Ressources humaines : les investisseurs veulent plus de transparence

Les investisseurs veulent en savoir plus sur la façon dont les grandes entreprises gèrent leurs collaborateurs, sur l’ensemble de leur chaîne d’approvisionnement. C’est le sens de la « Workforce Disclosure Initiative », coordonnée par l’organisation britannique Share Action et soutenue par 79 investisseurs.

Source : Ressources humaines : les investisseurs veulent plus de transparence

La révolution du travail, un défi pour les dirigeants

LE CERCLE/POINT DE VUE – Le marché de l’emploi va poursuivre sa polarisation. Les entreprises doivent identifier et former les employés dont l’emploi est menacé d’ici 5 à 10 ans.

 

Les élections en France auront été riches en rebondissements, mais le fait le plus marquant est sans doute l’alignement des partis populistes autour du sujet travail et des inégalités croissantes dans les entreprises. La charge des dirigeants d’entreprise est lourde. D’une part, ils doivent se préparer à une croissance économique incertaine et à une instabilité politique internationale ; d’autre part, ils doivent adapter leur modèle d’entreprise au rythme effréné des disruptions technologiques, économiques et environnementales.

(…)  L’emploi salarié pourrait ainsi se structurer autour de deux grands archétypes : emplois locaux, non automatisables et peu rémunérateurs, ou globaux, qualifiés et très rémunérateurs. Entre les deux, un ventre mou d’emplois intermédiaires, menacés à plus ou moins longue échéance, alors qu’ils représentent aujourd’hui l’essentiel de l’activité salariée.

Former aux métiers de demain

Si rien n’est fait pour organiser la reconversion des travailleurs, un chômage de masse persistant est une option tout à fait crédible. (…)

Source : La révolution du travail, un défi pour les dirigeants

Responsable diversité : un métier en quête de légitimité

L’Association française des managers de la diversité (AFMD) a révélé début mai une enquête inédite et qualitative réalisée auprès d’une cinquantaine de responsables diversité exerçant ou ayant exercé leur métier depuis le milieu des années 2000. En voici les principaux enseignements.

70% des responsables diversité sont des femmes.

Encore peu ou mal connue, la fonction diversité est parfois perçue comme marginale, trop éloignée du business, éclipsée par des enjeux RH jugés plus urgents, ou qualifiée de « politiquement correcte » destinée à entretenir ou à redorer l’image de l’entreprise. Peu la considère comme stratégique.

Source : Responsable diversité : un métier en quête de légitimité – Diversité – Focus RH

La formation RSE, c’est changer la culture des populations de l’entreprise…

Bruno Pireyn : « Travailler sur la RSE en matière de formation, c’est changer la culture des populations de l’entreprise »

Une démarche RSE ne fonctionne qu’à partir du moment où il y a prise de conscience de l’intérêt de la RSE pour l’entreprise. Et donc, directement, pour ses collaborateurs en termes de perspectives, d’emploi, de revenus, etc. Travailler sur la RSE en matière de formation, c’est changer la culture des populations de l’entreprise : il faut arriver à ce que celles-ci perçoivent la démarche non comme une contrainte, mais au contraire comme une opportunité.

Source : Bruno Pireyn : « Travailler sur la RSE en matière de formation, c’est changer la culture des populations de l’entreprise »

L’information de l’entreprise, un enjeu de responsabilité crucial

(…) l’information est bien une responsabilité d’entreprise, un enjeu matériel, en soi : dire ce qu’elle fait et comment, ce qu’il y a dans son offre et ses impacts, ce qu’elle fait de bien mais aussi ses erreurs et répondre aux demandes légitimes liées aux questions de santé, environnementales mais aussi à la création de valeur et à sa répartition, à ses conditions sociales, à ses projets etc.. La partie concurrentielle réelle n’est pas si grande et n’est pas inconciliable avec l’intérêt public. L’entreprise au cœur du marché mondial, puissante et organisée, disposant de réseaux sociaux influents, ne peut plus avoir comme seule politique d’information que l’auto-célébration, la dénégation de ce qui la gêne et la maîtrise technologique de son écosystème, ne cherchant qu’à contrôler un monde digital que personne ne garantit.

