable à l’implication sociale et sociétale, les distributeurs sont sur tous les fronts avec à la clef une meilleure image de marque et employeur. Vraiment ? On a voulu vérifier.

Source : Responsabilité sociale des distributeurs : démêler le vrai du faux – Nouvelles de France Portail libéral-conservateur

Rapport 2017 du Comité 21 sur l’appropriation des ODD, un constat mitigé !

Quelle appropriation des ODD par les acteurs non étatiques français ?

Fin juin 2017, le Comité 21, premier réseau d’acteurs du développement durable en France, publie un rapport de 76 pages destiné à évaluer le niveau d’appropriation de l’Agenda 2030 et ses 17 ODD par les acteurs non-étatiques français. « Ces « ODD » ne sont pas des instruments technocratiques qui ne concerneraient pas les peuples, mais au contraire un plan mondial pour préserver à la fois notre planète et ses habitants« , rappelle Bettina Laville, Présidente du Comité 21.

Malgré une « sensibilisation accrue des acteurs » et une « réelle évolution de la prise de conscience des acteurs français« , le constat est mitigé.

capture page de garde du rapport 2017 publié par Comité 21

Le rapport détaille les constats, ainsi que les actions, démarches et initiatives engagées sur les 17 ODD. Il est à noter que les auteurs des contributions formulent de nombreuses recommandations susceptibles d’améliorer la connaissance et l’appropriation des ODD par la société civile [cf. cp-rapport-appropiation-23062017.pdf]. Certains organismes proposent la labellisation des démarches volontaires de RSE « label démarche de Développement durable [DD] et de responsabilité sociétale« , appuyées sur un « guide de compétences RSE » (référentiel des bonnes pratiques).

Les rédacteurs du rapport classe ces recommandations en plusieurs groupes : la mobilisation politique et stratégique ; les plateformes et les réseaux ; les outils d’évaluation et de suivi ; les moyens financiers ; la participation et la citoyenneté ; l’aide au développement et la coopération internationale.

Notre lecture du rapport

Appliquant sa méthode de cotation RSE/RSO (1) de différents contenus sur ce rapport, LOG’ins Consultants vous en propose les principaux marqueurs. A noter, une évolution de la conscience de la société civile et des citoyens, des niveaux d’engagements différents dans l’appropriation des notions ODD et la mise en œuvre de plans d’actions. La volonté politique doit être plus marquée, ainsi que l’implication de la société civile (institutionnaliser des représentants de la société civile à toutes les étapes).

  • L’appropriation des ODD ne reste que partielle et est reconnue comme une action à développer (sensibilisation, explication, formation, adaptation). Le vocabulaire et les objectifs ne sont compris que par les professionnels métier du DD. L’implication des multi-acteurs (collectivités territoriales, établissements d’enseignements, organisations agricoles…) est fondamentale.

 

  • Les politiques (Développement durable, Ecologie, RSE, Energie…) coexistent, mais, pour une meilleure efficience, appellent à une meilleure coordination entre les ministères et la concordance des activités économiques et sociales de la société civile avec les Objectifs de développement durable. Il apparaît qu’au titre de la complexité d’appropriation des ODD, et malgré les actions concrètes déployées par les Départements, la méconnaissance de la thématique reste présente. Il conviendrait, via un soutien politique, de mobiliser l’ensemble des citoyens et l’intelligence collective pour atteindre de façon pertinente chaque ODD.

 

  • L’accès à l’énergie [ODD7], au cœur des engagements politiques mondiaux, est un thème clé développé dans le rapport. Des disparités persistent dans le monde en matière d’accès à l’énergie. Les enjeux climat et énergie sont des piliers de la mutation de la société vers un modèle plus sobre et plus respectueux de notre environnement. Les opérateurs, à ce titre, proposent et mettent en place un grand nombre de solutions innovantes.

