La France vieillit ! Et ça pose de vraies questions sociétales…

 « En France, on observe comme un déni de vieillissement en même temps qu’un culte du jeunisme. Personne ne se voit vieux, y compris les sexagénaires. » Pourtant, on ferait bien se s’intéresser au sujet et à ses multiples conséquences… La géopolitologue Virginie Raisson-Victor ne mâche pas ses mots. Une interview menée par Vincent Edin.

 

La question est donc posée sur la base des statistiques de l’INSEE (estimation de la population par tranches d’âge).  En France métropolitaine, il est noté une augmentation de la tranche 60 à 74 ans (+22.6% soit +2 483 994) et 75 ans et + (+10,3% soit +631 136) entre 2008 et 2018 (déc). La tranche 0 à 19 ans n’a augmenté que de 76 469 individus (+0.5%).

Dans les DOM, un constat plus significatif est observé : 60 à 74 ans (+35% soit +97 461), 75 ans et plus (+32,1% soit +37 908)… avec toutefois une nette augmentation du nombre d’individu de la tranche 0-19 ans (+14,6%).

L’importance de prendre en considération le vieillissement de la population est un enjeu sociétal et entre dans le champ des questions centrales de la norme de comportement ISO 26000.

Virginie Raisson-Victor évoque les impacts de ce vieillissement :

  • consommation et écologie : l’épuisement des ressources naturelles face à notre mode de consommation ; augmentation des émissions de CO2 dû à une multiplication des échanges économiques  ;
  • natalité : le non-renouvellement des générations ;
  • santé et accès aux soins : la hausse du nombre de malades ; une forte inflation des dépenses de santé et la question de l’universalité des soins à tout âge ; ne pas pouvoir soigner tout le monde ;  cherté et prééminence des assurances privées ;
  • modèle social : les aménagements du régime général des retraites ;
  • urbanisation et géographie sociale : l’afflux vers les centres-ville ; les politiques mises en place pour conserver une mixité de population ; la mise en place de politiques générationnelles ; l’isolement des personnes âgées ; la cohabitation entre les âges ; les adaptations au logement ou dans les transports.
  • protection des « anciens » : l’accompagnement de toutes ces personnes âgées dépendantes et isolées par des « aidants » sans réel « salaire décent » ; la « remise en cause » possible de la solidarité intergénérationnelle.
  • géopolitique : les questions de l’accueil de migrants et/ou de fermeture des frontières ;
  • fractures sociale, culturelle, numérique, spatiale : le choc de culture entre le « monde d’avant » et le « monde d’aujourd’hui » , millennials contre silver economy ?
     

L’ensemble de ce questionnement est abordé par les contributeurs-citoyens au Grand Débat, accessibles sur la plate-forme

Source

 

Autres articles qui peuvent vous intéresser :

 

 

 


Publié le 12/09/2019 –

Permalien : https://wp.me/p2OxiV-R0

Publicités

Relations entre générations dans l’entreprise : de l’eau dans le gaz ?

Pour les entreprises, la gestion de multiples générations dans les équipes de travail reste un défi.

L’enjeu consiste à tirer le meilleur parti de cette diversité.D’après la dernière édition d’InterGen Lab, l’enquête de l’Observatoire du Management intergénérationnel, la situation progresse dans le bon sens sur plusieurs indicateurs. Ainsi, la transmission des compétences et des savoirs est bien organisée dans 32 % des entreprises, soit sept points de mieux en un an.

Source : Relations entre générations dans l’entreprise : de l’eau dans le gaz ? – Diversité – Focus RH

Solidarité : l’association « Let’s go ! »

AINSI EST NÉE LET’S GO, non pas à Kinshasa, mais étrangement à Evry, dans la banlieue parisienne.Au départ, Let’s go est un collectif, un groupe dont l’objectif est la perte de poids.

Sur les conseils de son médecin généraliste, Huguette MVUEMBA, une maman franco-congolaise, décide de rassembler 10 filles pour pratiquer la course à pieds. Rapidement, ce mouvement se répand à une échelle mondiale, par le biais des réseaux sociaux. Elle parvient jusqu’à rassembler 50 femmes, des mères de famille, jeunes et moins jeunes, au pied de la Tour Eiffel, pour un entraînement sportif avec un coach avisé.

(…) Let’s go se donne alors pour mission d’éveiller les liens mères/enfants, de favoriser les échanges intergénérationnels, de soutenir les jeunes filles devenues mamans très jeunes par choix ou par défaut, et surtout de les encourager dans la poursuite de leurs études…

Source : Pressenza – Si la République démocratique du Congo, RDC, était une femme, elle nous dirait « Let’s go ! »

  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

  • Catégories

  • Suivez-moi sur Twitter