ONU Climat – Guterres salue les ‘voix de l’espoir’

Photo: CCNUCC – Des enfants participant à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Bonn (COP 23), en Allemagne.

Le chef de l’ONU a salué l’engagement des milliers de jeunes qui ont marché vendredi 15 mars 2019 partout dans le monde contre le dérèglement climatique et appelé tous les dirigeants à mettre en œuvre l’Accord de Paris sur le climat.

« Hier, des dizaines de milliers de jeunes sont descendus dans la rue pour adresser un message clair aux dirigeants de ce monde : agissez maintenant face à l’urgence climatique pour sauver notre planète et notre avenir », a écrit le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, dans une tribune publiée dans le quotidien britannique The Guardian. « Ces écoliers et écolières ont compris ce qui semble échapper à bon nombre de leurs aînés : nous luttons pour notre survie, et nous sommes en train de perdre la bataille ».

Vendredi, plus d’un million d’étudiants, de lycéens et de collégiens ont défilé dans 2.000 villes de 125 pays pour demander à leurs dirigeants d’agir contre le dérèglement climatique.

« Ma génération n’a pas été à la hauteur face à la menace titanesque des changements climatiques », a reconnu António Guterres, « et les jeunes font les frais de cette inaction. Rien d’étonnant à ce qu’ils soient en colère ». 

Source : ONU Info

Publicités

Formation à l’égalité à Sciences po

Najat Vallaud-Belkacem en novembre 2018. — MATHIEU PATTIER/SIPA

Le certificat égalité femmes-hommes et politiques publiques lancé le 14 février 2019 par Sciences po est codirigé par Najat Vallaud-Belkacem et Hélène Périvier, économiste à l’OFCE. Il s’adresse à des étudiants de master, futur(e)s DRH, femmes et hommes politiques, directeurs ou directrices d’institut culturel, responsables d’organismes internationaux, directeurs ou directrices administratifs.

La formation s’appuie sur des témoignages de personnalités qui partageront leurs expériences vécues au cours de leur carrière.

C’est une des conséquences de plus du mouvement #MeToo et de la prise de conscience de la société des discriminations vécues par certaines femmes dans la sphère publique comme privée. Les formations sur l’égalité femmes-hommes se développent dans les universités et les grandes écoles.

Source


Une Conférence-débat à l’occasion de la sortie de « L’égalité sans condition », nouvel ouvrage de Réjane Sénac, directrice de recherche CNRS au CEVIPOF Sciences Po, en présence de l’autrice, s’est déroulée le 6 mars au CEVIPOF – 98 rue de l’Université 75007 Paris. À propos de l’ouvrage, « La diversité, c’est bon pour le business. »; « Si Lehman Brothers avait été Lehman Sisters, il n’y aurait pas eu la crise. »

Source


Publié le 10/03/2019 –

Permalien : https://wp.me/p2OxiV-QN

Rendre accessible les produits locaux

Sensibiliser et rendre accessible, y compris aux plus précaires, les produits locaux : voilà le défi que se sont lancées dix instances territoriales et associatives.

150 familles ont déjà bénéficié de deux achats groupés passés à titre « expérimental ». Lancé, ce projet d’alimentation durable et pour tous doit maintenant se structurer. Une réunion décidera de son avenir le 25 février.

Source : L’Est Républicain

Permalien :https://wp.me/p2OxiV-PO

Le mécénat n’est pas réservé aux seules grandes entreprises

Le mécénat n’est pas réservé aux seules grandes entreprises. Boîte à outil pour orienter les PME vers des dons au profit de leur territoire d’implantation et les accompagner dans le processus juridique, le club Entreprises & Mécénat en Bourgogne-Franche-Comté a réuni le 5 février à Dijon, entreprises et porteurs de projets.

Encore une idée reçue, le mécénat ne se traduit pas seulement par un don en numéraire, la pratique la plus courante car la plus facile. Ce peut être un apport en nature au profit d’associations le plus souvent caritatives, ou une offre de compétences : l’entreprise met un ou plusieurs de ses salariés à disposition d’un projet, quelques heures par semaine, sur leur temps de travail ou réalise gratuitement une prestation avec pour but de transférer un savoir-faire. Les trois formes de mécénat bénéficient d’une déduction fiscale de 60% de la valeur du don dans la limite de 0,5% du chiffre d’affaires.

Au moment où la RSE (Responsabilité sociale de l’entreprise) est une réflexion de plus en plus présente dans l’entreprise, elle peut être un catalyseur, explique Corinne Strauss, présidente de France Qualité Performance. « Le mécénat est un des volets possibles de l’implication sociétale de l’entreprise qui recherche un ancrage territorial et un dialogue avec son environnement économique et social qu’il s’agisse de ses salariés, de ses fournisseurs ou des consommateurs. »

Source

 

Mécénat de compétences et quête de sens : une démarche RSE

Le premier baromètre de la fondation SNCF sur le mécénat de compétences révèle le désir grandissant des salariés de mêler vie professionnelle et engagement associatif. Un désir partagé par de nombreuses entreprises, qui y trouvent aussi leur intérêt.

