• Articles récents

  • Archives

  • Méta

Les grandes entreprises consomment de plus en plus d’eau…

Malgré les risques de stress hydrique, les grandes entreprises consomment de plus en plus d’eau… titre une publication de Novethic.

Prélèvements en eau des entreprises (en bleu : nombre d’entreprises ayant des objectifs de réduction / en orange : nombre d’entreprises réalisant un reporting sur leurs prélèvements)
Source : CDP 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’accès à l’eau est un enjeu mondial majeur pour les populations, que ce soit en termes de santé, d’alimentation ou de lutte contre les inégalités. Il s’agit de l’un des 17 objectifs considérés comme prioritaires (ODD) pour permettre un développement durable au niveau mondial selon l’ONU. C’est aussi une ressource primordiale pour l’économie. Aujourd’hui, 70 % des prélèvements mondiaux en eau proviennent des chaînes d’approvisionnement agricoles et 19 % de l’industrie.

Dans ce cadre, les grandes entreprises doivent faire le grand écart entre l’utilisation d’une ressource qui leur est indispensable pour leur production et/ou leurs produits et sa nécessaire préservation. Une quadrature du cercle si l’on en croit la dernière étude du CDP (1), publiée ce 22 mars à l’occasion de la journée mondiale de l’eau.

 

Tags : #DocDeRef #CDP #ClimateChange #ChangementClimatique #Sécheresse


Permalien : https://wp.me/p2OxiV-SC

Thierry Marx : « On est tous acteurs de la consommation mondiale »

Le chef deux-étoiles, Thierry Marx, propose des solutions actuelles pour améliorer la gastronomie de demain. Interview.

Dans le cadre d’une conférence sur la gastronomie en 2050, organisée ce lundi 12 novembre au salon EquipHotel, le chef s’est associé à des étudiants des écoles Ferrandi, Essec et Ensci-Les Ateliers pour réfléchir sur l’évolution de la restauration et de l’alimentation d’ici 32 ans. « Si on continue comme aujourd’hui, en 2050 seuls les très riches pourront bien manger, les autres n’auront que le pire de l’alimentation, avec de la lyophilisation à outrance et autres... » De quoi soulever les problématiques écologiques, et d’envisager des solutions.

Dans cet interview, Thierry Marx aborde toutes les questions de fond sur les impacts des « timides » décisions politiques, sociales, sociétales quant au réchauffement climatique et les risques induits sur l’alimentation mondiale.  Il existe déjà des retombées sur nos modes de consommation et notre santé. 

A quoi ressemblera la gastronomie en 2050 ? « Poser cette question, c’est avant tout poser une question sur l’avenir de l’environnement. Si l’environnement n’est pas stable, alors la gastronomie est déstabilisée. Pour préserver les ressources, il faut préserver l’environnement. »

La question de l’eau ? « Si nous restons sur les mêmes rythmes de consommation tout en passant à 9,7 milliards d’humains, alors la planète va cruellement manquer d’eau. Et la première problématique est l’élevage intensif. »

L’agriculture intensive ?   « il faut vraiment réduire les intrants chimiques qui appauvrissent nettement les sols. Par exemple, la terre de la Beauce est passée de 2 tonnes de lombrics par hectare en 1955, à moins de 200 kg aujourd’hui ! Avec des sols vivants, la production est vivante ; alors qu’avec trop de la chimie lourde, les risques à long terme pour la santé augmentent. »

Le prix des produits consommés ?  « Il est idiot de prendre le prix pour seule valeur de négociation. Le développement durable ne peut pas reposer sur une logique de prix. Il faut arrêter de voir la théorie du low cost comme une logique sociale : cela n’a jamais profité aux pauvres, mais uniquement à quelques riches. On est tous acteurs de la consommation mondiale, et cette échelle de valeurs nous aiderait à mieux comprendre ce que nous consommons. (…) Le prix n’est pas l’important en gastronomie, c’est plutôt l’impact social et environnemental.  »

Quelles solutions ? « Je reste optimiste » (…) « Se pose une question essentielle : comment faire pour que chaque citoyen du monde ait la capacité de mesurer l’impact social et environnemental des produits qu’il consomme. En somme, savoir dans quelles conditions ils ont été produits, aussi bien si les producteurs sont bien traités, et si des produits chimiques ont été utilisés. »

Le réchauffement climatique va-t-il aussi avoir un impact ? Totalement. Cela va pousser à réinventer les circuits pour une économie courte (…) Le réchauffement est non négociable et va faire évoluer la production. C’est déjà, le cas…

Thierry Marx interviendra sur le thème « Quelle expérience gastronomique à horizon 2050 », ce lundi 12 novembre à partir de 9h45 au salon EquipHotel, à Paris expo Porte de Versailles.

