La RSE, un outil pour se développer à l’international

S’intéresser aux politiques de RSE, c’est bien sûr regarder comment les entreprises tiennent compte de leurs parties prenantes, externes notamment. Ainsi, dans le cadre de leurs activités sur le territoire national, les médias font parties des principales parties prenantes que les entreprises françaises choient, la dimension de communication étant encore significative. A l’international, ce n’est pas le cas : l’orientation est clairement business. Les clients sont considérés comme étant le groupe de parties prenantes le plus influent dans le développement économique de l’entreprise devant les pouvoirs publics, les investisseurs, les institutions internationales et la société civile.

En Europe, les questions liées à l’environnement, à l’égalité hommes-femmes, au handicap, à l’innovation, et à l’insertion professionnelle sont mises en avant. En Amérique latine ou en Afrique, le respect des droits de l’homme et les droits du travail sont plus souvent cités. De manière générale, la question du « licence to operate », de plus en plus comprise comme la capacité à se faire accepter par les parties prenantes locales, est essentielle.

« Innover pour le progrès social »

Limités jusqu’à présent aux grands groupes (Danone, Véolia, Orange, Essilor pour citer quelques exemples connus), ces nouveaux modes de développement se multiplient dans les pays émergents. 80% des entreprises pratiquant le social business indiquent en faire notamment par le biais du financement (ou la participation financière) de projets avec des associations ou des entrepreneurs. L’enjeu pour les entreprises est d’être très clair sur l’objet de cette participation : il ne s’agit pas de simples dons ou de mécénat mais bien d’une logique de développement commercial associant des pratiques de RSE. A terme, cet investissement sociétal doit permettre un développement économique pérenne au niveau local.

La maturité sur la question de la RSE et du développement international dispose encore d’une marge de progrès.

Lire l’intégralité de l’article


Permalien : https://wp.me/p2OxiV-KN

Publicités

Ferme pédagogique de Gabès : Agroécologie au service des handicapés

Tunisie : À la découverte de la ferme pédagogique de Gabès, un projet se sensibilisation à la préservation de la biodiversité et d’insertion socio-économique de personnes en situation de handicap grâce à l’agroécologie et à l’écotourisme.

Le projet «Emplois verts» est financé par l’Union européenne dans le cadre du PGE Gabès, à hauteur de 300.000€, et mis en œuvre par Handicap International, l’Union tunisienne d’aide aux déficients mentaux de Gabès (UTAIM), et l’Agence tunisienne de l’emploi et du travail indépendant (Aneti), sur une période de 24 mois (28/09/2016-27/09/2018).

Le développement durable, c’est aussi aider les plus vulnérables à trouver leur place dans la société.

L’impact le plus important est sans doute l’autonomisation des jeunes handicapés. «Travailler avec eux est très enrichissant. Ils ont tellement à nous apprendre et font preuve d’une motivation sans faille, bien supérieure à celle des “valides”. Ils prennent chaque tâche comme un défi», souligne Marwa Kaabi, qui gère le projet pour l’UTAIM.

Lire l’intégralité de l’article


Permalien : https://wp.me/p2OxiV-KC

 

Les salariés de Danone deviennent coactionnaires

capture d’écran – Europe1

C’est une initiative inédite. Le Français Danone, l’un des leaders mondiaux des produits laitiers, va offrir à chacun de ses salariés une action du groupe. Une démarche qui vise à intégrer davantage les employés dans le processus de restructuration de l’entreprise à l’horizon 2030. Ce sont ainsi plus de 100.000 salariés qui vont devenir co-actionnaires et co-décisionnaires de Danone. « C’est beaucoup plus que symbolique, ça donne du sens. L’opposition entre le social et l’économique a mis le monde à l’envers« , commente ainsi vendredi matin Emmanuel Faber, le PDG du groupe, invité de la matinale d’Europe 1.

