[Interview] RSE et Réseaux Sociaux : « Dans l’univers professionnel, le numérique est devenu omniprésent »

Twitter, instrument d’information et plateforme propice à la Sérendipité, permet des rencontres. C’est par ce média, qu’Alban Jarry et moi-même avons pris contact. Reconnu comme Top influenceur, CQFD Cadres 78 l’avait invité pour évoquer le collectif #i4emploi et le personal branding, en octobre 2016.

La pertinence de ses tweets, ainsi que ses conseils avisés sur les fondamentaux de la communication digitale, m’ont invité à lui proposer une interview. Je l’en remercie.

 

Bonjour Alban. Top influenceur et spécialiste en stratégies de marques et numériques, communication, influence et réseaux sociaux, vous observez ce qui est diffusé sur les différents médias. Quels sont les constats les plus marquants pour la sphère professionnelle ?

Dans l’univers professionnel, le numérique est devenu omniprésent. Poussé par la transformation des entreprises, qui cherchent à s’adapter à l’évolution de de leur environnement économique et les changements d’habitudes des clients, il n’a cessé de prendre de l’importance au cours des dernières années.
Les espaces de travail ont évolués. Face à la déshumanisation de notre environnement de proximité, un effet de balancier a provoqué un besoin de re connexion et de partage. Aujourd’hui, pour gérer son employabilité, il est primordial de savoir utiliser ces nouveaux outils, de les comprendre et d’en tirer profit.

Que pensez-vous de l’émergence de nouveaux réseaux sociaux ?

Les réseaux sociaux accompagnent cette nécessité d’être informé et de s’adapter à de nouveaux moyens de communications. Ils facilitent la connexion avec des experts et permettent de trouver des réponses à beaucoup de questions. Pour être innovant, pour imaginer des nouvelles solutions, il faut souvent savoir sortir du cadre et imaginer des solutions improbables. Les réseaux sociaux sont au cœur des nouveaux modes collaboratifs et rendent plus perméables les frontières des entreprises.

 

Régulièrement vous publiez de sages recommandations sur l’utilisation des réseaux sociaux. Pour un professionnel en quête d’infos métier (ou de promotion), quoi choisir entre veille digitale ou curation ? Quelles différences ?

La veille consiste à s’informer en étant ensuite passif. La curation est l’étape suivante qui ouvre vers le partage de cette veille. Les réseaux sociaux sont aujourd’hui, tels des virus des temps modernes, présents sur tous les sites dont ceux des médias. La veille matérialise la trouvaille puis la lecture d’un article. La curation consiste à appuyer sur les boutons de partages souvent situés à la fin de l’article. Avec la curation, il n’y a plus de secrets. Tout est rendu plus visible.

Le choix (infobésité) peut s’avérer chronophage … comment gérer le temps ?

Il faut être pragmatique et faire des choix. La surinformation entraine le picorage. Néanmoins, les meilleurs articles ressortent toujours du lot. En étant plus partagés que les autres, il obtiennent une bonne visibilité.

 

Les publications thématiques sont légion. Experts, expérimentés, avertis, professionnels métiers transmettent leurs connaissances, leurs constats, leurs conseils, leurs avis et perceptions. Les sources d’information sont diverses et accessibles, parfois très documentées, d’autres succinctes… eu égard à la structure du média utilisé. Pour sa marque Employeur, un professionnel doit régulièrement publier. Selon vous, pour atteindre et/ou intéresser un lectorat quel est le média le plus pertinent pour une ligne éditoriale ? Pour sensibiliser un public sur une thématique ? A quelle fréquence ?

La publication est un acte compliqué car il faut passer du temps à écrire un article puis ensuite oser le rendre visible aux yeux de tous. Le regard des autres peut être compliqué à gérer. Le média le plus pertinent pour publier est celui qui va atteindre la cible de lecteur qui est visée. En fonction de son secteur, de son métier, il faut savoir sélectionner le plus adéquat. La fréquence de publication dépend de la facilité de chacun à écrire. Il est préférable de prendre son temps et de publier quand un article est complètement finalisé après plusieurs relectures. Pour écrire en 1 heure comme ce que je fais, il faut beaucoup de pratique.