 

  • L’égalité entre les sexes (ODD5) fait l’objet d’une prise de conscience des acteurs français sur l’ODD 5 […] liée à […] des cadres législatifs, la percée de femmes influentes dans de nombreux domaines, l’existence de données sexo-spécifiques, et un relais émergent dans les médias. La situation est loin d’être satisfaisante. Par exemple, 84% des collectivités locales sont présidées par des hommes. Au niveau, « les enjeux prioritaires (transition énergétique, protection sociale) laissent de côté la dimension genre, non traitée de façon transversale dans l’ensemble des domaines« , déplore Véronique Moreira, Présidente, Women Engage for a Common Future (WECF)

 

  • Les actions (phasage, pistes d’actions concrètes, leviers d’action, priorités d’action, action publique, développement d’actions, outils d’action, actions correctrices, actions de terrain, implication des ONG…) sont nombreuses et éminemment illustratives. Pour obtenir les résultats attendus en 2030, l’action doit être immédiate pour ne pas rater cette dynamique mondiale de rééquilibrage vers un développement plus durable, souligne Renaud Bettin, Responsable solidarité climatique, Groupe Energies Renouvelables, Environnement et Solidarités-GERES.

 

  • Le tourisme responsable. En 1967, l’ONU avait consacré la première année internationale au tourisme « passeport pour la paix ». L’année 2017 est déclarée « année internationale du tourisme durable pour le développement ». Les impacts du tourisme sont indéniables, tant au plan interculturel que pour l’avènement de sociétés pacifiques [ODD16]. L’adoption des Objectifs de développement durable par les Nations Unies en 2015 n’a pas été médiatisée à la hauteur des enjeux, déplore Julien Buot, Directeur, Association Agir pour un Tourisme Responsable (ATR), et de citer « le voyage permet la rencontre, la rencontre permet la connaissance, la connaissance permet la confiance » (proverbe bambara).

 

  • Suivi et résultats quantifiables sont déjà actifs. Toutefois, il est proposé une consolidation de l’existant et un renforcement des moyens: plateforme multiacteurs de suivi, outils d’évaluation et de suivi, mise en place d’instances de suivi et d’évaluation.

 

Soit un ensemble d’enjeux pour forger une nouvelle citoyenneté, à la fois planétaire et locale, susceptible de faire projet de société.

 

Autres sources d’information :

Nos actualités 

… Nos curation RSO, curation RSE

… Les impacts des décisions sur la santé et l’environnement (actualités RSE/RSO)

L’Effet Papillon ou la Représentation de l’influence d’un phénomène sur une situation ultérieure… (actus du Web)

Comment situer la communication (sociale, sociétale, environnementale…) des DDR par rapport à l’ISO 26000 ? Pour illustrer les résultats, nous vous invitons à lire notre livre blanc  Téléchargez le Livre Blanc (jan15) et à parcourir les pages de notre blog ConvergenceRSO et sa rubrique Cotation

Twitter : #docderef  RSO92 @GIRcontact

Hard power, soft power : quelles différences ?

Notions servant aujourd’hui d’outils communs pour l’analyse des aspects de la puissance et des stratégies géopolitiques des États, le hard power désigne la capacité d’un État à influencer le comportement d’autres États par des moyens coercitifs tandis que le soft power (1) désigne la capacité d’un acteur politique à influencer le comportement d’un autre par des moyens non coercitifs.

Mots-clés, keywords : soft power, hard power, smart power, influence, zone d’influence, Hallyu, technologies de l’information

(1) Joseph Nye, Bound to lead, 1990

Source : Hard power, soft power : quelles différences ? Hard power, soft power : quelles différences ?

Lire également : Que révèle le classement des Soft Power ?

Colombus Consulting, un rapport RSE 2017 orienté « Responsabilité sociale »

Début juillet 2017, Colombus Consulting, conseil en stratégie et spécialisé dans la transformation des organisations confrontées à des changements majeurs, a publié son Rapport de responsabilité sociétale d’entreprise, édition 2017 de 37 pages, intitulé « NOS ENGAGEMENTS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ».

Dans l’édito, Valérie Ader, Présidente, indique les ambitions du Cabinet…  « Depuis 2009, année de notre première adhésion au Global Compact, nous menons une démarche d’amélioration continue au sein de Colombus Consulting pour répondre aux 17 objectifs de développement durable définis par l’ONU« , et présente les actions et initiatives qui ont marqué l’année 2016 : partenariats en faveur de l’économie sociale et solidaire [ESS], innovation, valeurs d’entreprise saluées par l’Institut Great Place to Work®, nouvelles formations, protection de l’environnement…

Les engagements se déclinent en quatre « ambitions » : épanouissement des salariés, contribution aux objectifs des clients, soutien de l’ESS, diminution de l’impact environnemental.