Une autre vision du capitalisme. « La société se sent  sous la contrainte de l’économie, qui se sent sous la contrainte de la finance, alors que la finance devrait servir l’économie et l’économie la société« , développe le dirigent pour justifier sa vision. « Le capitalisme, tel qu’il est écrit dans les manuels, et tel qu’il est guidé par la finance aujourd’hui, n’est pas tenable. Nous, on construit une entreprise dans l’horizon court, moyen et long« , assure-t-il.

source : europe1.fr


Permalien : https://wp.me/p2OxiV-Ks

Mettre fin à la déforestation : un jugement de la Cour suprême de la Colombie

Par un jugement historique rendu le 5 avril 2018, la Cour suprême de la Colombie a ordonné au gouvernement colombien de mettre fin à la déforestation, lui rappelant son devoir de protéger la nature et le climat au nom des générations présentes et futures (lire la décision). Ce jugement fait suite à l’assignation en justice de l’État colombien par vingt-cinq jeunes citoyens. Les plaignants, dont la plus jeune a 7 ans, sont issus des 17 régions de Colombie qui risquent le plus d’être affectées par les changements climatiques.

Par cette décision, les juges enjoignent le gouvernement, les gouverneurs des différentes provinces et les municipalités d’élaborer un plan d’action dans les cinq mois à venir pour préserver la forêt.

La Haute Cour a également déclaré que l’Amazonie bénéficie de droits juridiques et de protection  en vertu de la loi. La Cour constitutionnelle colombienne avait en effet déjà statué en 2016 (décision T-622) que le fleuve Atrato, très pollué, avait des « droits » à la protection et la conservation.

Le gouvernement devra désormais élaborer ce plan intergénérationnel en faveur de la vie de l’Amazonie colombienne avec une large participation sociale, des plaignants, des scientifiques et des membres des communautés amazoniennes, pour prévenir la déforestation et réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Extraits de l’article publié sur theconversation.com

En complément, nous vous invitons à lire :

Vingt-cinq jeunes citoyens assignent l’État colombien en justiceOn voit de plus en plus des citoyens, ou des groupes de citoyens, saisir la justice sur des questions environnementales…

La Constitution peut-elle vraiment protéger le climat ?Pour les associations, auxquelles s’est associé le WWF, il s’agit d’une première victoire. Une lutte efficace contre le dérèglement climatique passe selon elles nécessairement par son inscription dans le droit.

La nature pourrait avoir un statut de personnalité juridique … Un fleuve en Nouvelle Zélande (2012) et les montagnes de l’Équateur (2008) ont déjà ce statut.

Le droit est un outil pour reconnaître une personnalité juridique à des écosystèmes…. _A quelques jours d’intervalle (2017), trois fleuves viennent d’être dotés d’une personnalité juridique. En Nouvelle-Zélande tout d’abord, où le Parlement vient d’accorder à la rivière Whanganui les mêmes droits qu’une personne. Et en Inde, où la Haute Cour de l’Etat himalayen de l’Uttarakhand a décrété que le Gange et l’un de ses affluents, la Yamuna, seraient désormais considérés comme des « entités vivantes ayant le statut de personne morale » et les droits afférents._


Permalien : https://wp.me/p2OxiV-JO

Politique de handicap et de diversité : abordons la !

Qualité de vie au travail, bonheur au travail, politique de handicap et de diversité : ces concepts émergent et prennent de plus en plus de place dans notre vocabulaire de RH. Cependant, les entendre ne veut pas forcément dire les comprendre ou les appliquer. Chez France Médias Monde, le sujet est assez important pour créer de réelles actions. Le groupe France Médias Monde est une société créée dans l’optique de superviser et de coordonner les activités des radios et des télévisions publiques françaises. Elle regroupe France 24, RFI et Monte Carlo Doualiya.

Récemment le groupe a décidé de mettre en place un dispositif de sensibilisation au handicap et à la diversité. Par l’utilisation de ce programme, le groupe a réussi à faire changer les perceptions de ses collaborateurs sur le handicap.

Découvrez l’intégralité de l’article

 

Leadership Féminin et Afrique : portrait de Nathalie Kpanté

RSE et PED est allée à la rencontre de Nathalie Kpanté, jeune femme entrepreneure togolaise. Découvrez le portrait d’une femme leader africaine.

Nathalie Kpanté a commencé à travailler avec des ONG locales spécialisées dans l’aide à l’enfance et le développement rural. Elle y a acquis des expériences et programmé de créer sa propre entreprise.
Sa plus grande fierté concerne sa participation au Mandela Washington Fellowship du programme YALI initié par le Président OBAMA en 2016.