 


Permalien : https://wp.me/p2OxiV-NX

Avignon, Valence et Nantes, championnes françaises de l’autonomie alimentaire

Retisser un lien social entre producteurs et consommateurs, réduire leurs émissions de CO2, connaître la provenance des produits alimentaires… Les villes ont beaucoup à gagner de l’autonomie alimentaire.

Mais, dans les faits, où en sont-elles ?

Le cabinet de conseil Utopies, qui aide les entreprises à intégrer le développement durable à leur stratégie, a évalué le degré d’autonomie alimentaire des cent premières aires urbaines françaises.

Résultat : L’aire urbaine d’Avignon est la plus autosuffisante de France avec une autonomie alimentaire de 8,2 %, suivie par Valence (6,43 %), Nantes (6,37 %) et Angers (6,36 %). À l’inverse, avec un taux d’autosuffisance inférieur à 0,2 %, les aires urbaines de Thionville, Compiègne, Creil et Forbach se situent en bas de classement.

C’est enfin une question de résilience sociale. Celle-ci passe par le rapprochement des consommateurs et des producteurs, la restauration d’un climat de confiance et de transparence totale. Il faut aussi redonner une mission concrète aux agriculteurs locaux.

Source : Avignon, Valence et Nantes, championnes françaises de l’autonomie alimentaire

La rotation des cultures : une agriculture du bon sens

En agriculture, on a longtemps pensé que modernisation rimait avec monoculture, ou l’exploitation d’une seule variété cultivée sur une même parcelle. Cependant avec le temps, la détérioration des rendements de ce mode de culture a amené à penser différemment. Et si la rotation des cultures était le meilleur moyen d’obtenir des productions en grande quantité et de meilleure qualité, tout en respectant l’environnement ?

Source : La rotation des cultures : une agriculture du bon sens | Be good, do good

Revue de presse RSE/RSO (2016-08)… agriculture

ConvergenceRSO vous propose un extrait de sa curation (cf. Pertinences sociétales –  Risques, Santé, EnvironnementL’Effet Lepidoptera), pour illustrer une actualité que nous considérons comme marquante.

CongruenceRSO_page accueil 160905

 

 

 

 

 

Agriculture

Les réseaux sociaux et les médias sociaux font l’écho de nombreuses initiatives en matière d’agriculture biologique, auxquelles sont ajoutés des programmes de sensibilisation, de prévention…  En terme d’externalités négatives, les actualités citent régulièrement la pollution, les produits phytosanitaires, les pesticides, les sanctions….

Que cible « agriculture » : l’agriculture biologique, l’agriculture urbaine, la permaculture, l’agriculture industrielle, l’agroécologie…

L’agroécologie est un choix de durabilité pour l’agriculture. C’est un mouvement de fond.” [Stéphane Le Foll / l’interview du Figaro du 17 février 2015]

Rien n’est meilleur que l’agriculture, rien n’est plus beau, rien n’est plus digne d’un homme libre. Elle suffit amplement aux besoins de notre vie.”  [De Damase Potvin (1882-1954) / Restons chez nous]

On citera :

