Responsabilité et chaîne d’approvisionnement : les grandes références internationales

la d?claration des droits de l'hommeLes textes internationaux se sont multipliés au cours des dernières années pour affirmer que les entreprises doivent respecter les droits humains. La plupart de ces instruments ne sont pas contraignants mais les États et la société civile peuvent s’appuyer dessus pour inciter les entreprises à être responsables tout au long de leur chaîne d’approvisionnement.

Passage en revue des textes et standards qui font références.

Lire+ sur Novethic

lien court : http://wp.me/p2OxiV-xW

Norme ISO achats responsables : c’est maintenant qu’il faut donner son avis !

Une nouvelle norme internationale sur les achats responsables est en cours d’élaboration. Afnor, qui copilote le groupe de travail de l’Organisation internationale de normalisation (ISO) avec le Brésil, ouvre la phase d’enquête publique sur le texte jusqu’au 29 janvier 2016.

 

Sourced through Scoop.it from: www.lemoniteur.fr

See on Scoop.itPertinences sociétales

Fromageries BEL, les « vendeuses de rue » et le programme « Sharing Cities »

le rapport RSE, 148p (mars 2014)

le rapport RSE, 148p (mars 2014)

Dans son rapport RSE, publié en mars 2014, la démarche RSE des Fromageries BEL  s’intitule « Des Sourires pour l’Avenir », pour  apporter son soutien aux communautés dans lesquelles le Groupe est implanté.

 

Cinq piliers reflètent le modèle économique :

  • Partenariats et société
  • Empreinte environnementale
  • Nutrition et produits responsables
  • Communication et consommation responsables
  • Employeur engagé

 

Notre portefeuille compte près de 200 fournisseurs de matières premières laitières (hors lait) et 7 000 autres fournisseurs de biens et services, répartis dans le monde entier : nous cherchons à créer avec eux des relations commerciales solides et durables, afin de limiter tout risque lié à l’approvisionnement.

 

L’approvisionnement local et l’implication locale sont privilégiés. Ces deux formes de développement recouvrent le périmètre de la politique Achats responsables, déclinée par le Groupe BEL.

Certaines entités développent des modèles de distribution qui s’appuient sur le modèle économique local, adressant les vendeuses de rue : le programme « Sharing Cities », développé par Bel Access, associe développement économique et impact social.

 

Les deux modèles mis en œuvre sont situés à Ho Chi Minh City (Vietnam) et Kinshasa (République démocratique du Congo). Ils bénéficient déjà à près de 2 100 vendeurs de rue (cf. page 12 du rapport RSE).

 

Le frein majeur à l’accessibilité des produits alimentaires dans les pays en développement réside souvent dans le dernier kilomètre à parcourir pour atteindre le consommateur, à cause d’infrastructures parfois insuffisantes, de la dispersion des consommateurs ou encore de l’absence de réseaux de commercialisation… Le secteur informel est principalement constitué de vendeuses de rue, qui commercialisent essentiellement des denrées alimentaires auprès de consommateurs à faible revenu.

 

Cette approche, initiée par les fromageries Bel, relève le défi du dernier kilomètre et est destiné à « améliorer les conditions sociales des vendeurs de rues – majoritairement des femmes – en milieu urbain et périurbain« .

Foire au Moyen-âge

Foire au Moyen-âge

 

Les « vendeuses de rue » (vendeurs de rue) existent depuis le Moyen-âge dans tous les pays du Globe. Ces « petits entrepreneurs du bazaar local » ont été et sont les représentants du maillage économique local et de la circulation des biens de consommation. Ils favorisent les interactions rural-urbain. En l’absence de ressources ou d’organisation logistique, de maillage économique,  elles remplissent ce rôle intermédiaire entre les fabricants et les différentes ethnies et/ou populations.

 

En Afrique, l’extension horizontale des villes africaines et l’éloignement entre quartiers résidentiels populaires et quartiers d’activité économique conduisent à un accroissement des consommations hors-domicile, dans les petits restaurants et auprès des vendeuses de rue en particulier. De ce fait, des programmes de soutien, des lieux de vente attribués et sécurisés, des marchés organisés sont nécessaires…   « Les femmes ont aussi besoin d’accéder à des programmes de micro-finance et à des systèmes communautaires de micro-assurance« , précise Emmanual Dlamini, le président du conseil de gestion des commerçants travaillant dans le secteur de l’informel.