Donner du sens à son travail… Ce besoin partagé par de nombreux salariés, (75% selon la dernière étude d’ADP Group) le mécénat de compétences tente d’y répondre par une formule inédite, qui «consiste à mettre à disposition un salarié sur son temps de travail et ses compétences au profit d’un projet d’intérêt général». Telle est la définition du site l’Admical, l’Association pour le développement du mécénat industriel et commercial, qui comptabilise 24.000 entreprises pratiquantes en France. Une sorte de mécénat nature donc, qui gagnerait à être largement développé à en croire le premier baromètre lancé par la fondation SNCF, avec l’Ifop, auprès de 3000 personnes.

Notre enquête

Sur la base d’un panel de 97 documents de référence, publié sur le site de l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) et émis par les entreprises cotées sur la place boursière de la zone euro, Euronext, nous notons que 29,9% des rapports évoquent le « mécénat de compétences ».

Citations/Extraits :

La part du mécénat de compétences s’élève pour 2017, à 391,5 jours consacrés à des actions d’intérêt général par les salariés. [GECINA]

  • au niveau local, dans le cadre de mécénat de compétences et d’apport d’expertise technique, nombre d’entreprises accompagnent des projets de restauration et de mise en valeur de bâtiments historiques à haute valeur patrimoniale.  [VINCI]
  • Foncière des Régions a développé une politique collaborative avec le monde de l’enseignement autour de la recherche appliquée et du mécénat de compétences.
  •  (accord contrat de génération) un volet dédié au mécénat de compétences pour les collaborateurs en fin de carrière. Ainsi 48 collaborateurs ont pu s’investir dans des missions de 6 à 24 mois auprès d’organisations à but social. [BNP Paribas]
  • (des actions) qui se matérialisent sous forme de collectes, de mécénat de compétences ou d’actions de lien social. [EDENRED]
  • Les projets de la Fondation Veolia impliquent des collaborateurs du groupe, des parrains des projets soutenus (mécénat financier) ou des volontaires du réseau Veoliaforce (mécénat de compétence via des interventions sur le terrain.
  • la Fondation Terre Plurielle de Bouygues Construction soutient financièrement et/ou via un mécénat de compétence des projets de solidarité favorisant l’accès à l’éducation, à l’emploi et à la santé,
  • l’appui des Caisses locales et régionales aux associations se traduit par des dons en nature, du mécénat de compétences, de la mise à disposition de locaux et de moyens humains. [Crédit Agricole]
  • En 2017, un collaborateur du Crédit Foncier a mis ses connaissances en matière de financement de projets immobiliers et d’environnement réglementaire au service de l’association Habitat et Humanisme pour une durée de neuf mois dans le cadre du mécénat de compétence.

 


Source


Permalien : https://wp.me/p2OxiV-Pt

Les étudiants embrayent pour le climat : mouvements, collectifs, appels à la grève…

Tandis que les grèves étudiantes pour le climat se multiplient en Europe, de jeunes Montréalais s’affairent à étendre ce mouvement aux universités et aux cégeps du Québec.

Bruxelles, le 24 janvier dernier. PHOTO AP

Le collectif «La Planète s’invite à l’Université de Montréal» a vu le jour il y a seulement trois semaines et il prévoit déjà lancer un appel à l’ensemble des étudiants de la province vendredi. «On veut pas juste faire la grève pour faire la grève, explique Léa Ilardo, porte-parole du mouvement. Les jeunes ont la responsabilité de montrer qu’on n’est pas résignés et qu’il est encore temps».

En France, la rentrée de septembre 2018 a marqué un tournant pour les mobilisations environnementales. La démission de Nicolas Hulot a d’emblée mis la question écologique sur le devant de la scène. Dans la foulée, la première manifestation pour le climat du 8 septembre 2018 a été un succès.

Près de 150 000 manifestants se sont rassemblés en France et en Belgique. La prochaine étape sera la grève scolaire mondiale du 15 mars 2019.

Camille 13 ans a manifesté le dimanche 27 janvier, et avec ses parents ce jeudi 31 janv. Sa maman est venue manifester avec elle.
Photos : © Mathilde Dorcadie/Reporterre

Jeudi 31 janvier, plusieurs milliers de collégiens et de lycéens ont traversé Bruxelles à vive allure — certainement pour mieux braver le froid — du nord au sud, dans une ambiance festive, et ce, pour la quatrième fois en un mois. Brandissant des pancartes en français, en néerlandais et en anglais, ces jeunes Belges « brossaient » les cours [expression belge pour parler de l’école buissonnière] afin d’interpeller les dirigeants politiques sur une préoccupation de plus en plus fondamentale pour eux : leur avenir… sur cette planète.