Ces ambitions visent à permettre, favoriser, accompagner, contribuer, soutenir, développer, répondre, respecter… en convergence avec la recherche de performance RSE et avec les valeurs de l’entreprise.

 

Via sa méthode de cotation RSE/RSO (1) de différents contenus, LOG’ins Consultants a scruté le rapport RSE et en livre les principaux constats.

 

Colombus Consulting …

  • Porte attention aux collaborateurs, au titre des conditions de travail, de la cohésion d’équipe, de l’environnement de travail, de l’épanouissement personnel, de la sensibilisation au Développement durable et à la diversité. Ces actions s’inscrivent dans une démarche d’amélioration continue.
    • mesurer la satisfaction et favoriser l’épanouissement au travail de nos salariés
    • traiter les interrogations ou difficultés de nos collaborateurs.
    • permettre à l’ensemble des collaborateurs d’appréhender les risques
    • sonder nos collaborateurs pour identifier de nouveaux leviers d’action.
    • sensibiliser nos collaborateurs aux modes de consommation durable
    • soutenir une politique de mobilité durable
  • Contribue aux objectifs rse des clients et les sensibiliser à l’adoption d’approches responsables dans leurs projets.
  • Définit et appuie la mise en œuvre d’une politique RSE : bonnes pratiques, lutte contre la corruption, protection de l’environnement, vie privée des clients internes et externes, élimination de toute discrimination en matière d’ emploi et de profession, modes de consommation durable, consommation respectueuse de l’environnement, parité Hommes-Femmes, égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, évaluation du respect des droits de l’homme chez les fournisseurs…

 

La politique RSE est guidée par les 10 principes du Pacte Mondial et s’inspire des lignes directrices G4 du Global Reporting Initiative (GRI). Le plan d’action 2017 vise à améliorer la performance en matière de Responsabilité Sociétale des Entreprises et le renforcement de la communication. Il comprendra notamment (cf. p32 à 36):

  • achat de consommables à faible impact environnemental,
  • nouvelles missions à enjeux énergétiques,
  • développement de l’offre de formations,
  • campagne de sensibilisation au handicap,
  • mise en place et communication d’une charte éthique

 

 

Quel positionnement dans le classement ConvergenceRSO ?

… Notre cotation situe le rapport RSE de Colombus Consulting dans le 1er décile de notre panel des 100 documents de référence déposés auprès de l’AMF (2) au cours du premier trimestre de cette année 2017.

 

(1) RSE = Responsabilité Sociétale des Entreprises – RSO = Responsabilité Sociétale des Organisations

(2) Autorité des marchés financiers

 

 

Informations complémentaires

En savoir+

Colombus Consulting, partenaire des grandes entreprises et des institutions publiques depuis plus de 15 ans.

Notre dimension internationale nous permet de vous faire bénéficier de méthodologies à forte valeur ajoutée intégrant des benchmark issus de missions menées dans plus de 25 pays. L’innovation est au coeur de notre approche avec notre offre de conseil en data marketing Colombus Consulting Shift et l’appui de notre filiale Saegus, conseil en usages digitaux.

Twitter : @colombus

 

 

Autres sources d’information :

Nos actualités 

… Nos curation RSO, curation RSE

… Les impacts des décisions sur la santé et l’environnement (actualités RSE/RSO)

L’Effet Papillon ou la Représentation de l’influence d’un phénomène sur une situation ultérieure… (actus du Web)

Comment situer la communication (sociale, sociétale, environnementale…) des DDR par rapport à l’ISO 26000 ? Pour illustrer les résultats, nous vous invitons à lire notre livre blanc  Téléchargez le Livre Blanc (jan15) et à parcourir les pages de notre blog ConvergenceRSO et sa rubrique Cotation

Twitter : #docderef

Ressources humaines : les investisseurs veulent plus de transparence

Les investisseurs veulent en savoir plus sur la façon dont les grandes entreprises gèrent leurs collaborateurs, sur l’ensemble de leur chaîne d’approvisionnement. C’est le sens de la « Workforce Disclosure Initiative », coordonnée par l’organisation britannique Share Action et soutenue par 79 investisseurs.