Source : L’information de l’entreprise, un enjeu de responsabilité crucial – Company21

Enseigner la RSE : une question ancienne et éminemment politique

Comment intégrer au mieux la formation à la responsabilité sociétale de l’entreprise dans les cursus d’enseignement du management ? Enseigner les normes et les règles ou enseigner l’éthique ? …

Par Corinne Vercher-Chaptal Professeur de management, Université Paris 13 – USPC

Retrouver l’article sur le blog de Marc Unfried

 

Ndlr : en préambule, rappeler les fondamentaux de la RSE (Howard R. Bowen – Social Responsibilities of the Businessman ) et les mettre en perspective avec le cycle d’apprentissage des savoirs et des connaissance est primordial, voire essentiel. L’auteure cite « les formations doivent s’orienter vers la diffusion de savoirs nouveaux propres à rendre « naturelle » l’idée de responsabilité auprès des managers, et créer les conditions d’une performativité des discours. » 

Enseigner les « normes et règles » ou  l' »éthique » ? La question mérite d’être posée à l’aube d’une reconnaissance partagée de la RSE et de ses atouts. Je citerai, par analogie, les débats qui ont « opposé » (voire opposent) la Qualité (ou du moins le Management de la Qualité) et la « Qualité Totale » (au sens du modèle EFQM). Entre ceux qui prônent le « normatif » (au sens strict de la norme ISO 9001 et de la certification associée) et ceux qui louent le cycle d’amélioration continue et l’organisation de la « structure agile ».

On peut également noter que l’acronyme « RSE », dorénavant « utilisé », a quelque peu perdu de sa substance initiale. Initialement, le terme désignait « Responsabilité Sociétale des Entreprises ». On l’a même étendu à tout type d’organisations … « RSO » … le « sociétal » offrant ainsi les avantages et les bénéfice de porter une vue globale sur les interactions de l' »Organisation » avec la « Société ».

La « RSE » a ensuite désigné la « Responsabilité Sociale de l’Entreprise« , puis est devenue « Responsabilité Sociale et Environnementale » ! Certes « responsable », mais « limitatif » !

Enseigner les « normes et règles » ou  l' »éthique » ? … si l’on prend comme référentiel la Norme Internationale ISO 26000:2010, la question se poserait ainsi … « certification » / « labellisation » ou plutôt « bonnes pratiques » pour un « comportement responsable et éthique » ?  Les enjeux sont importants… face aux nouveaux types d’organisation, face à l’émergence d’une « nouvelle entreprise », face à la recherche de sens, de valeurs « sociétales », de partage… face à la notion de « vie citoyenne »…

L’ISO 26000 « fournit des lignes directrices pour tous types d’organisations concernant la responsabilité sociétale, quelle que soit leur taille ou leur localisation. Il définit les termes, les principes, les pratiques et les questions centrales de la responsabilité sociétale ainsi que la façon d’intégrer la responsabilité sociétale dans l’organisation. » On y ajoute le « dialogue avec les parties prenantes », les
« questions centrales » et les « domaines d’action » relatifs à la responsabilité sociétale, les outils et moyens d’intégrer un comportement responsable.

Les « lignes directrices », les recommandations, sont les résultats de réflexions et de propositions d’un grand nombre de « parties prenantes » et d’acteurs de la société civile (ONG, associations, consommateurs…), de la sphère professionnelle (entreprises, travailleurs, services, conseils…) ainsi que des institutions (gouvernement, autorités publiques, plateformes régionales d’échanges).

Elle n’est pas une norme de système de management et n’est pas (et ne peut être) destinée à des fins de certification ou à une utilisation réglementaire ou contractuelle.

Cette Norme Internationale prône un « comportement éthique », c’est-à-dire un comportement conforme aux principes acceptés d’une conduite juste ou bonne dans le contexte d’une situation particulière, et en cohérence avec les normes internationales de comportement.

La « RSE » n’est donc pas une norme. Une entreprise ou organisation, un modèle de RSE.

C’est donc vers cet axe de sensibilisation, de formation et d’apprentissage, que le formateur devra se positionner.

Source : Enseigner la RSE : une question ancienne et éminemment politique | Marc Unfried, Conseiller Sociétal

lien court de ce post : http://wp.me/p2OxiV-Bu

Présidentielle 2017 : Quels sont les programmes convergents avec l’ISO 26000 ?

Le 18 mars, le Conseil constitutionnel a publié la liste officielle des candidats à l’élection présidentielle des 23 avr. 2017 – 7 mai 2017. Par tirage au sort, la liste est arrêtée comme suit : M. Nicolas DUPONT-AIGNAN ; Mme Marine LE PEN ; M. Emmanuel MACRON ; M. Benoît HAMON ; Mme Nathalie ARTHAUD ; M. Philippe POUTOU ; M. Jacques CHEMINADE ; M. Jean LASSALLE ; M. Jean-Luc MÉLENCHON ; M. François ASSELINEAU ; M. François FILLON.

