Enfants à haut potentiel : un véritable enjeu sociétal

[Extraits]

Les enfants à haut potentiel intellectuels (EHP) interrogent et constituent un défi éducatif et social à la fois pour les chercheurs, les professionnels de la santé, de l’éducation et les parents.

Il ne s’agit pas d’une pathologie, d’un handicap mais d’une spécificité, une «  façon d’être au monde » qui résulte de compétences certaines, mais qui engendre aussi paradoxalement troubles de l’apprentissage, échec, souffrance psychologique et touche en France 2,3 % de la population scolaire (soit un ou deux enfants par classe).

« Connaître le QI d’une personne ne suffit pas pour définir son intelligence »

Malgré la difficulté d’une définition consensuelle, on ne peut réduire à un score les caractéristiques de personnalité et de fonctionnement d’un enfant ou d’un adulte, car comme rappelé par la pédopsychiatre S. Tordjman, connaître le QI d’une personne ne suffit pas pour définir son intelligence, il faut valoriser une approche pluridimensionnelle, « bio-psycho-environnementale » essentielle à la compréhension du phénomène. Ainsi, pour le chercheur américain J. Renzulli (modèle des trois anneaux) l’expression d’un haut potentiel combine trois composantes :

– des aptitudes intellectuelles au-dessus de la moyenne,

– l’engagement dans la tâche (motivation, enthousiasme, persévérance)

– et la créativité (flexibilité, originalité de la pensée, ouverture aux expériences nouvelles).

Les recherches neurophysiologiques, en accord avec les descriptions cliniques, soulignent l’importance d’une pédagogie adaptée aux particularités de traitement de l’information de ces enfants.


sources :  theconservation ; sudouest.fr

biblio : LA SCOLARISATION DES ÉLÈVES “INTELLECTUELLEMENT PRECOCES”
Rapport de Jean-Pierre DELAUBIER à Monsieur le Ministre de l’éducation nationale

Publicités

Pourquoi évaluer la perception des discriminations à l’université ?

Dans le cadre de leurs activités d’enseignement et de recherche, les universités s’intéressent aux discriminations à travers de nombreuses disciplines, du droit à la gestion, en passant par l’économie ou les sciences humaines et sociales. Des expériences démontrent l’effet délétère de ces comportements, mais aussi la facilité avec laquelle chacun peut en être le protagoniste. Les évaluer, c’est tout d’abord se donner les moyens d’en réduire l’expression et les effets.

Documentaire « La leçon de discrimination » (Radio Canada, 2006) dans le préambule de la ressource en ligne « Discrimination et gestion de l’égalité et la diversité »

La politique de prévention et d’alerte à l’égard du harcèlement sexuel a été réaffirmée par la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation dès le 4 décembre 2017 en demandant aux établissements en retard sur ce programme de « mettre en place un dispositif d’écoute et d’alerte au sein de chaque établissement et organisme pour aider à repérer le harcèlement sexuel. »

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation

  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

  • Catégories

  • Suivez-moi sur Twitter