Pourriez-présenter votre activité CHOCO TOGO ?

« SCOOPS CHOCO TOGO est une coopérative spécialisée dans la promotion, la production, la commercialisation et la transformation du cacao togolais. Nous faisons la transformation artisanale du cacao en chocolat et divers produits dérivés en vue de leur valorisation et leur commercialisation sur le marché local, régional et international, pour accroître et diversifier les revenus des transformateurs et favoriser ainsi la création d’emploi.

CHOCO TOGO est un chocolat artisanal produit en utilisant les méthodes traditionnelles depuis la sélection des fèves jusqu’à l’obtention du produit fini. Comparé au chocolat industriel, qui contient des additifs chimique ou huiles, CHOCO TOGO fait ressortir l’arôme naturel qui provient du cacao.  Nous n’utilisons aucun arôme chimique. Nous utilisons juste la pâte de cacao, le sucre roux, l’arachide, le gingembre, la noix de coco suivant un processus qui donne une originalité à notre chocolat.

Nous formons aussi des femmes et jeunes filles des milieux ruraux en transformation du cacao et avons initié le tourisme responsable’sur la route du cacao’’ pour créer un pont entre le monde des producteurs du cacao et celui des consommateurs du chocolat.

CHOCO TOGO est aujourd’hui la première structure productrice de chocolat au Togo. »


Permalien : https://wp.me/p2OxiV-J2

Méthodes agiles : effet de mode ou réelle révolution pour l’entreprise ?

Concevoir autrement les pratiques traditionnelles de gestion de projets, c’est le sens et le fondement de ce qui est aujourd’hui regroupé sous l’appellation méthodes agiles. Celles-ci regroupent des approches innovantes développées fin des années 80 et formalisées en 2001 par le Manifeste Agile. Elles reposent sur une vision incrémentale et itérative de la gestion de projet, consistant à avancer par répétition de cycles courts et de feedbacks servant à redéfinir peu à peu ce qui sera réalisé par la suite.

La simplicité – c’est-à-dire l’art de minimiser la quantité de travail inutile – est essentielle.

agilemanifesto.org/iso/fr/principles.html (capture extrait)

« Mettre en valeur ce qui va, et remettre en cause ce qui ne va pas pour l’améliorer grâce à des boucles rapides, est profondément ancré dans l’approche agile », concède ainsi Laurent Carbonnaux, coach agile au sein de cabinet de conseil Ekito.

Source : leblogexpectra.fr


Permalien : https://wp.me/p2OxiV-IV

Elles apprennent à négocier un meilleur salaire

L’écart salarial homme femme sur une vie représente 220 000 à 480 000 € ; au rythme où il se réduit, on atteindra l’égalité en 2186; à l’embauche, les femmes demandent 15 % de moins que les hommes…

Inégalités salariales hommes-femmes en Europe en 2018 (statistiques UE) @economiematin.fr

Afin de lutter contre l’écart salarial avec les hommes, Audencia, école de commerce de Nantes, donne aux femmes des outils pour oser demander une augmentation.

« On voit bien qu’il y a une question de posture, de conditionnement. Les femmes ont intériorisé les stéréotypes de genre », souligne Anne-Laure Guihéneuf, formatrice, responsable du pôle Études chez Audencia, école de commerce de Nantes. Elle ajoute : « Une femme qui négocie peut faire peur à un recruteur. »

Pour lutter contre cette injustice, Audencia a lancé Négotraining, une initiative inédite en France. Cette formation de trois heures, gratuite pour toutes, vise à leur donner « quelques clés » et des astuces pour obtenir de meilleurs émoluments. « On sensibilise aussi les responsables d’entreprises et les dirigeants. »

Inscriptions : digitaly-france.com/negotraining


Pour compléter votre lecture :


Source : Ouest France

Permalien : https://wp.me/p2OxiV-II

Pertinences sociétales – Mini-revue de presse du 3 mars 2018


Prix Irène Joliot-Curie 2017 : trois femmes de science récompensées

Pour la 16e édition du prix Irène Joliot-Curie, le Jury présidé par Catherine Cézarsky, membre de l’Académie des sciences, a choisi de distinguer les trois femmes de science suivantes : Nathalie Palanque-Delabrouille, Hélène Morlon et Aline Gouget.