 

LOG’ins Consultants, positionnée sur la cotation RSO de différents contenus (1), s’est intéressée aux programmes des candidats. Quel est le programme le « mieux disant » en matière de responsabilité sociétale ? Qui répond au mieux aux enjeux sociétaux ?  Quel est le contenu le plus proche des lignes directrices de la norme de comportement ISO 26000:2010 ? Quel programme contribuerait au mieux et répondrait aux principes du développement durable ? … pour quels engagements ?

Les publications sont accessibles sur les différentes plateformes des candidats. Nous en donnons l’accès en fin de page. Leur capture a été faite entre le 16 mars et le 17 mars. Depuis cette date, et au regard de l’officialisation de la liste, certains programmes ont pu donner (ou pourront donner) lieu à des « ajustements ». Les débats publics ou débats internes, les pressions médiatiques, les luttes d’influence sont de nature soit à infléchir les propositions, soit à les renforcer.  L’analyse que nous vous proposons reste ancrée sur les publications originales captées.

Via notre gamme de services ConvergenceRSO, nous avons donc appliqué notre méthode d’analyse sur les contenus texte, après en avoir vérifié l’intégrité. Dans un premier temps, nos indicateurs ESS26k et Sim26000 permettent de surligner l’essentiel et de noter le degré de convergence avec la norme ISO 26000. Ces indicateurs ciblent les thèmes clés de la norme, au travers d’expressions thématiques et/ou de mots directeurs.

DENSITÉ LEXICALE

Un des premiers constats réside dans le poids des informations publiées.  La palme des documents pdf les plus paginés est adressée à Dupont-Aignan, Fillon et Poutou.

Le podium des plus diserts est constitué par Cheminade, Dupont-Aignan et Fillon.  Celui des moins diserts concerne Artaud, Le Pen et Lassalle.

Le podium des candidats dont les documents contiennent les pages les plus « denses » concerne Mélenchon, Macron, Dupont-Aignan.

CONVERGENCE ISO26000

L’indicateur Sim26000, outil d’évaluation et d’aide à la décision, situe les scores dans un intervalle de 13% à 50% de convergence.

Aucun candidat ne cite la responsabilité sociétale, comme support, engagement ou démarche.

Mélenchon prévoit de redéfinir le statut des grandes entreprises en tenant compte de leur responsabilité sociale.

Mélenchon, Poutou s’engagent sur la lutte contre l’effet de serre.

Concernant l’écologie, le plus disert est Cheminade, suivi de Dupont-Aignan, Hamon et Poutou. Lassalle, Fillon, Macron sont les moins diserts.

Asselineau, Cheminade, Dupont-Aignan, Macron, Mélenchon prévoit la lutte contre la corruption.

Salarié.e.s… comment parle-t-on de vous ? Asselineau, Cheminade, Fillon, Le Pen, Mélenchon évoquent les personnels ; Arthaud nomme les ouvriers, les employés… ; Dupont-Aignan, Hamon indique les employés, les personnels… ; Macron cite les employés ; Poutou désigne les employés, les employées, les travailleurs, les travailleures, les personnels.

Cheminade et Dupont-Aignan portent une forte attention au troisième âge et au vieillissement de la population. Cheminade, Dupont-Aignan, Fillon, Macron prévoient de soutenir les populations les plus fragiles.

 

SCORAGE ISO26000 DES PROJETS

On remarquera que 2 projets, que nous qualifierons de leaders, ont fait l’objet d’une attention particulière dans leur rédaction « sociétale ». Le duo en ligne avec la norme ISO 26000 est constitué de DUPONT-AIGNAN et CHEMINADE.

Il est suivi par un groupe de challengers, constitué par FILLON et MELENCHON.

Le troisième est un groupe de suiveurs, sensibilisés pour certains, non investis pour les autres. La strate supérieure est constituée de HAMON et POUTOU, la middle-strate se compose de ASSELINEAU. La strate inférieure (MACRON, LE PEN) « peut mieux faire » ou  « pourrait mieux faire ».

Enfin, le quatrième groupe (ARTHAUD et LASSALLE) est en danger.

 

 

 

CONTENU DES PROJETS

Nous vous proposons une sélection de 5 thèmes sociétaux.

