• Articles récents

  • Archives

  • Méta

  • Publicités

Les étudiants embrayent pour le climat : mouvements, collectifs, appels à la grève…

Tandis que les grèves étudiantes pour le climat se multiplient en Europe, de jeunes Montréalais s’affairent à étendre ce mouvement aux universités et aux cégeps du Québec.

Bruxelles, le 24 janvier dernier. PHOTO AP

Le collectif «La Planète s’invite à l’Université de Montréal» a vu le jour il y a seulement trois semaines et il prévoit déjà lancer un appel à l’ensemble des étudiants de la province vendredi. «On veut pas juste faire la grève pour faire la grève, explique Léa Ilardo, porte-parole du mouvement. Les jeunes ont la responsabilité de montrer qu’on n’est pas résignés et qu’il est encore temps».

En France, la rentrée de septembre 2018 a marqué un tournant pour les mobilisations environnementales. La démission de Nicolas Hulot a d’emblée mis la question écologique sur le devant de la scène. Dans la foulée, la première manifestation pour le climat du 8 septembre 2018 a été un succès.

Près de 150 000 manifestants se sont rassemblés en France et en Belgique. La prochaine étape sera la grève scolaire mondiale du 15 mars 2019.

Camille 13 ans a manifesté le dimanche 27 janvier, et avec ses parents ce jeudi 31 janv. Sa maman est venue manifester avec elle.
Photos : © Mathilde Dorcadie/Reporterre

Jeudi 31 janvier, plusieurs milliers de collégiens et de lycéens ont traversé Bruxelles à vive allure — certainement pour mieux braver le froid — du nord au sud, dans une ambiance festive, et ce, pour la quatrième fois en un mois. Brandissant des pancartes en français, en néerlandais et en anglais, ces jeunes Belges « brossaient » les cours [expression belge pour parler de l’école buissonnière] afin d’interpeller les dirigeants politiques sur une préoccupation de plus en plus fondamentale pour eux : leur avenir… sur cette planète.

Ces marches sont organisées par Youth For Climate, une organisation lancée récemment par des étudiants flamands pour répondre à l’appel de Greta Thunberg, rendue célèbre par son intervention à la COP24, à organiser une « grève scolaire » pour le climat.

 


Source :  lapresse.ca


Autres sources :


Permalien : https://wp.me/p2OxiV-Pi

Publicités

Les visages de l’économie collaborative au Québec

« Les initiatives lancées au Québec sont essentiellement des initiatives citoyennes et des startup très récentes liées à l’économie sociale. Cet écosystème est donc plutôt vulnérable face aux grandes plateformes qui viennent d’Europe ou des États-Unis », explique Alexandre Bigot, connecteur de OuiShare pour le Québec. Inspiré par le modèle de cartographie Honeycomb, qui répertorie les startups les plus influentes au monde, la cartographie OuiShare est open-source, cela signifie que les données collectées sont ouvertes et consultables librement. De plus, elle recense autant les grands joueurs de l’économie collaborative présents au Québec, comme Uber ou AirBnb, que des initiatives locales et directement liées à l’économie sociale comme BonApp ou Maferme.

Sourced through Scoop.it from: www.novae.ca

See on Scoop.itPertinences sociétales

Québec investit 15 millions dans l’innovation

Le ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations du Québec Jacques Daoust a annoncé un investissement de 15 millions de dollars sur trois ans pour stimuler davantage l’innovation locale, notamment auprès des PME.

L’innovation, c’est la clé de la prospérité !

Entrepreneuriat Laval, l’incubateur de l’Université Laval (Québec City) a été reconnu premier accélérateur d’entreprises en Amérique du Nord, devant plusieurs incubateurs d’entreprises affiliés à des universités prestigieuses.

Cette reconnaissance a été décernée le 3 novembre à Toronto par UBI Global, un organisme de recherche international suédois spécialisé dans l’analyse comparative d’incubateurs universitaires, selon un communiqué de presse.

 

Source : Québec investit 15 millions dans l’innovation | Finobuzz

Au Québec, un nouveau collectif pour une réelle égalité

Malgré un mouvement féministe puissant et ancien, un nouveau collectif pour créer une véritable égalité entre les hommes et les femmes, vient de voir le jour au Québec. Un groupe de Québécoises, jeunes et moins jeunes veulent réagir d’urgence à la régression partout à l’oeuvre, y compris dans la « belle province ».

Lise Payette, femme politique québécoise, féministe, écrivaine, animatrice de télévision et de radio, reprend le combat face à la régression des droits des femmes

Lise Payette, femme politique québécoise, féministe, écrivaine, animatrice de télévision et de radio, reprend le combat face à la régression des droits des femmes

 

Pour ces femmes, il y a urgence d’agir : reculs des droits des femmes sur tous les plans, en particulier depuis que les politiques d’austérité frappent d’abord les femmes au Canada. « Nous régressons au lieu d’avancer », dit Lise Payette.

Les réactions se sont multipliées depuis la récente déclaration du chef d’état-major de l’armée canadienne, selon laquelle l’homme en uniforme cède parfois à des pulsions biologiques, parce qu’il est « biologiquement programmé« , pour expliquer les cas d’harcèlement et d’agressions sexuelles au sein des forces canadiennes en a fait grimper plus d’une aux rideaux, et à juste titre ! « La persistance des plaintes pour inconduite sexuelle dans l’armée est due au fait que les êtres humains sont biologiquement programmés différemment » a dit le haut gradé…

Depuis, il s’est rétracté en présentant ses excuses.

La lutte pour l’égalité homme-femme est loin d’être terminée.

source : TV5monde

AgriRÉCUP | collecte et valorisation des intrants pour les agriculteurs du Québec

Du 30 septembre au 11 octobre, les agriculteurs du Québec sont invités à apporter leurs pesticides périmés et médicaments pour animaux de ferme et chevaux afin qu’ils soient éliminés en toute sécurité et de façon responsable.

Source: www.newswire.ca

(…) AgriRÉCUP, une organisation nationale sans but lucratif, a été créée par l’industrie. Elle a pour mission d’organiser la collecte et la valorisation des intrants agricoles devenus inutiles à la ferme. Cet automne, en partenariat avec l’Institut canadien de la santé animale (ICSA) et l’Union des producteurs agricoles (UPA), AgriRÉCUP offre, sans frais, ce programme de récupération aux producteurs agricoles du Québec. Au terme de la collecte, les pesticides et médicaments seront acheminés vers une installation agréée de gestion des déchets où ils seront éliminés par incinération à haute température.

See on Scoop.itRisques, Santé, Environnement

  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

  • Catégories

  • Suivez-moi sur Twitter