Et si salariés et patrons faisaient confiance à la… confiance

La mythologie de Star Wars et les entreprises libérées ont a priori bien peu de choses en commun. Pas si sûr, en réalité… Qu’est-ce qu’une entreprise libérée ? Un dirigeant inspiré décide de promouvoir la confiance de manière radicale dans l’organisation dont il a la charge, que ce soit une usine, […]

Source : Et si salariés et patrons faisaient confiance à la… confiance – HBR

L’Audit Managérial : un enjeu humain, une vision stratégique, un investissement pour l’avenir

La vie d’une entreprise est semée d’embûches. Lutter contre la concurrence, maintenir sa croissance, pérenniser son marché, supporter le poids des charges, respecter le Code du travail, autant de décisions stratégiques qui supposent de la part du Dirigeant une attention de tous les instants. Les enjeux sont tels qu’ils peuvent nous conduire à oublier les HOMMES et les FEMMES qui œuvrent à nos côtés.

Happé par notre quotidien, nous omettons de communiquer avec tact, clarté et réactivité. Comment éviter d’impacter l’ambiance en interne ? Nos conseils.

Source : L’Audit Managérial : un enjeu humain, une vision stratégique, un investissement pour l’avenir

Management. Le partage des connaissances est un enjeu crucial

Quel que soit le secteur, la création, l’utilisation et le partage des connaissances est cruciale pour permettre à l’entreprise de se doter d’un véritable avantage concurrentiel. Mais comment procéder ? Une étude recommande d’opter pour une méthode au cas par cas, tenant compte de la motivation et du niveau d’autonomie de chaque collaborateur.

Par Oscar Llopis, professeur assistant en stratégie et en innovation à Rennes School of Business et Nicolai J.

L’objectif : améliorer la satisfaction et le sentiment de reconnaissance des collaborateurs en facilitant le partage du fruit de leur travail, et permettre à l’entreprise de bénéficier de ces échanges intra-organisationnels. Il faut trouver une approche adéquate afin d’adopter soit une politique globale pour créer des conditions de travail optimales, soit, comme suggéré dans l’étude exposée, une réponse plus individuelle aux besoins et aux motivations de chacun.

Source : Management. Le partage des connaissances est un enjeu crucial

Le facteur humain sonne toujours trois fois…

La fonction Ressources Humaines (RH) est soumise à de fortes critiques. Dans le premier article de cette série consacrée à l’avenir de la fonction RH, je propose une représentation des trois archétypes qui concentrent ces critiques et je suggère quelques axes de progrès pour aider les DRH à reprendre l’avantage…

Le métier de DRH serait-il engagé dans une crise qui le conduirait fatalement à une perte d’influence ? Entre déclinisme RH et angélisme social, la voie est étroite. Je ne conteste pas que la fonction RH soit soumise à une forte remise en cause. Mais je considère que la thèse souvent mise en avant de l’affaiblissement inéluctable de la fonction RH manque d’étayage théorique et surtout de transcription dans la réalité du terrain. Certes, la société va mal. Oui, l’entreprise est de plus en plus contestée. Or, qui « représente » la société dans l’entreprise ? La fonction RH. Alors c’est elle qui concentre les critiques : haro sur les RH ! Elle ne mérite pourtant pas tant d’indignités, comme l’ont bien montré Charles-Henri Besseyre des Horts, professeur à HEC, dans un article de la revue de l’ANDRH (« Pour en finir avec le HR Bashing »)[1] et François Geuze dans son vibrant plaidoyer (« RH… je t’aime, moi […]

Source : Le facteur humain sonne toujours trois fois… – Management & RSE

5 idées à retenir de « Intelligence du travail »

Une communauté se constitue par les activités de ses membres et par leur manière de travailler ensemble. L’intelligence que l’on a de son travail rend notre liberté sensible.

1. Expérience de vie
2. Il n’y a pas que le salariat
3. 2 idées, 2 cités
4. L’économie de proximité
5. On fait et on refait

« Intelligence du travail » par Pierre-Yves Gomez (Desclée de Brouwer)

Source : 5 idées à retenir de « Intelligence du travail »

Entreprise libérée et holacratie bien-être au travail et intelligence collective

L’entreprise libérée l’holacratie sont-elles la solution au stress et au burnout qui guettent le bio et l’économie sociale et solidaire?

