• Articles récents

  • Archives

  • Méta

  • Publicités

Les groupes vulnérables … nouvelles parties prenantes des processus décisionnels

La norme NF ISO 26000, parue en novembre 2010, définit l’expression « Groupe vulnérable » comme un « groupe d’individus partageant une ou plusieurs caractéristiques qui constituent la base d’une discrimination ou de circonstances défavorables en matière sociale, économique, culturelle, politique ou touchant à la santé … « . … ou « en situation de risque« . Le « groupe d’intérêt spéciaux » (1) des personnes âgées en fait partie.

Si l’on aborde la « collectivité » (immeuble, lotissement, territoire urbain, territoire rural, couronne périurbaine …) comme une « Organisation« , la sphère des personnes âgées représente un des chaînons, fragilisé par le risque d’isolement et la paupérisation dans certains quartiers. La norme précise que « … toutes les parties prenantes d’une organisation n’appartiennent pas à des groupes organisés qui ont pour but de représenter leurs intérêts face à des organisations spécifiques. » … Négliger ou ignorer de nombreuses parties prenantes non organisées est un facteur de risque supplémentaire pour la société civile et les générations futures.

S’agit-il d’une discrimination ? La norme relève que, dans les pratiques, « … la discrimination peut également être indirecte …  » tant au plan de la Protection de la santé et de la sécurité des consommateurs, qu’au plan du développement local

La norme s’appuie sur le guide 71 de l’ISO/CEI (2) adressé aux normalisateurs et destiné à répondre aux besoins des personnes âgées … Elle précise que « les capacités des individus dans un groupe d’âge donné sont très variables. »

Au plan local, l’attention et le soutien apportés aux personnes âgées, les modalités de leur prise en charge, les événements ciblés à leur attention … résultent de la formulation d’une politique socio-économique, recommandée par Agenda 21… »il convient de modifier les institutions de manière à ce que les personnes âgées ne soient pas entièrement tributaires de leur famille ».  Ces améliorations reposent … « sur l’instauration de liens d’association entre les secteurs public, privé et communautaire … » et sur la participation des personnes âgées au processus décisionnel.

L’ensemble de ces démarches doit s’inscrire dans les principes d’action, précise le programme ACTION 21 de la Conférence des Nations Unies, adressé aux gouvernements.

L’analyse de la structure démographique d’un territoire est donc essentielle.

(1) cf. Agenda 21

(2) ISO/CEI Guide 71:2001, Principes directeurs pour les normalisateurs afin de répondre aux besoins des personnes âgées et de celles ayant des incapacités.

Publicités

Les personnes âgées, … un précieux nœud de réseau !

 silhouettes-827423__180La définition d’une personne âgée dépend du contexte, sachant que le vieillissement est un processus progressif, précise la plate-forme Wikipédia, mais résulte d’un « construit social » selon certains sociologues. L’OMS (1), comme la réglementation française, définit une personne âgée à partir de 60 ans. Serge Guérin (2), sociologue, classifie quatre types de seniors.

Toute une palette de termes désigne les personnes âgées : senior, 3ème âge, 4ème âge ou grand senior, jeunes vieux, vieux, grand âge  …  et, eu égard au vieillissement de la population, invite au questionnement sur leur « rôle » dans la société civile et sociale.

Dorénavant, le jeune retraité s’investit dans des missions sociales et de proximité, prend en charge des actions familiales (… ses petits enfants en aidant les jeunes parents, … ses parents en portant attention au 4ème âge) … et se trouve ainsi « responsabilisé« . Ne s’agit-il pas d’un « marqueur sociétal » ? La stabilité spatiale de sa situation procure ainsi un point de raccrochage pour les « nomades » (la génération Y).

D’autres exemples illustrent cette nouvelle fonction de « pivot » : actions et relations de voisinage, liens avec les commerces de proximité, engagement associatif, veille locale, démarche d’une reconnaissance envers ses aînés, aide sociale …

Il convient qu’une société, à des fins de continuité, ne « néglige » pas ce groupe fragile, à la fois mémoire et héritage.

(1) Organisation Mondiale de la Santé.

(2) « L’invention des seniors » (Hachette Pluriel, 2007)

lien court : http://wp.me/p2OxiV-O

  • Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

  • Catégories

  • Suivez-moi sur Twitter