  • PARTIES PRENANTES

Tandis que Fillon et Hamon intègrent la société civile, comme partie prenante, dans le circuit démocratique décisionnel…

(FILLON) …Encourager toutes les initiatives solidaires de la société civile…  en associant mieux les collectivités locales et la société civile aux décisions environnementales. …  en associant le Parlement et la société civile.

(HAMON) … j’associerai les acteurs de la SOCIÉTÉ CIVILE, notamment les organisations non gouvernementales (ONG), à la construction de notre politique étrangère….

 

Lassalle, Cheminade et Dupont-Aignan accompagnent leurs démarches en s’appuyant sur les communautés territoriales et la communauté internationale…

(LASSALLE) … dépossession des communautés locales …   La sauvegarde de la biodiversité repose en premier lieu sur les communes, les communautés locales….

(CHEMINADE) notre veille spatiale doit aussi faire l’objet d’une mise en commun des données collectées par la communauté internationale,

(DUPONT-AIGNAN) met l’accent sur les engagements que doit prendre la communauté européenne… apporter une contribution digne de l’intérêt qu’elle porte au développement du continent africain, ensuite en utilisant sa puissance diplomatique pour promouvoir un tel projet auprès des autres membres de la communauté internationale.

 

Lire nos billets sur le thème « Parties prenantes » : [Etude] Responsabilité d’Entreprise : les Nouvelles Attentes des « Parties prenantes » ; Les groupes vulnérables … nouvelles parties prenantes des processus décisionnels ; FDI Habitat, créateur de lien social ; Cotation ‘ConvergenceRSO’ – Quelles seront les tendances des Documents de référence 2016 (exercice 2015) ?

Lire nos billets sur le thème « société civile » :  Alcatel-Lucent, un rapport DD 2013 à l’écoute des attentes de la société civile ; La RSE « est une manière de vivre » ; DDR16… QVT vs RPS… des préoccupations et des préventions multiformes (1)

 

  • DIALOGUE SOCIAL

Fillon, Hamon, Macron encadreront les dispositions du dialogue social, tandis que Poutou exprime ses craintes sur les bénéfices du dialogue social.

(FILLON) …Je veux redonner la priorité au dialogue social… refonte du dialogue social par les nouvelles règles des élections professionnelles.

(HAMON) …Je m’appuierai sur un DIALOGUE SOCIAL RENFORCÉ, impliquant, à tous les niveaux, tous les acteurs.

(MACRON) …Nous redéfinirons le dialogue social.

(POUTOU) … Compter sur nos propres forces, cela veut également dire ne pas nous en remettre au « dialogue social », qui consiste en réalité à négocier des reculs pour les salariés.

 

Lire nos billets sur le sujet « Dialogue social » : « Dialogue social ou dialogue de sourds ? » ; la Notation sociétale, …une référence pour entretenir le dialogue social ? Comment les IRP outillent le dialogue social !

 

  • SANTÉ ET TRAVAIL DÉCENT

Cheminade s’engage sur la mise en œuvre de conditions idoines propres au travail et à la santé publique.

(CHEMINADE)…Je viserai ainsi à établir un cadre juridique, applicable à tous les travailleurs sans distinction qui concourent à la production de valeur, leur garantissant les conditions d’un travail décent et protégé…  Sécurité sociale : Dans l’esprit de celle fondée par Ambroise Croizat et Pierre Laroque, elle doit offrir à tous la protection de la santé publique.

 

Lire nos billets sur le sujet « Travail décent » : Cotation ‘ConvergenceRSO’ – Quelles seront les tendances des Documents de référence 2016 (exercice 2015) ? ; Travail décent et Intégration sociale

 

  • PLEIN EMPLOI

Eu égard à la conjoncture économique, au développement de nouvelles formes d’activités, aux paradigmes économiques et sociaux, aux enjeux sociétaux et sociaux, au vieillissement de la population…  le « travail », l’ « emploi » sont assurément des thématiques abordées par l’ensemble des candidats. Ils font d’ailleurs partie du TOP10 des thématiques. Nous y porterons attention lors d’un prochain billet.

Toutefois, on notera que les engagements sur le « plein emploi » ne sont portés que par le trio… Fillon, Cheminade, Mélenchon,

(FILLON)…Le plein emploi est possible en France.

(CHEMINADE)…Une économie organisée de plein emploi qualifié est le but de mon projet …

(MELENCHON)… Nous agirons dans une logique de plein emploi, de réduction du temps de travail, d’abolition de la précarité et d’installation d’une « sécurité emploi-formation »…

 

Lire nos posts sur le sujet « Plein emploi » : Document de référence 2014 et Handicap… que publient les entreprises ?