Source : Ressources humaines : les investisseurs veulent plus de transparence

Dirigeants et managers : vos mots parlent !

Acquise depuis l’enfance, la langue maternelle comporte des variations importantes. On distingue en effet des niveaux de langues différents : familière, soutenue, technique, savante, populaire, argotique, « jargonnante » … Ces variations sont sources d’ambiguïté mais heureusement, la plupart du temps, elles ne nous empêchent pas de communiquer et de nous comprendre. Notre utilisation de notre langue maternelle traduit nos pensées, nos intentions ainsi que nos ressentis. Elle peut aussi nous trahir car elle est souvent interprétée et nos mots sont des miroirs de nos relations.

Source : Dirigeants et managers : vos mots parlent ! | Francis GIRARD | Pulse | LinkedIn

Prix de l’Entrepreneur EY. Posson Packaging, entreprise familiale et sociale [vidéo]

La société Posson Packaging, implantée près de Sablé (Sarthe), est spécialisée dans la fabrication d’emballages carton. Mais son ambition est aussi de respecter des valeurs sociétales et environnementales. Elle est candidate au Prix de l’Entrepreneur EY dans le Grand Ouest, qui sera remis le 19 septembre à Rennes.

Installée dans la zone d’activité Ouest Park à Sablé-sur-Sarthe depuis dix ans, l’entreprise Posson Packaging est implantée depuis 1942 dans la région. Spécialisée dans la fabrication d’emballages en carton imprimés en technologie offset, elle emploie aujourd’hui 120 salariés et s’apprête à célébrer ses 75 ans.

Source : Prix de l’Entrepreneur EY. Posson Packaging, entreprise familiale et sociale [vidéo]

« Les coopératives, une alternative à l’ubérisation de l’économie », selon Sandrino Graceffa (SMart)

Il n’y a pas que Uber dans la vie ! C’est ce qu’explique Sandrino Graceffa, le dirigeant de SMart, l’une des plus grandes coopératives de travailleurs en Europe, dans son dernier livre « Refaire le monde du travail » (1). En pleine mutation des formes d’emplois, il propose une troisième voie entre l’hyper-flexibilité prônée par les plateformes de type Uber ou Airbnb et le sur-protectionnisme lié au salariat. Il s’agit des coopératives d’activité et d’emploi, des entreprises dans lesquelles les entrepreneurs sont aussi salariés.

Source : « Les coopératives, une alternative à l’ubérisation de l’économie », selon Sandrino Graceffa (SMart)

Agnès Buzyn, ministre de la Solidarité, expose ses priorités pour renforcer l’autonomie des personnes

A l’occasion de la réunion du 5 juillet 2017 du Conseil d’administration de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA), Madame Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a tenu à s’adresser à l’ensemble des membres du conseil pour exposer les priorités qui guideront son action en faveur de l’autonomie des personnes âgées et handicapées.

(…) Ces enjeux sociétaux concernent des millions de personnes, en situation de handicap ou de grand âge, ainsi que leurs proches et leurs aidants. Un effort budgétaire conséquent et nécessaire leur est aujourd’hui consacré.

Source : CNSA : Agnès Buzyn expose ses priorités pour renforcer l’autonomie des personnes | AgeEconomie – Marché Seniors

Les Montréalais transforment leurs ruelles en jardins conviviaux

Ouvertes au XIXe siècle, les ruelles de Montréal ont longtemps servi la voiture. Mais la tendance s’est inversée et 350 d’entre elles ont aujourd’hui été « verdies » par les riverains. Diminution des îlots de chaleur, amélioration de la qualité de l’air, augmentation de la biodiversité, des surfaces perméables et des échanges entre les habitants… les bénéfices sont multiples.

 

Source : Les Montréalais transforment leurs ruelles en jardins conviviaux