Mécénat de compétences et quête de sens : une démarche RSE

Le premier baromètre de la fondation SNCF sur le mécénat de compétences révèle le désir grandissant des salariés de mêler vie professionnelle et engagement associatif. Un désir partagé par de nombreuses entreprises, qui y trouvent aussi leur intérêt.

Donner du sens à son travail… Ce besoin partagé par de nombreux salariés, (75% selon la dernière étude d’ADP Group) le mécénat de compétences tente d’y répondre par une formule inédite, qui «consiste à mettre à disposition un salarié sur son temps de travail et ses compétences au profit d’un projet d’intérêt général». Telle est la définition du site l’Admical, l’Association pour le développement du mécénat industriel et commercial, qui comptabilise 24.000 entreprises pratiquantes en France. Une sorte de mécénat nature donc, qui gagnerait à être largement développé à en croire le premier baromètre lancé par la fondation SNCF, avec l’Ifop, auprès de 3000 personnes.

Notre enquête

Sur la base d’un panel de 97 documents de référence, publié sur le site de l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) et émis par les entreprises cotées sur la place boursière de la zone euro, Euronext, nous notons que 29,9% des rapports évoquent le « mécénat de compétences ».

Citations/Extraits :

La part du mécénat de compétences s’élève pour 2017, à 391,5 jours consacrés à des actions d’intérêt général par les salariés. [GECINA]

  • au niveau local, dans le cadre de mécénat de compétences et d’apport d’expertise technique, nombre d’entreprises accompagnent des projets de restauration et de mise en valeur de bâtiments historiques à haute valeur patrimoniale.  [VINCI]
  • Foncière des Régions a développé une politique collaborative avec le monde de l’enseignement autour de la recherche appliquée et du mécénat de compétences.
  •  (accord contrat de génération) un volet dédié au mécénat de compétences pour les collaborateurs en fin de carrière. Ainsi 48 collaborateurs ont pu s’investir dans des missions de 6 à 24 mois auprès d’organisations à but social. [BNP Paribas]
  • (des actions) qui se matérialisent sous forme de collectes, de mécénat de compétences ou d’actions de lien social. [EDENRED]
  • Les projets de la Fondation Veolia impliquent des collaborateurs du groupe, des parrains des projets soutenus (mécénat financier) ou des volontaires du réseau Veoliaforce (mécénat de compétence via des interventions sur le terrain.
  • la Fondation Terre Plurielle de Bouygues Construction soutient financièrement et/ou via un mécénat de compétence des projets de solidarité favorisant l’accès à l’éducation, à l’emploi et à la santé,
  • l’appui des Caisses locales et régionales aux associations se traduit par des dons en nature, du mécénat de compétences, de la mise à disposition de locaux et de moyens humains. [Crédit Agricole]
  • En 2017, un collaborateur du Crédit Foncier a mis ses connaissances en matière de financement de projets immobiliers et d’environnement réglementaire au service de l’association Habitat et Humanisme pour une durée de neuf mois dans le cadre du mécénat de compétence.

 


Source


Permalien : https://wp.me/p2OxiV-Pt

Publicités

La culture joue un rôle dans la reconstruction des villes (UNESCO/Banque mondiale)

La Banque mondiale et l’UNESCO évoqueront le rôle essentiel que joue la culture dans la planification et le financement de projets pour les villes victimes de la guerre et des catastrophes à l’occasion de la présentation d’un nouveau document d’orientation intitulé La culture dans la reconstruction et le relèvement des villes, le 16 novembre (17 h 30) au siège de l’UNESCO.

La croissance rapide de l’urbanisation dans le monde expose les villes et leurs habitants aux effets dévastateurs de conflits d’une complexité croissante et de catastrophes naturelles de plus en plus fréquentes. D’ici 2030, on estime que les catastrophes coûteront aux villes du monde entier quelque 314 milliards de dollars par an, soient près de deux fois plus que la moyenne des 15 années précédentes. L’approche décrite dans CURE (1) intègre la culture dans les politiques de développement urbain durable pour aider à créer des environnements urbains inclusifs, sûrs, résilients et durables pour tous.

Les deux organisations mènent actuellement des projets opérationnels conjoints en Arménie, en Chine, en Géorgie, en Haïti, au Mali, au Pakistan et en Papouasie-Nouvelle-Guinée.


 

Source ; UNESCO

(1) Le programme CURE s’inscrit dans le cadre d’une initiative plus large qui fait suite à la signature d’un Mémorandum d’accord entre l’UNESCO et la Banque mondiale en juillet 2017.

 

Préservation du patrimoine culturel

Le 11 avril à l’Université de Yale (Etats-Unis), Irina Bokova, Directrice Générale de l’UNESCO, donnait une conférence publique sur le thème « La culture en crise », évoquant les menaces sur le patrimoine culturel mondial.

La Directrice Générale a souligné les enjeux principaux pour la communauté internationale en matière de destruction des sites du patrimoine culturel en Iraq, en Libye, au Yémen et en Syrie, en particulier sur le site archéologique de Palmyre. Elle a alerté des dangers du « nettoyage culturel » en cours (…)

« La ville antique de Palmyre, site du patrimoine mondial de l’UNESCO, appartient à tous les Syriens, et à l’humanité dans son ensemble — et ce peut être un symbole pour rassembler la communauté internationale, autour des valeurs en commun, quelles que soient nos différences d’opinions ou de croyances ».

Source & extraits : Mediaterre

Biblio : liste du patrimoine (pages Unesco), les missions de l’Unesco ; Patrimoine mondial (Wikipédia) & français ;

  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

  • Catégories

  • Suivez-moi sur Twitter