 

L’accélération du changement climatique, les impacts sur l’environnement, l’écologie, les droits de l’homme, la corruption, l’égalité femme-homme, les inégalités sociales, les conditions de travail… sont des thèmes associés à la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises) (1). Les réseaux sociaux portent journellement un flux d’informations sur ce sujet. Notre quotidien est envahi, boosté par la viralité (le buzz parfois) sur les médias sociaux. On pourrait même la qualifier de « surenchère digitale ». Pour un thème tel que la RSE, quel serait le média le plus approprié ?

Dès que le monde de l’entreprise est visé alors le média le plus efficace en France est probablement Les Echos. Sur ce type de sujet, il m’arrive aussi de publier pour Forbes, La Harvard Business Review ou d’autres. Une autre solution peut être de choisir la revue de la Sorbonne (Le Sobonnaute), c’est ce que nous avons fait avec l’Unicef dans le cadre de la campagne U-Report. Les étudiants sont des relais important de ce thème. Ils sont notre avenir et nous devons leur transmettre les clés permettant d’un futur de meilleur qualité.

 

Outre le fait que les réseaux sociaux soient utiles pour communiquer sur un événement, sur une marque, pour une alerte, sur une décision à vocation sociétale… sont-ils toutefois pertinents pour évoquer un sujet complexe, tel que la RSE ? Pour évoquer un des domaines rattachés à la RSE ? Pour partager la connaissance ? Pour sensibiliser le public ? Vidéo, Webinar et/ou texte ?

Oui je suis persuadé que les réseaux sociaux sont de formidables outils pour sensibiliser un public. Quand ils génèrent une forte viralité alors ils peuvent propulser un sujet et lui offrir un maximum de visibilité. Lorsque le livre blanc « Femmes Santé Climat » a été réalisé pour la COP 22, c’est grâce aux réseaux sociaux qu’il a obtenu une diffusion très large. De la même façon, pour aider des personnes en recherche d’emploi, Twitter est un outil qui permet de les rapprocher de recruteurs grâce à la visibilité que génère le hashtag #i4emploi. Je suis persuadé que les réseaux sociaux sont loin d’avoir montrés leur puissance pour aider à partager sur des causes sociétales. Dans les utilisateurs des réseaux sociaux beaucoup sont altruistes.

 

Chaque métier possède son verbiage. Force ou faiblesse ? Que conseillez-vous aux professionnels ?

Récemment dans un article, qui parlait de personnes influentes, j’ai été cité car d’après le blogueur je savais « parler de finance sans endormir son public ». Pour être lu, il faut effectivement savoir parler simplement de son expertise et surtout rester compréhensible. Il faut savoir utiliser les métaphores pour faire passer un message. Ainsi, pour un article pour Les Echos, pour expliquer simplement la gestion des risques en assurance sous contrainte de la réglementation européenne Solvabilité 2, j’avais utilisé l’exemple de la gestion du PSG. Un risque opérationnel dans une entreprise est l’équivalent de celui qui se produit quand un grand joueur se blesse.

 

Quelles seraient les erreurs de communication à éviter ?

Il faut que la communication reflète le visage de l’entreprise. Le monde des réseaux sociaux est un monde de l’apprentissage en temps réel, c’est en essayant et en se trompant qu’il est possible de progresser. Par contre, il faut éviter de reproduire une erreur.

 

Pour clôturer cet entretien, une dernière question. Sur Twitter (300 millions d’utilisateurs) (2), 48 millions de comptes seraient des bots. On constate une forte volatilité et une fidélité des followers. Comment expliquez-vous ce comportement ?

Dans un article américain récent, il était mentionné que les personnes les plus influentes sur les réseaux sociaux avaient un « comportement » assimilable à des bots. Les « vrais » bots font partie de cet univers et ils alimentent cette sphère de l’information. Pour une entreprise, afin de programmer ses publications, d’optimiser la diffusion, il est possible d’utiliser des robots. Face à la masse d’informations qui se diffusent, des professionnels doivent savoir trouver les meilleurs moments pour rendre visible un message. Il y a tellement d’usages possibles des réseaux sociaux, il faut analyser ceux qui sont les plus efficaces par rapport à une situation donnée.