Ces marches sont organisées par Youth For Climate, une organisation lancée récemment par des étudiants flamands pour répondre à l’appel de Greta Thunberg, rendue célèbre par son intervention à la COP24, à organiser une « grève scolaire » pour le climat.

 


Source :  lapresse.ca


Autres sources :


Permalien : https://wp.me/p2OxiV-Pi

La culture joue un rôle dans la reconstruction des villes (UNESCO/Banque mondiale)

La Banque mondiale et l’UNESCO évoqueront le rôle essentiel que joue la culture dans la planification et le financement de projets pour les villes victimes de la guerre et des catastrophes à l’occasion de la présentation d’un nouveau document d’orientation intitulé La culture dans la reconstruction et le relèvement des villes, le 16 novembre (17 h 30) au siège de l’UNESCO.

La croissance rapide de l’urbanisation dans le monde expose les villes et leurs habitants aux effets dévastateurs de conflits d’une complexité croissante et de catastrophes naturelles de plus en plus fréquentes. D’ici 2030, on estime que les catastrophes coûteront aux villes du monde entier quelque 314 milliards de dollars par an, soient près de deux fois plus que la moyenne des 15 années précédentes. L’approche décrite dans CURE (1) intègre la culture dans les politiques de développement urbain durable pour aider à créer des environnements urbains inclusifs, sûrs, résilients et durables pour tous.

Les deux organisations mènent actuellement des projets opérationnels conjoints en Arménie, en Chine, en Géorgie, en Haïti, au Mali, au Pakistan et en Papouasie-Nouvelle-Guinée.


 

Source ; UNESCO

(1) Le programme CURE s’inscrit dans le cadre d’une initiative plus large qui fait suite à la signature d’un Mémorandum d’accord entre l’UNESCO et la Banque mondiale en juillet 2017.

 

[Initiative] Auddicé, mécène de l’association d’insertion La Ferme des vanneaux

Auddicé est un bureau d’études.

La Ferme des Vanneaux est une structure d’insertion par l’activité économique.

Chacun vit dans son monde. Sur le papier. Louis-Philippe Blervacque, le patron d’Auddicé, a décidé d’accompagner la structuration du modèle économique de l’activité maraîchage de la ferme.

Source : La voix du Nord

 

Une plateforme logistique à vocation humanitaire en IdF

Créée par Croix-Rouge insertion, association loi 1901 fondée par la Croix-Rouge française, la plateforme logistique abrite une nouvelle entreprise d’insertion « Logistique ».

Baptisée Croix-Rouge insertion « Logistique », cette plateforme à vocation entrepreneuriale est destinée à permettre le retour à l’emploi des plus précaires sur les métiers porteurs de la logistique (caristes, manutentionnaires, chauffeurs, préparateurs de commande). D’une superficie de 3 300m², elle compte cinq salariés encadrés par des professionnels de la logistique, de l’aide humanitaire et de l’insertion par l’activité économique.

Grâce à des dons en nature de matériels de l’enseigne Lidl, elle assure la logistique de l’aide alimentaire liée aux Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD) de la Croix-Rouge française, troisième opérateur associatif de l’aide alimentaire en France.

Le site, situé à Pantin dans le 95, permet un accès facile aux transports routier, ferroviaire, fluvial et aérien pour desservir l’ensemble des besoins logistiques en France et à l’international.

Sources :  VoxLog ; Croix-Rouge ; transportissimo.com  .

Vidéo : Croix-Rouge

 

150 initiatives solidaires à découvrir à Paris cet été

Depuis sa création en 2017, sous l’impulsion de la ville de Paris, Les Canaux, est une véritable vitrine de l’innovation sociale et écologique à Paris. Le lieu a pour vocation de sensibiliser le public aux enjeux de la ville durable et solidaire, au commerce responsable et à l’éco-conception à travers une programmation d’événements festifs et engagés.

Jusqu’au 2 septembre, des entrepreneurs sociaux, des associations, des entreprises d’insertion et des start-up innovantes vont présenter leurs solutions en matière d’alimentation, de gestion des déchets, de tourisme solidaire ou encore d’économie circulaire ou de sport inclusif, en prévision de l’organisation des Jeux olympiques à Paris en 2024.

Du lundi au dimanche, des événements sont organisés sur la terrasse des Canaux. Vous trouverez le programme complet ici.

Source :  up-inspirer.fr/


Permalien : https://wp.me/p2OxiV-MF

  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

  • Catégories

  • Suivez-moi sur Twitter