  • L’agriculture urbaine s’organise à Lyon avec Refarmers, qui utilise la technologie ZipGrow, et dont il détient d’ailleurs l’unique licence européenne. Venu des Etats-Unis, ce procédé hydroponique permet aux plantes de pousser avec un arrosage automatique goutte à goutte qui permet d’économiser 90% d’eau.
  • Embarras autour d’un rapport explosif sur la nocivité des pesticides, que l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a publié, lundi 25 juillet au soir, sur son site.
  • Le monde agricole est-il en voie d’extinction ? Pas selon Maximilien Rouer, coauteur du livre « Les agriculteurs à la reconquête du monde » et ingénieur agronome, fondateur de la start-up BeCitizen. Dans un entretien à « We Demain », il explique pourquoi, selon lui, l’agriculture de demain sera plus productive, plus écologique et plus rentable. « Grâce au numérique, l’agriculture va dire adieu aux intermédiaires traditionnels » …
  • L’agroforesterie progresse dans le monde. Une étude menée par huit organisations internationales réévalue l’importance de ce système agronomique mêlant cultures et arbres. 43% des surfaces agricoles mondiales comptent au moins 10% d’arbres. Grâce à des politiques incitatives, le Brésil, l’Indonésie, la Chine et l’Inde connaissent la plus forte augmentation d’arbres en terres agricoles, tandis que l’Argentine, le Myanmar et la Sierra Léone enregistrent la plus forte baisse.  Pour arriver à ce résultat publié dans Scientific reports, les chercheurs ont utilisé les données obtenues par les images du satellite MODIS et comparé l’utilisation des sols entre 2000 et 2010.
  • L’agro-écologie urbaine, ambition du Val-de-Marne. Avec 4 % de son territoire consacré à l’agriculture, le Val-de-Marne est le premier département agricole de la petite couronne parisienne.
  • Le Maire de Baraigne [département de l’Aude et la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées] dit non aux produits phytosanitaires…
  • « Nous devons gérer l’eau sans pénaliser l’activité agricole« , déclare Anne-Claire Vial, Présidente de la Chambre d’agriculture de la Drôme, membre du comité de bassin Rhône-Méditerranée. Un plan de gestion de la ressource sur le bassin versant de la Drôme est lancé pour faire face à la rareté de l’eau.
  • Tunisie et Travailleuses agricoles… Une main-d’œuvre saisonnière sans couverture sociale.
  • Vendanges…toujours autant de pesticides dans les vignes. Lorsque l’on fait analyser les vins par des laboratoires, on retrouve des traces de pesticides dans 100 % d’entre eux, y compris dans les vins bio, contaminés par les pesticides déversés sur les champs voisins.

 

Aquaculture

Ostréiculture, algoculture, culture maritime, biotechnologie marine …

  • La collecte des algues vertes devient un modèle… L’Ouest breton sert de modèle sur la gestion des algues vertes à des représentants de Jersey.
  • Algoculture. Spiru’breizh, producteur de spiruline marine, construit le premier chantier, au monde, de spiruline à l’eau de mer.
  • le projet Blue Train . Ce projet de formation, mené par la Station biologique de Roscoff (SBR) vise à former l’ensemble des acteurs de l’économie maritime aux évolutions du secteur des biotechnologies marines, en plein essor sur le territoire.

 

Sources citées… geekandfood.fr ; lemonde.fr ; wedemain.fr ; bretagne-bretons.fr ; entreprises.ouest-france.fr ; sciencesetavenir.fr ; campagnesetenvironnement.fr ; ladepeche.fr ; http://www.sauvonsleau.frhttp://www.anses.fr ; blog.actioncontrelafaim.org ; evene.lefigaro.fr/citations ; directinfo.webmanagercenter.com; http://www.consoglobe.com…

 

Mots clés saillants :  agriculture, pesticide, agriculteur, expert, groupe, groupement, exposition, comité, impact, pratiques, santé…

Tags ISO 26000 : impact environnemental, bonnes pratiques, chaîne d’approvisionnement, développement local, qualité de vie…

lien court : http://wp.me/p2OxiV-wJ

Suivre notre compte Twitter

Revue de presse RSE/RSO (2016-02)

ConvergenceRSO vous propose un extrait de sa curation (cf. Pertinences sociétales –  Risques, Santé, EnvironnementL’Effet Lepidoptera), pour illustrer une actualité que nous considérons comme marquante actuellement.