 

Propos recueillis par Jean-Gabriel Giraud

 

En savoir+

Alban Jarry est Président Délégué de l’Ecole Polytechnique d’Assurances et Chief Digital Technology Officer en Asset Management. Spécialiste du numérique, de l’influence et des stratégies de marques, il intervient à HEC Paris et écrit des tribunes pour Forbes, Les Echos et La Harvard Business Review. Il anime un blog Alban Jarry

 

Autres liens complémentaires

 

 

1- RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises), RSO (Responsabilité Sociétale/Sociale des Organisations), ISO26000 :2010

2- Blog du modérateur

 

lien court : http://wp.me/p2OxiV-F9

Publicités

Lutte contre le Travail des enfants… un engagement RSE mature, pour les entreprises de l’Euronext

La-France-va-creer-un-mediateur-du-commerce-international_article_main

 

 

 

 

Photo : La Croix

 

Dans son chapitre ″Principes fondamentaux et droits au travail″, la norme internationale ISO 26000 fait référence aux conventions de l’Organisation internationale du travail (OIT). On portera attention aux Droits de l’Homme (″droits humains″) et à l’abolition effective du travail des enfants.

Il convient que les organisations ne fassent pas appel au travail des enfants et n’en bénéficient pas…

… dans le respect de la législation nationale, tout en soulignant l’âge minimum qui peut être de 14 ans, selon le contexte économique local. ″Le travail des enfants est une forme d’exploitation qui est une violation d’un droit de l’Homme″.

Et de préciser que si le travail d’enfants est effectivement constaté dans la chaîne des activités de l’entreprise ou dans sa sphère d’influence, ″il convient qu’elle garantisse non seulement que les enfants sont libérés du travail mais aussi que d’autres solutions appropriées leur sont offertes, en particulier l’éducation″. Deux actions s’en déclinent : la cartographie de la sphère d’influence et de la chaîne de fournisseurs/sous-traitants, les actions de soutien à l’enseignement scolaire.

En mai 2011, le cabinet Deloitte a publié un document ″les Droits de l’Homme dans les entreprises du CAC 40 : Enjeux, bonnes pratiques et recommandations″.

Mentionnant le rapport (mars 2011) de M. John Ruggie, secrétaire général des Nations Unies pour les Droits de l’Homme et les sociétés transnationales (et autres entreprises), le document introduit le devoir de due diligence (surveillance active) au titre de la responsabilité des entreprises. ″Il ne s’agit plus aujourd’hui d’affirmer des convictions ou des valeurs, mais bien de mettre en place les outils de gestion″ et de passer ″de l’engagement au management″ en déterminant ″avec précision, jusqu’où l’entreprise entend aller dans la protection de ces droits″.

8 conventions de l'OIT

 

 

 

 

En termes de constats, l’élimination du travail forcé et l’abolition du travail des enfants sont deux thèmes en retrait, bien que ″ 36 entreprises du CAC 40 adhèrent au Pacte Mondial ″. On notera que :

… 11 entreprises ″ont renforcé leur engagement en matière de Droits de l’Homme en signant un Accord Cadre International (ACI) avec les représentants des salariés″ (ie Travail des enfants : EDF, PSA, Renault)…

… ″l’interdiction du travail des enfants″ est un des thèmes assez fréquemment couverts par les audits fournisseurs.

… l’échange et le partage de bonnes pratiques avec d’autres acteurs (France, International) sont des actions communément exercées (EDF, Sanofi).

… les outils destinés à piloter la démarche en termes de respect des Droits de l’Homme, identifiés comme ″porteurs de risques stratégiques″, font l’objet de ″mécanismes de contrôle″ (indicateurs) et appellent la mise en place de ″systèmes d’alerte″.

 

Le Maroc toujours à la traîne.php_www.maghrebinfo.fr

 

 

 

 

maghrebinfo.fr

 

Or les ONG internationales (Human Rights Watch; China Labor Watch…), les associations militantes (AMDH, Creative Associates International, BICE-Bureau international catholique de l’enfance,  Humanium …), le Comité des droits de l’enfant de l’ONU, les syndicats (IBB, Industriall, UNI…) et le citoyen restent vigilants. Des dérives et des ″pratiques potentiellement dangereuses″ sont constatées. Les statistiques de l’Organisation internationale du travail (OIT) montrent que 12,3 millions de personnes sont victimes de travail forcé dans le monde, dont 2,4 millions qui résultent de la traite des personnes.

Pour le Maroc, les dernières statistiques du Haut-Commissariat au Plan (HCP) font état de 123.000 enfants âgés de 7 à 15 ans en situation de travail en 2011.
En Afrique centrale, la filière d’approvisionnement du Cacao est ″instable″, relève Han De Groot, directeur de UTZ Certified, ″ il ne peut y avoir de futur sur un secteur reposant sur le travail des enfants… Dans certains villages, il n’y a aucune école ″.