 

  • QUALITÉ DE VIE

(CHEMINADE) …  améliorer les conditions de travail (…) le stress au travail et où les situations vécues par les salariés demandent de plus en plus d’écoute. (…), robotique, cobotique (pour réduire la pénibilité du travail), nanotechnologies, bio-mimétisme (…) Je propose également de redonner les moyens de leur mission à la médecine du travail et aux infirmiers et intervenants en prévention des risques professionnels (IPRP….) (…) Les ouvriers victimes de la pénibilité physique restent les premiers touchés. (…) et recréer ainsi les conditions sociales d’égalité d’accès aux connaissances.

(ASSELINEAU) … améliorer les conditions de travail

(MELENCHON) droit à la santé… que nous définissons comme un état de bien-être physique… (…) Le niveau des indicateurs de santé révèle avant tout les inégalités socio-économiques. (…) avec la prise en compte de la pénibilité de professions particulières donnant droit à des départs anticipés.  (…)  Les politiques d’emploi, d’éducation, de santé publique, de transport, de culture et de sport devront elles aussi contribuer à faire de la ville un espace d’épanouissement personnel et familial. (…) Les atteintes à l’égalité professionnelle seront combattues et les sanctions renforcées. (…) Nous améliorerons les conditions de travail des journalistes pour permettre une information indépendante, pluraliste et de qualité. (…) condamnant les discriminations et insultes à caractère sexiste,…

(DUPONT-AIGNAN) …  améliorer les conditions de travail  … lutter contre les violences physiques et psychologiques  … Notre recherche et nos filières industrielles nous permettront de construire une société du bien-être, (…) Équilibrer le territoire pour améliorer les déplacements et la qualité de vie des Français. (…) [la famille] est la cellule de base de notre société, source d’épanouissement et de partage. (…) Mieux prendre en compte la pénibilité du travail pour tous les travailleurs du privé et du public ainsi que les situations de handicap.  (…) Accroître la prise en compte de la pénibilité du travail du personnel hospitalier (infirmières, aides-soignantes, brancardiers) par la création de primes spécifiques (…)  Respect des conditions de travail en environnement numérique (…)  Faire du harcèlement scolaire une grande cause : exclure les élèves coupables de harcèlement

(MACRON) … Mais, par exemple, les horaires effectifs ou l’organisation du travail seront négociés au plus près du terrain. (…) Le harcèlement des femmes, les insultes, la dégradation du mobilier urbain, les crachats; Ces incivilités seront punies d’amendes immédiates et dissuasives. (…)  Les principes fondamentaux (durée légale du temps de travail, égalité professionnelle, salaire minimum…

(FILLON) …  amélioration des conditions de travail … qui conciliera production et protection, écologie et économie, développement et durabilité au service de la libération de l’économie, du rayonnement de la France et du bien-être des Français.  (…) Développer la qualité de vie au travail au sein de la fonction publique.(…) Abroger le compte pénibilité inapplicable car trop complexe.

(HAMON) …  POUR DES SERVICES PUBLICS FORTS, MODERNES ET PROTECTEURS POUR LA SANTÉ ET LE BIEN-ÊTRE (…) Je poursuivrai le chantier de l’amélioration des conditions de travail, par le renforcement de la médecine du travail, la prévention de la pénibilité et la RECONNAISSANCE DU BURN-OUT, syndrome d’épuisement professionnel. (…) investir d’abord pour l’avenir, pour l’emploi, pour la compétitivité, dans la prévention des risques, de la santé, dans la protection de l’environnement et des salariés.  (…) et le compte personnel d’activité, confortera le droit à la déconnexion, (…)

(LE PEN)Il soutiendra tous les projets de montée en gamme des exploitations, d’adaptation aux normes environnementales et de bien-être animal. (…) guichet unique dédié (social, fiscal et administratif), généralisation du titre emploi service entreprise aux TPE, remplacement du compte pénibilité, inapplicable dans sa forme actuelle, (…)

(POUTOU) … et de ne pas augmenter les exigences de productivité ni dégrader les conditions de travail.

 

Voir nos posts sur la « Qualité de vie », dont loi Travail… quel niveau de convergence avec l’ISO 26000 ? ;  DDR16… QVT vs RPS… des préoccupations et des préventions multiformes (4)

 

Annexes

(1) tous types de documents :

  • environnements réglementaires (référentiels, normes… procédures),
  • reporting (documents de référence, rapport/reporting RSE, Reporting RSE – Développement durable…)
  • supports d’échanges internes /externes (rapports, comptes-rendus, Internet…),
  • règles RH (contrats, profil de poste, CV, courrier…).