actualités du 19 février 2016

actualités du 19 février 2016

  • une montée en puissance des actus sur la corruption (table de résultat « Corruption Perceptions Index 2015 » de Transparency International, dérives dans le Sport – Athlétisme, FIFA, Jeux Olympiques…-, alertes significatives dans les pays africains, lutte contre la corruption et les pratiques frauduleuses au travers d’une politique publique affirmée – Maroc, Sénégal, Vietnam…) et sa déclinaison sur le marché des affaires, les finances publiques, le travail des enfants…  Début février, la Ligue des Droits de l’Homme propose une conférence intitulée « La corruption, le plus vieux métier du monde ?« 
  • big data… l’analyse les données est stratégique (cf notre article « Veille stratégique, Intelligence économique et Management de la connaissance« ). Un nouveau métier émerge depuis quelques années, le Data Scientist, celui qui va extraire l’information pertinente de la masse de données et la promouvoir en pépite informationnelle.
  • la révolution alimentaire, la 3ème ! …  l’agriculture intensive et le modèle économique de la grande consommation, les effets du changement climatique, la COP21,  le septième continent, les pollutions (pesticides…) et leurs impacts sanitaires… conduisent à de nouveaux comportements et à une remise en question des modèles, d’autant  que le citoyen prend conscience des causes majeures des externalités négatives (vs externalité positive). De nouvelles technologies pour un nouvel âge alimentaire apparaissent. Passionnant et optimiste !
    • L’agriculture suit le même chemin que le secteur énergétique, celui d’une mutation profonde, qui l’emmène d’un modèle de production/distribution centralisé vers un modèle de production distribué couplé à des réseaux de distribution intelligents.
    • Après une tendance à la concentration et à l’intensification, une nouvelle révolution pointe le bout de son nez. Encore silencieuse, elle germe lentement, dans les jardins et dans les « hubs » que les communautés locales mettent en place.
  • handicap : la société française fête le 10ème anniversaire de la loi Handicap du 11 février 2005 [loi 2005-102 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées », wikipédia]. Des progrès notables et innovants sont constatés. On citera :
    • le 1er festival international du film sur le handicap ;
    • le street art au service du Handicap ;
    • repousser les limites de notre corps grâce à l’innovation digitale ;
    • l’accessibilité des sites internet publics ;
    • une première ligne de métro certifiée « accueil des personnes handicapées » ;
    • les défis individuels …  lancer une marque de vêtements, se mettre au surf, participer au ‘handicap fashion’, guider les handicapés vers l’emploi, plonger en toute liberté, rire de son handicap grâce à des tatouages,
    • le handicap devient un « serious game »…
  • … mais restent perfectibles :
    • l’accès aux universités ;
    • l’accessibilité aux logements ;
    • le graff lumineux qui leur met ‘la honte’ ;
    • le Parlement européen réclame la ratification du Traité de Marrakech…
  • Service à la personne… face au vieillissement de la population, aux réponses à apporter à la perte  d’autonomie des personnes âgées, aux besoins de lien social… le service à la personne peine à recruter. Une situation alarmante, car ces métiers ne font pas rêver… et mais sont pourtant humainement riches !
  • Enfin, pour clôturer ces piges, revenons sur la notion de vulnérabilité. Les termes désignant l’exclusion, la pauvreté ou la précarité ne cessent d’évoluer. Parmi ceux qui connaissent aujourd’hui le plus de « succès », et qui s’étend à l’ensemble du champ médico-social, figure celui de vulnérabilité. L’historienne Axelle Brodiez-Dolino décrypte le sens de ce vocable dans notre société. Une lecture impérative, fondamentale et éminemment descriptive.

 

Corruption (loi Sapin II) => L’obligation de prévention de la corruption prend forme

ISO 37001 => une norme internationale en matière d’anti-corruption

Data scientist => Un Data scientist junior est recruté entre 40 000 et 45 000 €

Données numériques et Suisse => La Suisse veut devenir le champion du secret des données numériques

La 3ème révolution alimentaire => vers un âge agro-communautaire

Handicap > Emploi et handicap, les accords ne battent pas de records

Service à la personne => le secteur peine à recruter

Vulnérabilité => Le terme de « vulnérabilité » continue de poursuivre, lentement mais sûrement, sa diffusion sociétale, au point – et c’est là une bonne chose – d’interroger un nombre croissant d’acteurs.

Médiateur européen : résultats de l’enquête sur les groupes d’experts de la PAC à la Commission européenne

Le médiateur européen enquête sur des cas de mauvaise administration dans l’action des institutions et organes de l’UE et peut être saisi par tout citoyen de l’Union. Cette enquête est le signe d’un intérêt grandissant pour la composition de ces groupes d’experts européens et confirme que la PAC n’est plus seulement l’affaire des agriculteurs (voir à ce sujet l’Analyse du CEP).

Christine Cardinet, Centre d’études et de prospective

Source : Médiateur européen

Sourced through Scoop.it from: veilleagri.hautetfort.com

Le médiateur européen enquête sur des cas de mauvaise administration dans l’action des institutions et organes de l’UE et peut être saisi par tout citoyen de l’Union.