 

Les États réagissent…

 

  • au Maroc, un projet de loi pour criminaliser le travail des enfants a été adopté  (mai 2013) , un accord de coopération est signé avec le département américain du travail (janv. 2014). Pour le HCP, le phénomène de travail des enfants au Maroc est en forte régression depuis 1999.
  • Au Bénin, plusieurs centaines d’enfants béninois de moins de 12 ans ont marché dans les rues de Cotonou, capitale économique, à l’occasion de la 12e édition de la Journée mondiale contre le travail des enfants (juin 2013). (24h Benin)
  • Bénin : campagne de rappel sur l’interdiction de travailler en dessous de 15 ans…(Infor-jeunes)
  • Côte d’Ivoire : des campagnes de sensibilisation sont organisées afin de « sauvegarder l’intégrité physique, le développement psychologique et intellectuel » des enfants (News.abidjan).  Les acteurs politiques aménagent des rencontres. (Connection ivoirienne)
  • République démocratique du Congo : Comment mettre fin au travail des enfants en RDC, dans les carrières minières notamment ? (Radiookapi)
  • Algérie : une journée d’étude sur le « phénomène du travail des enfants » est animée par le centre de formation et la Lastj (avr. 2014). (Elwatan)
  • Mali : on estime que plus d’un million d’enfants en âge scolaire sont exclus du système éducatif et sans espoir de scolarisation en l’absence d’intervention appropriée. Un programme de Lutte contre le travail des enfants par la scolarisation est engagé.
  • Inde : le travail des enfants a été réduit de 60% entre 2001 et 2011 (source : Novethic).  On citera l’enseigne textile Migros, qui  a fondé la Kids School de Tirupur pour lutter contre le travail des enfants.  Toutefois, l’Inde est toujours le quatrième pays au monde à avoir le plus d’esclaves (source : Migros)

 

Joel (12a) Bolivie_wcms_107741

 

(c) http://www.ilo.int/ipec

Le Comité des droits de l’enfant veille…

Le Comité des droits de l’enfant se donne les moyens d’évaluer la volonté politique du gouvernement auditionné (débat public). En 2009, à Genève, la France a eu un sévère état des lieux avec une centaine de points relevés. Par exemple, le Comité engage ″l’État partie″ à intégrer le concept de l’enfant comme sujet de droits dans tous ses projets, politiques et programmes et d’engager ″un vaste dialogue avec les forces politiques, les professionnels, la société civile et les enfants, en vue de la formulation d’une stratégie nationale d’ensemble sur les enfants″. Il insiste sur les nécessaires ″évaluations portant sur l’impact de certaines mesures et décisions prises″. (sources UNICEF, Korcak)

Tirant les leçons de l’effondrement de l’immeuble « Rana Plaza », il y a un an, au Bangladesh, la France va créer un médiateur du commerce international.

 

Les entreprises se dotent d’instruments de régulation…

Le Pacte mondial, principale initiative mondiale d’entreprises citoyennes, qui regroupe 12 000 participants répartis dans plus de 145 pays, est identifié comme le ″gardien″ d’une certaine idée de l’éthique entrepreneuriale. (Lire… Assemblée générale – Conseil économique et social – avril 2014).  Au 1er janvier 2014, plus de 8000 entreprises avaient signé le Global Compact dans 145 pays (Novethic).

Pour les entreprises, des instruments (et obligations légales) s’imposent dorénavant pour afficher transparence et engagement (ex. Loi californienne de transparence des chaînes d’approvisionnement 2010 – SB 657 ; BSCI Code of Conduct ; norme Social Accountability 8000 ; indicateurs de la GRI…). Les entreprises (Apple, Samsung, Cupertino, …) réagissent, admettent leurs erreurs et, au cas par cas, rompent relations et contrats avec les sous-traitants fautifs.

Vigilance ! Récemment, les syndicats mondiaux appellent STORA ENSO à prendre des mesures immédiates contre le travail des enfants.