Créer ou reconvertir l’entreprise dans une logique responsable – l’initiative du groupe HUMANIS 

Le projet Hauts-de-France est une mise en œuvre de la stratégie du Groupe qui s’adapte aux spécificités du territoire Hauts-de-France. Cela se traduit, entre autres, par la co-création avec les clients et les acteurs locaux, la prise en compte des besoins des acteurs du territoire, un laboratoire d’innovation permettant des expérimentations réactives, ou encore le soutien à l’entrepreneuriat.

From  www.bipiz.org


GRUPO MIERES ANGOLA et SNC Lavalin : une joint-venture qui place la RSE au centre du partenariat

Grupo Mieres Angola (GMA) est une compagnie multi-services dans le domaine du gaz et du pétrole, fondée en 2013 en Angola (top-10 des pays les plus corrompus). L’entreprise possède des bateaux et gère les équipages, aide les entreprises qui veulent investir en Angola, s’occupe des visas de travail et de traductions. En voulant pénétrer le marché angolais par une joint-venture, le canadien SNC Lavalin recherchait un partenaire aux préoccupations éthiques fortes et soucieux de ses fournisseurs. GMA a été sélectionné, mais avait besoin de mettre en place une structure de RSE claire.

From www.bipiz.org


MAROC : Un nouveau cadre juridique pour la RSE

Un projet de loi sur la responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE) est déposé à l’Assemblée nationale des représentants du peuple depuis 2017. Le projet devrait conférer un cadre juridique pour l’action sociétale de l’entreprise. Retour sur le projet de loi dont la discussion est prévue prochainement

From www.leconomistemaghrebin.com


Engagement des entreprises pour l’emploi des travailleurs handicapés

La Secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargée des personnes handicapées, Mme Sophie Cluzel, a confié à la Plateforme RSE la mission d’identifier les leviers les plus efficaces pour encourager les entreprises à prendre des initiatives volontaires en faveur de l’embauche et du maintien dans l’emploi en milieu ordinaire des travailleurs handicapés.

From www.strategie.gouv.fr


«Nous sommes le grain de sable qui tente d’enrayer la machine du textile low-cost»

Nayla Ajaltouni est coordinatrice nationale du collectif Éthique sur l’étiquette.

Elle a rencontré à Roubaix les futurs ingénieurs textiles de l’Ensait et a échangé avec eux sur les droits humains dans l’industrie de l’habillement. Rencontre.

From www.nordeclair.fr


Made & More, la start-up belge qui entend révolutionner la mode

Constatant les dérives de l’industrie textile, la jeune Liégeoise Stéphanie Fellen veut révolutionner la mode en vendant des vêtements et des accessoires uniquement fabriqués en Europe,

….dans le respect de l’environnement et de l’humain.

From stories.lalibre.be

 


#Top #Employer #QVT : La qualité de vie au travail ne s’improvise pas 

D’une grande diversité, les programmes contribuant à des conditions de travail agréables 
sont conçus en concertation étroite avec les principaux concernés : les collaborateurs.

Via Harmony


L’entreprise de demain devra être responsable

(…) L’entreprise est généralement un projet économique collectif porté par des entrepreneurs cherchant à réaliser un projet (industriel, social ou financier, selon le cas) en mobilisant des ressources (capital, travail, éléments naturels…), généralement dans le but d’en retirer un gain. La société est quant à elle le support juridique institué par la loi pour régir les relations entre les entrepreneurs, et avec les tiers. Notre législation gagnerait donc à préciser, autant que faire se peut, ce qu’est une entreprise. Il est possible de s’inspirer pour cela des récents travaux du Conseil économique, social et environnemental.

From theconversation.com


#Écosystème : Comment les startups peuvent « changer le monde »

Nourrir la planète, réinventer la ville et le lien social, réduire la pauvreté… Des objectifs de grande échelle auxquels contribuent pourtant de petites startups avec leurs solutions concrètes et leur vision de terrain.

From www.maddyness.com


Women4Climate : l’élan des femmes pour le climat continue !