See on Scoop.itL’Effet Lepidoptera

WWF France et Picard s’associent pour promouvoir une consommation durable

 » …Les principaux engagements environnementaux de Picard se situent au niveau de la production et de la transformation des produits de la pêche et de l’agriculture, des infrastructures (magasins et meubles froids) et du transport (marchandise et clients). Picard est ainsi particulièrement investi tant en matière de sécurité sanitaire, que de qualité et de respect de l’environnement. »

Picard et le WWF ont ainsi souhaité avancer ensemble sur des sujets comme la réduction de l’empreinte écologique des produits alimentaires et la valorisation d’une consommation plus durable auprès des clients de l’enseigne. La collaboration des deux acteurs comportera notamment des actions de sensibilisation à travers deux programmes d’envergure soutenus par l’Union européenne et menés par le WWF, portant sur l’alimentation et la pêche responsable : LiveWell for LIFE et Fish Forward

Sourced through Scoop.it from: www.rse-et-ped.info

See on Scoop.itPertinences sociétales

La FAO et National Geographic lancent une campagne pour explorer l’alimentation du futur

See on Scoop.itPertinences sociétales

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a annoncé mercredi le lancement d’une campagne de sensibilisation avec la National Geographic Society sur les problèmes liés à l’alimentation et l’agriculture.

congruence-RSO‘s insight:

(…) Les deux institutions concevront ensemble le contenu et participeront à des événements sur le thème de la faim et de la nutrition pour informer le public et sensibiliser l’opinion.

See on www.rse-et-ped.info

Circuits courts et secteurs de l’économie sociale et solidaire

Bien identifiées pour les produits alimentaires, les filières courtes concernent aussi d’autres secteurs comme la finance, la culture, la santé, et l’éducation.

C’est le développement des Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (les Amap), dans les années 2000, qui remet sur le devant de la scène le concept de circuits courts. La première Amap est créée en 2011 à Aubagne, dans les Bouches-du-Rhône.
Il existe aujourd’hui en France plus de 1 600 Amap qui regroupent plus de 50 000 familles, d’après la fédération nationale Miramap.

L’habitat.
Les « coopératives d’habitants » qui se développent en France ont comme finalité la propriété collective du lieu de vie, comme « les quatorze membres des Voisins du quai« .

La finance.
La démarche des Clubs d’investisseurs pour une gestion alternative et locale de l’épargne solidaire (Cigales) .
Autres exemples: la foncière Terres de lien (1) (2), la plate-forme de la Société pour une épargne activement responsable (Spear)…

logo_Terre de liens

La culture.
Les Associations pour le maintien des alternatives en matière de culture et de création artistique (Amacca), qui ont pour objectif d’aider les artistes écartés des circuits marchands et institutionnels à trouver des financements et aux citoyens de choisir ceux qu’ils ont envie de soutenir.

La santé.
Certaines maisons de santé participent de la filière des circuits courts :  La Place santé, un centre médical de proximité à Saint-Denis (Seine Saint-Denis).

On rappellera la figure de proue de l’entrepreneuriat social en France, le Groupe SOS, qui n’en est pas moins un acteur hors norme.

Cette holding associative, dont le cœur de métier est  la santé et l’action sociale, a assis son modèle de développement sur des méthodes de gestion inspirées de l’entreprise privée tout en conduisant des activités largement liées aux financements publics.

Le nombre de salariés du Groupe SOS est passé de  2700 salariés à  10 000 en 3 ans, après les reprises successives d’Alpha et Hospitalor, deux groupes associatifs hospitaliers et de maisons de retraite.

(1) depuis sa création, la Foncière fait chaque l’année l’objet d’analyses approfondies de la part de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF).

(2) Terre de Liens s’est adossée à un établissement financier, La Nef (Nouvelle Economie Fraternelle), société financière coopérative qui propose des outils bancaires solidaires à destination de projets éthiques (agriculture biologique, commerce équitable, énergies renouvelables, etc.).

…Lire l’article de Carl Conrad.

la_fonciere_dans_le_mouvement_terre_de_liens

Source : Les circuits courts concernent tous les secteurs de l’économie sociale et solidaire | La-Croix.com.

  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

  • Catégories

  • Suivez-moi sur Twitter