Résultats encourageants : l’ensemble de ces mesures, la prise de conscience de la société civile, l’engagement des États/Gouvernements et de la sphère économique (entreprises, organisations patronales, Organisation internationale des employeurs.), les contributions des enseignants et éducateurs,  les différentes actions des ONG… contribuent à une réelle réduction du nombre d’enfants travailleurs. Les dernières estimations mondiales du BIT sur le travail des enfants, publiées en septembre 2013, affichent une diminution d’un tiers depuis 2000, passant de 246 millions à 168 millions. ″Le nombre d’enfants effectuant des travaux dangereux est de 85 millions, en diminution par rapport aux 171 millions de 2000″. La troisième Conférence mondiale sur le travail des enfants aura lieu à Brasilia au mois d’octobre prochain. (source : ILO)

 

La Bourse d'Amsterdam_200px-Effbeurs1

Le marché Euronext…

Quels sont les engagements des entreprises du marché NYSE Euronext ? Que livrent les Documents de référence (DDR), récemment déposés auprès de l’AMF conformément aux obligations légales ?

Nous avons sélectionné 9 entreprises (Société Générale ; Sanofi ; Renault ; Bouygues ; Technip ; Schneider Electric ; Areva ; Peugeot SA ; EDF) et avons exploré les contenus de leurs rapports DDR à l’aide de nos outils/méthodes ConvergenceRSO et Valorisation par le Sens.

L’analyse porte sur les éléments clés et/ou différenciant se rapportant au « Travail des enfants ».

eucash_logo

 

Toutes les entreprises de notre panel

  • adhèrent au Pacte Mondial de l’ONU
  • s’engagent à respecter, à promouvoir et à faire respecter les conventions fondamentales de l’OIT (1) (2).

Sont évoqués…

  • Renault, le Comité de groupe Renault et IndustriALL Global Union ont signé un accord cadre mondial ″S’engager ensemble pour une croissance et un développement durables″ le 2 juillet 2013 (p109).
  • Les droit d’alerte (Bouygues), devoirs et prérogatives pour les auditeurs (EDF), devoir d’agir pour l’insertion professionnelle des jeunes (Schneider), devoir de due diligence (Technip), devoir moral (Bouygues), devoir de vigilance (Société Générale).
  • La prévention via des auto-évaluations de pratiques internes (Sanofi), prévention à toute atteinte des Droits de l’Homme (responsables opérationnels – Bouygues),
  • La participation à des groupes de travail interentreprises sur les droits humains (association EDH – Sanofi, Renault, Schneider Electric, Société Générale)

Les engagements

  • Chaque entité du Groupe Société Générale s’interdit… ″de recourir au travail forcé, au travail obligatoire ou au travail des enfants, au sens des conventions de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), même si la législation locale l’autorise″… (p245).
  • Sanofi. Le code d’éthique est disponible sur http://www.sanofi.com) précisent les droits fondamentaux des salariés en conformité avec les conventions de l’OIT en matière : … d’élimination de toute forme de travail forcé ; d’abolition effective du travail des enfants… (p356).
  • Renault reconnaît la norme ISO 26000 comme norme de référence et conduit un programme annuel d’audits ″Développement Durable / Responsabilité Sociale″ auprès de ses fournisseurs, selon un référentiel basé sur les normes SA 8000 et ISO 14001. Renault affirme la Promotion et le respect des conventions fondamentales… (p166).
  • Bouygues. Dans des contextes parfois complexes, les responsables opérationnels sont appelés à prévenir toute atteinte aux droits de l’homme dans ce qui relève de leur activité. Cette vigilance doit faire partie de leur quotidien… (p89)
  • Technip prévoit de se doter en 2014 d’une Charte des Droits de l’Homme au niveau Groupe, suivant les lignes directrices de l’OCDE … contribuer à l’élimination du travail des enfants constitue une priorité, notamment dans le cadre d’une gestion responsable de la chaîne d’approvisionnement… (p297)
  • Schneider Electric s’engage, dans ses Principes de responsabilité, à respecter les lois locales dans chaque pays où le Groupe est implanté (p93).
  • Respectant les principes du Pacte mondial de l’ONU, AREVA œuvre à « l’élimination de toutes formes de travail forcé ou obligatoire »… et … œuvre à « l’abolition effective du travail des enfants »…. Cet engagement constitue en lui-même une garantie majeure du respect des valeurs, des principes et des règles de la Charte des valeurs AREVA… (p181)
  • Faurecia se conforme aux législations et réglementations nationales relatives au travail des enfants. En tout état de cause, il s’interdit de faire travailler des enfants de moins de 16 ans et se conforme aux dispositions de l’OIT relatives à la santé, sécurité et moralité des jeunes de 15 à 18 ans… (p259)
  • EDF. Ces autres engagements se concentrent sur les relations des entreprises du Groupe avec leurs sous-traitants, avec les représentants de leurs salariés, avec les populations en tant que contributeur au développement des territoires et avec leurs salariés dans le cadre de la promotion de la diversité et du respect des droits humains… (p267)