Vendeuse de balais à bicyclette (Hanoï, Vietnam)

Vendeuse de balais à bicyclette (Hanoï, Vietnam)

Un métier sous tension

Leurs statuts social et professionnel sont loin d’être reconnus. En Afrique du Sud (ie. 2004), bien que considéré comme un « groupe à risques« , les vendeuses de rue échappent aux programmes de prévention contre le VIH/SIDA. D’autres exemples montrent que l’évolution de leur statut est lente (Rwanda, Côte d’Ivoire, Vietnam, Bolivie, Pérou…) et que l’accès à l’autonomisation économique passe par la formation et l’appui d’ONG. Les paliers de reconnaissance proviennent essentiellement de luttes (Burundi), de stratégie de regroupement [coopératives, Association nationale des vendeurs ambulants de l’Inde (NASVI), Women in Self Employment (WISE), Ela Bhatt et la création de SEWA, Amizero, associations féminines…) et de conquête démocratique.

Plus de douze millions de vendeuses et vendeurs de rue et colporteurs urbains ont eu des raisons d’applaudir lorsque le Parlement indien a, le 19 février 2014, adopté enfin le projet de loi (Protection des moyens de subsistance et réglementation du commerce de rue). Attendu depuis longtemps par les vendeuses et vendeurs de rue, le projet de loi comporte plusieurs dispositions visant à protéger les moyens de subsistance, la sécurité sociale et les droits humains des millions de vendeuses et vendeurs de rue devant les multiples obstacles et attaques orchestrés par les municipalités et la police dans les villes et villages de l’Inde.

 

L’approche du Groupe BEL tend à promouvoir et à construire les étapes d’autonomisation des femmes  pour « l’amélioration de leurs revenus … et à leur qualité de vie via l’accès à des services sociaux« .

 

Lexicologie, expressions apparentées

…vendeuses de rue, marchandes de rue, vendeuses ambulantes, femmes micro-entrepreneurs, vendeuses au bord des rues, travailleuses indépendantes, commerce informel…

 

Sources…

Les Fromageries BEL : notre démarche RSE

Débat (jan. 2012) : « Intrapreneuriat social : le nouveau défi en entreprise ? »

Lettre d’Information OBA de WIEGO (avr. 2014) www.wiego.org

Portraits de Marchandes de Rue

Inde, la révolution par les femmes

Les enjeux du développement alimentaire urbain

Sénégal : La population urbaine représente 45,2% en 2013

Achat responsable… Agir efficacement et concrètement

RHSF donne les étapes d’une démarche d’achat responsable pour prévenir les risques d’abus des droits de l’Homme dans la chaîne de sous-traitance.

Source: www.hrwithoutborders.org

RHSF [ONG de terrain pour promouvoir le respect des Droits de l’Homme au travail dans la chaîne de sous-traitance] met à disposition de ses adhérents son expertise et des outils conçus au cours des missions et des projets que l’ONG a menés. Ces outils ont été conçus par et pour des acheteurs. Ces outils se trouvent sur une plateforme collaborative…

 

pour une démarche assurément RSE/RSO

See on Scoop.itPertinences sociétales

Le Groupe BPCE s’engage dans une politique d’achats responsables et implique ses fournisseurs en matière de RSE

See on Scoop.itPertinences sociétales

<communiqué du Groupe BPCE>

Le Groupe BPCE lance une démarche d’achats responsables dans un objectif de performance globale et durable impliquant les entreprises du groupe et leurs fournisseurs. Il effectue aujourd’hui 40 % de ses dépenses d’achats auprès de PME, et participe ainsi au développement de l’économie et de l’emploi local.

 

Aline Bec, directeur général adjoint opérations groupe, se félicite du lancement de cette politique, « Notre ambition, en accord avec le Plan Stratégique du groupe « Grandir Autrement » 2014-2017, est d’accompagner efficacement son développement en s’inscrivant dans le cadre du modèle coopératif, décentralisé et multimarques du groupe » précise-t-elle.

 

La filière Achats avait déjà relayé les ambitions RSE du groupe au travers d’initiatives exemplaires, telles que la démarche PHARE (Politique Handicap et Achats REsponsables) ou d’autres initiatives menées en région par les entreprises du groupe.

 

credit photo : jeuneafrique.com

congruence-RSO‘s insight:

A noter que, présent depuis plusieurs années en Tunisie, au Cameroun, au Congo-Brazzaville et au Maroc, le Groupe BPCE avait révélé début 2011 nourrir d’importantes ambitions sur le continent africain (Afrique de l’Ouest), ainsi qu’en Asie du Sud-Est.

See on www.bpce.fr