 

(2) liste des liens pour téléchargement

  • Nicolas Dupont-Aignan – DLF => lien
  • Marine Le Pen – FN => lien
  • Emmanuel Macron – EM => lien
  • Benoît Hamon – PS => lien  (Le programme était initialement accessible sur les pages html du site. Depuis le 17 mars, le programme est sous forme pdf )
  • Nathalie Arthaud – LO => lien
  • Philippe Poutou – NPA => lien
  • Jacques Cheminade – S&P => lien  (Le programme est accessible sur les pages html du site)
  • Jean Lassalle – Indépendant => lien  (Le programme est accessible sur les pages html du site)
  • Jean-Luc Mélenchon – FI => lien
  • François Asselineau – UPR => lien
  • François Fillon – LR => lien

 

(3)  Nous vous invitons  à parcourir notre Livre blanc sur la RSO.

 

lien court : http://wp.me/p2OxiV-zH

La loi sur le devoir de vigilance des donneurs d’ordre est votée

Au niveau international, le G7 de 2015 avait déjà abordé le sujet et encouragé les entreprises à améliorer la transparence et la « responsabilité » de leurs chaînes d’approvisionnement.

Article 1er : « Le plan comporte les mesures de vigilance raisonnable propres à identifier les risques et à prévenir les atteintes graves envers les droits humains et les libertés fondamentales, la santé et la sécurité des personnes ainsi que l’environnement, résultant des activités de la société et de celles des sociétés qu’elle contrôle […], directement ou indirectement, ainsi que des activités des sous-traitants ou fournisseurs avec lesquels est entretenue une relation commerciale établie, lorsque ces activités sont rattachées à cette relation. »

 

Nous rappelons que le « devoir de vigilance » est abordé dans la norme de comportement ISO 26000:2010, notamment en termes de domaines d’action liés aux questions centrales (droits de l’Homme, responsabilité sociétale, redevabilité et transparence, relation avec les parties prenantes…). La norme en donne la définition suivante : « démarche globale, proactive d’identification, visant à éviter et atténuer les impacts négatifs sociaux, environnementaux et économiques, réels et potentiels, qui résultent des décisions et activités d’une organisation sur tout le cycle de vie d’un de ses projets ou activité. »

Source : La loi sur le devoir de vigilance des donneurs d’ordre est votée – Stratégies Logistique

Devoir de vigilance : une loi historique pour des entreprises plus responsables

(…) l’apport principal de cette loi devrait être de rendre les entreprises françaises plus compétitives, car plus responsables, notamment grâce à une meilleure gestion de leurs risques. En intégrant dans toutes les dimensions de l’entreprise des enjeux extra-financiers, celles-ci devraient également recréer de la confiance auprès des consommateurs, de plus en plus sensibles aux actions responsables des entreprises.

https://widget.beopinion.com/embed/fr/56a48cab3a31c127bf9a9329/resolve?url=https%3A%2F%2Fwww.lesechos.fr%2Fidees-debats%2Fcercle%2Fcercle-166856-devoir-de-vigilance-une-loi-historique-pour-des-entreprises-plus-responsables-2068166.php&page_image=https%3A%2F%2Fwww.lesechos.fr%2Fmedias%2Fpartages%2Fvisuel-logo.jpg&t_url=https%3A%2F%2Fwww.lesechos.fr%2Fidees-debats%2Fcercle%2Fcercle-166856-devoir-de-vigilance-une-loi-historique-pour-des-entreprises-plus-responsables-2068166.php&t_title=Devoir%20de%20vigilance%20%3A%20une%20loi%20historique%20pour%20des%20entreprises%20plus%20responsables%2C%20Le%20Cercle&t_referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com%2F&direction=ltr&guid=5871526318846557#14883042730290938745748315944Source : Devoir de vigilance : une loi historique pour des entreprises plus responsables

Et si salariés et patrons faisaient confiance à la… confiance

La mythologie de Star Wars et les entreprises libérées ont a priori bien peu de choses en commun. Pas si sûr, en réalité… Qu’est-ce qu’une entreprise libérée ? Un dirigeant inspiré décide de promouvoir la confiance de manière radicale dans l’organisation dont il a la charge, que ce soit une usine, […]

Source : Et si salariés et patrons faisaient confiance à la… confiance – HBR