 

panel topten

Les actions

  • Société Générale, par des initiatives solidaires, encourage l’inclusion sociale et lutte contre l’illettrisme (voir Initiatives pour l’emploi et l’éducation p. 253).
  • Sanofi. Des auto-évaluations des pratiques internes (abolition du travail forcé, abolition du travail des enfants…) ont ainsi été conduites. Au niveau des fournisseurs, une démarche rigoureuse d’évaluation ciblée des fournisseurs dans le monde a été mise en place depuis 2007 (voir section 4.3.3.). Enfin, depuis 2010, 84 managers et cadres dirigeants, représentant plus de 25 fonctions, ont suivi une formation d’une journée aux droits humains en entreprise, organisée avec le soutien d’experts externes au Groupe… Sanofi a adopté, en interne, une démarche proactive afin de s’assurer que les droits humains sont intégrés au niveau de toutes les opérations du Groupe… (p383).
  • Au Burkina Faso, la filiale financière du Groupe Renault, RCI Banque, a contribué à une opération contre l’illettrisme via le soutien de la création d’un centre éducatif.
  • Bouygues, soucieux de son implication auprès des communautés locales, veille à adopter une attitude de solidarité en rapport avec ses activités …
  • Afin de pallier à la disparité entre les normes internationales et les législations locales, le Groupe Technip a entamé un renforcement de ses procédures d’approvisionnement en prenant diverses mesures qui commenceront à être appliquées en 2014. Ainsi, une clause a été ajoutée aux conditions et dispositions générales (GTC article 5.4), informant les fournisseurs que Technip adhère au Pacte mondial des Nations unies. … Par ailleurs, la procédure d’alerte professionnelle (« whistleblowing »), existant depuis 2010 au sein du Groupe, a été renforcée en 2013 … (p296)
  • Schneider Electric. L’application de ces principes [Pacte Mondial] est garantie par un système de management, notamment le déploiement à l’échelle mondiale d’un module de formation que tous les employés doivent suivre sur une procédure d’alerte éthique destiné à signaler et prévenir tout manquement. Au niveau des pays, chaque Président de Pays est responsable du respect par Schneider Electric des réglementations en vigueur sur son territoire et doit s’assurer du suivi des éventuelles évolutions de ces règlements afin de maintenir sa conformité… (p93)… Cela se traduit par une forte implication du Groupe et de ses collaborateurs pour le soutien aux communautés,…
  • Faurecia veille à ce que ses fournisseurs ou partenaires souscrivent aux mêmes exigences [interdiction du travail des enfants]… (p259).
  • Les sociétés du groupe EDF s’assurent systématiquement que les entreprises de sous-traitance auxquelles elles font appel effectuent un travail de qualité dans le respect de la loi et des normes internationales en vigueur (par exemple concernant l’interdiction du travail des enfants)… (p267)

 

La Lutte contre le Travail des enfants…

…pour les entreprises de l’Euronext sélectionnées dans notre panel, l’engagement RSE est mature et affirmé.

Il reste que la densité des DDR (nombre de pages : 328 à 524) rend diffus les messages. Bien qu’une attention particulière soit accordée à chaque fournisseur (évaluation, suivi…) et que des soutiens de mise à niveau soient identifiés pour établir un cadre de confiance réciproque, les rapports restent déclaratifs et n’illustrent pas suffisamment les processus de contrôle de la chaîne d’approvisionnement.

La Journée mondiale contre le travail des enfants est organisée le 12 juin 2014

Lire+ « Mesurer les progrès dans la lutte contre le travail des enfants » BIT – sept 2013… source

(1)   CONVENTION OIT N°138 et n°182 sur le travail des enfants

(2)   charte éthique, code éthique, code d’éthique, charte de comportements, code de conduite, charte RSE, charte des valeurs, code de déontologie, charte des Ressources humaines, charte sociale.

 

Droits des enfants :  Unicef –  youtube

lien court : https://wp.me/p2OxiV-9c

  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

  • Catégories

  • Suivez-moi sur Twitter