« Notons que, dénuée de label et de règles à suivre, l’entreprise libérée est d’abord une philosophie, et non un modèle figé. Chaque entreprise est encouragée à expérimenter et à créer sa propre méthode. »

Source : Entreprise libérée et holacratie bien-être au travail et intelligence collective

La culture d’entreprise, c’est un métier

De plus en plus, apparaissent dans les organigrammes des entreprises des titres qui évoquent les clubs de vacances : Chief Happiness Officer, Culture Provider, Culture Manager…

Cette tendance, venue des États-Unis, est parfois considérée avec perplexité dans notre pays attaché aux organisations traditionnelles. Pourtant, l’analyse de la réussite – ou de l’échec – des entreprises et de leurs projets souligne constamment le rôle prépondérant du facteur culturel. Aussi, est-il loin d’être superflu d’y consacrer une fonction dédiée.

Source : La culture d’entreprise, c’est un métier – EconomieMatin

Vers une nouvelle ère managériale : rencontre avec F. Laloux

Plus de 50.000 exemplaires de Reinventing organizations se sont arrachés dans le monde anglo-saxon. Une performance plus qu’honorable pour un ouvrage de management auto-édité ! Le 22 octobre dernier paraissait la version française du livre de Frédéric Laloux. A cette occasion, c’est sur une péniche amarrée sous le Pont des Arts que nous retrouvions l’auteur pour un moment d’échange avec la presse. Morceaux choisis. 

L’auteur du best-seller « Reinventing Organizations » est venu présenter son travail à la presse parisienne en octobre dernier. Morceaux choisis.

 

Source : Vers une nouvelle ère managériale : rencontre avec F. Laloux

Comment concilier santé, qualité de vie au travail et performances

Financé par les pouvoirs publics à hauteur de 850.000 euros sur trois ans, le projet « Santé, Qualité de Vie au Travail et Performance Globale » porté par quatre organismes publics et privés veut amener les cadres et dirigeants mais aussi les futurs managers et ingénieurs à intégrer le facteur humain au cœur des projets de transformation des entreprises.

Ce projet territorial, mené en région Auvergne-Rhône-Alpes et lancé fin 2015 pour une durée de trois ans, s’inscrit en cohérence avec les orientations du PST3 (Plan Santé Travail 3 de l’État 2016/2020) et celles du plan régional « Industrie du Futur ».

La démarche privilégie 3 axes :

  • Replacer l’humain au coeur des transformations
  • Former les futurs managers et ingénieurs
  • Mobiliser la recherche scientifique via la création d’outils d’accompagnement pour les entreprises

 

Source : infoprotection.fr

Le défi de l’autonomie : ce n’est pas l’entreprise qu’il faut libérer mais le travail

A bas les chapeaux à plumes ! Avec l’« entreprise libérée », c’en est fini des petits chefs ! Les promesses de l’« entreprise libérée » apportent-elles le levier adéquat pour combler le retard de la France en termes d’autonomie au travail ? Ce modèle organisationnel répond à de nombreux enjeux contemporains, d’où l’intérêt qu’il suscite, notamment dans un pays, la France, encore fortement imprégnée de taylorisme et de distance hiérarchique. Cependant ce modèle organisationnel révèle des faiblesses qui en pénalisent la diffusion : il privilégie une approche d’autonomie réactive et adaptative plutôt que l’initiative ; il se centre sur l’autonomie au sein du collectif de travail sans intervenir sur la régulation de l’entreprise. Dans un article précédent, j’ai montré que le concept d’autonomie au travail, qui se trouve au centre de la notion d’« entreprise libérée » peine à s’imposer dans les entreprises françaises, qui creusent leur retard sur leurs compétitrices européennes. Ce retard a des conséquences néfastes en termes de compétitivité, d’adaptabilité, de performance économique et sociale. Le modèle d’analyse de l’autonomie au travail que j’ai développé dans cet article permet de poser la question de la nature, de l’étendue et du caractère émancipateur de cette « libération » annoncée, qui souffre d’une approche trop restrictive de l’autonomie (voir « Autonomie au travail […]

Source : Le défi de l’autonomie : ce n’est pas l’entreprise qu’il faut libérer mais le travail – Management & RSE