(…) « Nous vivons une époque où la réussite des femmes n’a jamais été aussi importante, que ce soit au sein des conseils d’administration, à la tête des grandes villes ou dans d’autres domaines. Nous nous réjouissons des progrès, mais nous ne saurons nous en satisfaire tant que nous n’aurons pas relevé le défi le plus urgent de notre temps : le changement climatique, » a déclaré Alexandra Palt, directrice de la responsabilité sociale et environnementale de L’Oréal.

From madame.lefigaro.fr


Plutôt que de s’opposer aux quotas, il faut rechercher activement des femmes

Le quota de représentation féminine proposé par la Confédération se heurte à une forte opposition au sein des conseils d’administration suisses. Plutôt que de lutter contre ces prescriptions, les entreprises devraient s’efforcer de féminiser rapidement les conseils, juge Reto Savoia, membre du comité directeur d’economiesuisse.

From www.letemps.ch


La CAMIF veut montrer l’exemple pour les futures « entreprises à mission »

Alors le projet de loi PACTE sera présenté au printemps prochain au Parlement, la CAMIF, consultée directement dans l’élaboration du plan d’action, veut ouvrir la voix aux entreprises responsables. Pionnière de l’ESS, elle a inscrit dans ses statuts en novembre dernier la définition de sa mission sociale, devenant ainsi l’une des premières Sociétés BCorp à Objet Social Etendu (SOSE).

From www.carenews.com


Agroforesterie | Et si les arbres retrouvaient toute leur place dans les champs ? SIA2018

Chassés par l’agriculture intensive au siècle dernier, les arbres reviennent petit à petit dans les campagnes françaises, associés dans ou autour des champs aux élevages et/ou cultures. C’est l’agroforesterie, une piste pour l’agriculture de demain ?…

From www.20minutes.fr


Mines Saint-Etienne en hackaton du 26 au 28 février au service de projets à impacts sociétaux et environnementaux

L’Ecole des Mines de St-Etienne se lance dans l’organisation des deux événements d’envergure. Le quotidien de l’établissement tout entier sera bouleversé du 26 au 28 février prochains pour accueillir Innov’actions sur le campus gardannais et Dynamo Days sur le campus stéphanois. Nous souhaitons offrir la possibilité aux élèves de tous nos campus de participer à ces activités pédagogiques qui se tiendront en quasi-simultanéité et dont les objectifs et l’orientation sont proches.

From www.innovation-pedagogique.fr


SoLocal Group remporte un Prix pour son dialogue participatif

Dans la catégorie « Meilleur projet RSE institutionnel & corporate », catégorie récompensant les organisations qui impliquent le mieux les parties prenantes dans leur stratégie et projet, SoLocal Group a obtenu le trophée de bronze derrière Suchard/Carambar et Showroomprive. Retour sur le projet qui a permis à SoLocal Group de remporter ce prix avec Carole Vrignon, directrice de la Responsabilité Sociétale du Groupe.

From e-rse.net


En Belgique, une association lance un concours de peintures pour malvoyants

Le malvoyant est un voyant qui perçoit le monde par-delà notre façon habituelle et rationnelle. C’est pourquoi la première édition du concours national de dessin et de peintures pour malvoyants a été créée. Prix Charles-Emmanuel Schelfhout. Le concours est gratuit et ouvert à tous, enfants et adultes, résidents en Belgique, débutants ou expérimentés et atteints d’un handicap de la vue officiellement reconnu (moins de 30% de vue avec lunettes ou lentilles). Aucun thème ni sujet ne sont imposés.

From www.lefigaro.fr


EN BREF

 

Social Calling, le déclic d’une génération

Et si les nouvelles technologies pouvaient réparer le monde ?

Pendant plusieurs mois, la journaliste économique Émilie Vidaud a enquêté sur un nouveau phénomène : le réveil social des entrepreneurs. Leur pouvoir ? Les technologies. Leur ambition ? Apporter des réponses pérennes aux problèmes de notre temps, tout en créant des entreprises rentables. Les pionniers de la SocialTech seraient-ils les nouveaux fers de lance d’une économie où l’argent ne serait plus une fin mais un moyen ?

Décryptage d’un changement d’époque avec Émilie Vidaud.

Lire+ sur le blog d’Annabelle Baudin

  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

  • Catégories

  • Suivez-moi sur Twitter