Première certification RSE pour un élu français

Une démarche d’éthique et de transparence

Élu en septembre 2014, le sénateur de l’Hérault Henri Cabanel a engagé son cabinet parlementaire dans une démarche d’évaluation de responsabilité sociétale des entreprises (RSE) auprès d’Afnor Certification. Une première en France pour un élu.

Un score de 595 sur 1.000 à l’ISO 26000 (responsabilité sociétale): le cabinet du sénateur Henri Cabanel (Parti socialiste) se situe «au niveau 3 de l’échelle de maturité, à mi-chemin du niveau supérieur» -le niveau 4 s’obtient au-dessus de 700 points-, explique Afnor Certification dans son rapport d’évaluation.

Source

Mode : une révolution éthique et durable

myriam-underwood-travaille-au-lancement-de-la-nouvelle-collection_revolution-textile2-241x300Que savons-nous des vêtements que nous portons ? Souvent, pas grand-chose. Une toute jeune marque toulousaine, vegan et écolo, entend révolutionner le secteur de la mode en affichant la traçabilité complète de chaque pièce de sa collection…

Après avoir travaillé dans la mode, Myriam Underwood décide de lancer sa propre marque : JUSTE, la révolution textile. « Dans les bureaux, nous étions complètement déconnectés de la fabrication des produits », explique-t-elle. « Du coup, la valeur numéro 1 que je voulais intégrer à ma marque était la traçabilité », poursuit l’entrepreneure, qui s’est vite aperçue qu’il s’agissait là, d’un « gros challenge ».

Source : Mode : une révolution éthique et durable

Ethique : tentons le vrai ! (« l’économie du lien »)

Avant de vouloir changer le monde, il est sans doute juste de se changer soi-même… c’est la mission d’Engage University, le projet de Jérôme Cohen, qui propose à chacun de se donner des clés du changement… Une tribune de Jérôme Cohen.

Il ne s’agit pas de juger ni de dénoncer, mais de comprendre comment casser ce schéma qui creuse la séparation entre l’Homme et sa fonction, entre le père et le salarié. Dans les entreprises évidemment, en politique certainement, dans notre vie personnelle.

Platon écrit que pour rendre les organisations éthiques, il ne faut pas inculquer des normes sociales, mais aider les personnes à découvrir par elles-mêmes la réalité du bien, du beau et du vrai.

Il ne s’agit pas d’établir des normes donc, mais de s’appuyer sur les personnes. Et c’est ici que l’éthique peut nous aider, même si le mot peut déstabiliser lorsqu’il se teinte de moralisme ou nous décourager lorsqu’il revient ab nauseam dans des discours sans effet.

L’éthique seule capable de reconstruire en profondeur ce qui a été détruit : le lien*, la cohérence.

Source : Ethique : tentons le vrai !

Vidéo : Emmanuel Faber (DG Danone)- Cérémonie Remise Diplômes HEC – Juin 2016

Quelles sont les entreprises les plus éthiques du monde ?

Alors que l’éthique et la gouvernance d’entreprise sont de plus en plus importantes, découvrez les compagnies qui s’en sortent le mieux dans ce domaine.

Sourced through Scoop.it from: e-rse.net

A partir de données, Ethisphere publie non seulement une liste d’entreprises les plus éthiques du monde, mais elle fournit un véritable benchmark des stratégies et de bonnes pratiques de gestion de l’éthique en entreprise.

See on Scoop.itPertinences sociétales

Un plaidoyer pour la mise en place d’une discipline fiscale dans le sens de la RSE !

L’époque durant laquelle l’entreprise ne devait tenir compte que de son environnement concurrentiel national est bel et bien révolue. La concurrence suscitée par l’ouverture des barrières nationales aux échanges commerciaux justifie-t-elle pour autant le recours à tous les comportements de la part de l’entreprise ?

Sourced through Scoop.it from: www.village-justice.com

See on Scoop.itL’Effet Lepidoptera

Le Monde Festival 2015 : l’entreprise, facteur de progrès social ?

La « responsabilité sociale de l’entreprise », simple stratégie de communication ou levier efficace pour une moralisation de l’économie ?

Sourced through Scoop.it from: www.lemonde.fr

… vidéo (1h30) : contrat social, entreprises vertueuses, L’Oréal, École des Mines, ….

See on Scoop.itPertinences sociétales

Le CIO réaffirme son engagement en faveur de la transparence et la bonne gouvernance

Durant la 128e Session, le Comité International Olympique (CIO) a élu les membres de sa commission d’éthique. Ces élections, auxquelles vient s’ajouter une révision complète du Code d’éthique du CIO,   achèvent la mise en œuvre des recommandations 30 à 32 de l’Agenda olympique 2020, moins de huit mois après leur adoption à l’unanimité en décembre dernier.

CIO_128-IOC-Session-630x364

(…) Plus grande transparence, bonne gouvernance, responsabilité et éthique renforcée, tels sont les principes devant guider le travail de la commission d’éthique en vertu de l’Agenda olympique 2020, feuille de route stratégique pour l’avenir du Mouvement olympique.

(…) Une révision complète du Code d’éthique a en outre été entreprise par la commission d’éthique du CIO dans l’objectif de renforcer la vision des fondateurs de ce texte, initialement rédigé en 1999, en faveur de plus de transparence, de bonne gouvernance et de responsabilité.

source : Olympic.org (Site officiel du Mouvement olympique)

DDR2014 de COMPAGNIE DES ALPES

Le 29 janvier 2015, la COMPAGNIE DES ALPES annonce que le document de référence de l’exercice clos le 30 septembre 2014 est disponible sur le site internet du Groupe.

CDA_ddr2014

L’analyse comparative entre le contenu du DDR2014 et celui des exigences de la norme internationale ISO 26000, via la méthode de cotation appréciative ConvergenceRSO de LOG’ins Consultants, livre les constats suivants :

  • l’indicateur « Sim26k » situe le DDR 2014 à 47% de convergence avec la norme internationale de comportement ISO 26000,
  • et ce en progression depuis 2012.

 

On notera :

  • L’attention portée à la Loyauté des pratiques [cf. 4.3. déontologie, contrôle interne et fraude], notamment « afin de prévenir toutes formes de corruption et de favoriser les bonnes pratiques en termes d’éthique » (guide de comportement professionnel)
  • Le renforcement de la politique de contrôle interne « dans le cadre de sa démarche permanente d’amélioration du contrôle interne et de la gestion des risques » en s’appuyant sur le cadre de référence relatif aux dispositifs de gestion des risques et le contrôle interne publié par l’amf en juin 2010.
  • Une vigilance sur les droits de l’Homme (travail des enfants) et la politique RH en ce qui concerne la féminisation des effectifs et les personnes vulnérables (travailleurs handicapés).

 

On regrettera que les engagements sur les Questions centrales liées à l’Environnement, aux Relations & conditions de travail ne soient pas plus développés (RPS, stress, santé, sécurité au travail).

L’éthique en entreprise, entre stratégie et sincérité

Des chercheurs en économie et en sciences de gestion se sont penchés sur la question éthique dans le secteur économique. Le conflit d’intérêt, les scandales et les affaires y sont bien connus.

Source: actu.univ-fcomte.fr

La notion d’éthique investit l’entreprise dans les années 1980. Elle s’y définirait essentiellement comme un moyen de manager les comportements, et se limiterait donc à son organisation interne, se distinguant de la notion de performance sociale qui, elle, s’applique à l’ensemble des « parties prenantes », ou stakeholders, de l’entreprise.

Samuel Mercier, enseignant en sciences de gestion à l’université de Bourgogne et membre du CREGO, considère pour sa part que ces deux approches ne s’opposent pas, mais au contraire qu’elles se complètent.

See on Scoop.itPertinences sociétales

Vers un socle déontologique commun à l’ensemble des juristes ?

La déontologie est inhérente à la fonction de tout professionnel du droit. Force est de constater qu’elle se codifie de plus en plus. De ce fait, qui participe à cette codification ? Quels en sont les enjeux ? Est-il possible de créer un code de déontologie commun à l’ensemble des juristes ?
Autant de questions qui sont évoquées dans l’article suivant et dans un ouvrage récent paru aux PUF intitulé « Pour une autre déontologie des juristes ».

Source: www.village-justice.com

(…) La déontologie peut se définir ainsi : c’est l’ensemble des règles et des devoirs qui régissent une profession, la conduite de ceux qui l’exercent, les rapports entre ceux-ci et leurs clients et le public. Elle génère, pour tous juristes, la compétence de savoir ce qui est juste et convenable de faire ou de dire.

 

Pour les professionnels du droit elle fait l’objet d’une réflexion constante, car elle représente un enjeu important pour leur fonction. Elle constitue un élément majeur de la politique de Responsabilité Sociale de l’entreprise. Elle est également un outil de communication envers le public, car elle crée un lien de confiance entre les usagers et les professionnels du droit.
Avec l’extension de la possibilité pour les avocats de faire du démarchage auprès de clients potentiels, la déontologie prend tout son sens. Comment se conciliera-t-elle avec la publicité faite par les avocats ?

See on Scoop.itPertinences sociétales